Parcours dans les dictionnaires du XVI au XVIIIe siècles

Au xvie siècle :

– Le terme est absent du dictionnaire françois-latin, autrement dict Les mots François, avec les manières duser diceulx, tournez en Latin, Robert Estienne, Paris, 1549.

Dictionnaire françoys-latin augmenté, Nicot, Paris, (1573) : « La Genie d’un chascun, Genius »

Au xviie siècle :

Thresor de la langue françoise, tant ancienne que moderne, Pierre Nicot, Paris, chez David Douceur, 1606 :
Genie, m. penac. Genius. Est le naturel et inclination d’vn chacun.
Genial, m. acut. Genialis.

A Dictionarie of the french and english tongues, Randle Cotsgrave, London, 1611 :
Genie la g. Ones good, or bad angell; also, his nature, instinct, inclination, originall disposition.
Genial: m. ale: f.
Geniall; belonging to lucke, or chance; or to a mans nature, disposition, inclination.

Invantaire des deus langues, françoise et latine : assorti des plus utiles curiositez de l’un et de l’autre idiome, de Philippe Monet, chez Claude Obert, en rue Merciëre, Lyon, (3e éd. 1635) :
Genie, Demon, Heros, l’ame d’un Heros, ou d’un de nos ancetres, ou d’autre personne, ou bien quelque espece de Dieu familier, aiant charge de remarquer, & çansurer les actions des personnes, antre austres siens offices, dont deux an méme tams, l’un bon & ami, l’autre mauuais, & ennemi, accompagnent chaque personne, dés sa naissance, iusques à sa mort, selon les anciens Paiens : hic Genius, ij., hic Dæmon, onis., hic Heros, is.
Bon Genie, bon Demon : Bonus genius, Dexter genius, Secundus genius, Felix genius, Faustus genius, Fautor genius, Amicus genius, Bonus Dæmon, Dexter Dæmon, Secundus dæmon, Tutelaris dæmon, &c.
Mauuais Genie, mauuais Demon : Maius genius. Maius dæmon. Læuus genius. Læuus dæmon. Infaustus genius. Infaustus dæmon. Infestus genius. Infestus dæmon.
On sacrifie au Génie, mais offrande non sanglante, chaque année, le jour de sa naissance : Quotannis, die suo natali, quilibet Genio incruenta victima operabatur.
Plusieurs des anciens ont ecrit, que les Genies, les Dieux Lares, les Dieux Manes, etaient les mémes : Veterum plerique scripserunt, Deos Genios, Deos Lares, Deos Manes, cosdem esse Deos.

– Absent Des origines de la langue françoise, de Gilles Ménage, Paris, 1650.

Dictionnaire François, Pierre Richelet, Genève, 1680 :
GENIE, s.m. Les Anciens faisoient un Dieu du genie, mais parmi nous c’est un certain esprit naturel qui nous donne une pente à une chose. Naturel. Inclination naturelle d’une personne. [Avoir un beau genie. Travailler de genie. Dépreaux, Satire 7. N’avoir point de genie pour les lettres. Abl.]
Genie. Ce mot avec une bonne ou une méchante epitéte veut dire bon esprit, ou petit esprit. [Ce n’est pas un grand genie que Mr. un tel. C’est un petit genie. Pauvre genie.]

– Absent de l’Essai d’un dictionnaire universel, d’Antoine Furetière, Amsterdam, 1687

Dictionnaire universel, d’Antoine Furetière, La Haye et Rotteredam, 1690 :
GENIE. subst. masc.Bon ou mauvais Demon que les Anciens croyoient accompagner les hommes illustres. Apulée a fait un Traitté du Genie de Socrate. Les Poëtes ont attribué à chaque chose et à chaque lieu un Genie ou Divinité qui y presidoit, et ont fait parler souvent le Genie du lieu, le Genie du temple, etc.
GENIE, se dit dans le Christianisme des bons Anges qui accompagnent les hommes, ou qui sont donnez aux Estats et aux Eglises pour les proteger. Le bon Genie de la France a preservé son Roy dans la bataille.
GENIE, se dit aussi du talent naturel, et de la disposition qu’on a à une chose plutost qu’à une autre. Pour faire une societé qui dure, il faut qu’elle soit faite entre personnes de même genie. un homme ne sçauroit reüssir, quand il force son genie. il faut du genie pour la Poësie. cet homme est un vaste genie, qui est capable de tout, il faut que chacun suive son genie, son inclination. On dit aussi pour accuser un homme de foiblesse, ou de peu d’esprit, que ce n’est pas un grand genie.

– Absent du Dictionnaire étymologique ou Origines de la langue françoise, de Gilles Ménage, Paris, 1694.

Dictionnaire de l’Académie françoise dedié au Roy, Paris, 1694 :
GENIE. s.m. L’esprit ou le demon, soit bon, soit mauvais, qui selon la doctrine des Anciens accompagnoit les hommes depuis leur naissance jusques à leur mort. Bon genie. mauvais genie. le genie de Socrate. le mauvais genie de Brutus. le genie d’Auguste estoit plus fort que celuy d’Antoine.
Il se dit aussi, De ces esprits ou demons qui, selon la doctrine des Anciens, president à de certains lieux, à des villes, etc. Le genie du lieu, le genie de Rome, du Peuple Romain.
On dit, Le genie de la France, pour dire, L’Ange tutelaire de la France.
Il signifie aussi, L’inclination ou disposition naturelle, ou le talent particulier d’un chacun. Beau genie. grand genie. puissant genie. vaste genie. genie universel. il a un merveilleux genie pour telle chose. suivre son genie. forcer son genie. faire quelque chose contre son genie. avoir du genie pour les affaires. il a le genie à la poësie. ce n’est pas son genie que d’escrire en vers. il est d’un genie superieur aux autres. superiorité de genie. il a une grande superiorité de genie.
On dit, Travailler de genie, pour dire, Faire quelque chose de sa propre invention et d’une maniere aisée et naturelle.

Dictionnaire des Arts et des Sciences, Thomas Corneille, Paris, 1694 :
GENIE. s.m. Sorte de Divinité chez les Anciens, laquelle ils faisoient presider à toutes choses. Non seulement ils donnoient un Genie à chaque homme en particulier, mais encore à chaque Fontaine, aux arbres, et aux contrées. Caligula et quelques autres Empereurs punissoient de mort ceux qui refusoient de jurer par leur Genie. Ce mot n’estant plus employé parmy les Chrestiens, que pour signifier un certain esprit naturel qui nous donne de la pente à une chose, on represente les Genies dans les ornemens d’Architecture, sous la figure d’enfans ailez, à qui on donne des attributs qui marquent les vertus et les passions. Il s’en fait de basrelief qui sont par groupes. Il y en a qu’on appelle Genies fleuronnez. Ce sont ceux dont la partie inferieure termine en naissance de feüillage.

Au xviiie siècle :

La justesse de la langue françoise ou Les différentes significations des mots qui passent pour synonimes, Abbé Girard, (1718) :

ESPRIT. RAISON. BON-SENS. INTELLIGENCE. JUGEMENT. ENTENDEMENT CONCEPTION. GÉNIE. l’Esprit est fin & délicat ; il fait briller ; qui n’en a point est épais & grosser : la Raison est mûre ; elle rend sage ; qui l’abandonne devient extravagant : Le Bon-sens est sûr ; il conduit, qui s’en écarte donne dans le ridicule : L’Intelligence est éclairée ; elle rend habile ; qui n’en a aucune n’est propre à rien : Le Jugement est solide ; il fait prévoir ; qui en est dépourvû est étourdi : L’Entendement est subtil ; il rend pénétrant ; qui en manque est stupide ; La Conception est vive ; elle fait sentir et comprendre ; qui n’en a point est bête : Le Génie est heureux ; il dispose ; qui en manque a de la peine à réüssir.
L’Esprit donne du tour à ce qu’on dit, & de la grace à ce qu’on fait : La Raison met de la justesse dans les discours, & de la droiture dans les actions : Le Bon-sens parle naturellement, & agit d’une maniere conforme à l’usage ordinaire : L’Intelligence se sert de termes propres, & rend l’exécution réguliere : Le Jugement inspire un langage discret, & une conduite reservée : L’Entendement fait qu’on s’explique d’une façon savante, & qu’on travaille d’une manière profonde : La Conception met de la clarté dans les expressions, & de la propreté dans les ouvrages : Le Génie caractérise le stile, & donne du goût aux productions.
Il faut de l’Esprit, avec les dames ; de la Raison, avec les honnêtes gens ; du Bon-Sens, avec tout le monde ; de l’Intelligence, avec les ouvriers ; du Jugement, avec les grands ; de l’Entendement, avec les savants ; de la Conception, avec les gens d’esprit ; & du Génie avec les courtisans. (p.85-87).
GÉNIE ET TALENT Le Génie et le Talent naissent touts les deux avec nous ; & ils sont une heureuse disposition de la nature : Mais le Génie paroît regarder plus proprement les arts dont on fait profession, & tenir un peu de l’esprit inventif : Le Talent semble regarder plus particulièrement les emplois qu’on doit remplir, & tenir davantage d’une exécution brïllante. On a le Génie de la poésie & de la peinture : On a le Talent de parler & d’écrire. Un ouvrier a du Génie pour fabriquer de belles étoffes : Un marchand a du Talent pour les bien vendre. (p.106-7)

Dictionnaire Universel augmenté, Antoine Furetière, La Haye, 1727 :
Genial, ou plutôt GENIALIS. Terme d’Antiquaire ; c’est l’épithete qu’on donnoit chez les Romains aux Dieux qui presidoient à la generation. On mettoient parmi les Dieux Géniales les 12. signes, la Lune & le Soleil.
Du Latin, gignere, produire.
GENIE. s. m. Sorte de Dinivité. Bon, ou mauvais Esprit, Demon que les Anciens croyoient qui accompagnoit les hommes, presidoit à leur naissance, veilloit sur leur conduite et étoit commis à leur garde. Apulée a fait un Traitté du Genie familier de Socrate, qui l’accompagnoit, & qui sans l’avertir de ce qu’il devoit faire, le detournoit seulement de ce qui pouvoit lui être préjudiciable. On pretendoit que les Genies habitoient dans la vaste étendue de l’air, & dans tout cet espace qui occupe le milieu entre le ciel & la terre. C’étoient des Puissances moyennes, quifaisoient la fonction de Mediateurs entre les Dieux, & les hommes. […] Du Latin Genius, formé de generare, engendrer.
GENIE, se dit dans le Christianisme des bons Anges qui accompagnent les hommes, ou qui sont donnez aux Etats & aux Eglises pour les proteger. Le bon Genie de la France a preservé son Roi dans la bataille, Cette phrase est imitée du Paganisme. […]
GENIE, signifie plus ordinairement, l’esprit, ou la facuté de l’ame en tant qu’elle pense, ou qu’elle juge. Un genie heureux, un genie superieur, un genie élevé ; & capable de grandes choses. Il faut un genie vif & brillant pour la Poësie. Marot avait un genie facile, aisé, plein de delicatesset & de naïveté. […]
GENIE, se dit aussi du talent naturel, & de la disposition qu’on a à une chose plutôt qu’à une autre. Cet homme a du genie pour les vers, ou pour les sciences, ou pour le jeu, &c. […]
GENIE, signifie encore l’humeur, le goût, les manieres des gens. Il faut connoitre le genie des personnes à qui l’on a affaire. BELL. On doit se conformer au genie de la nation où l’on vit. […]
GENIE, se dit aussi du caractere d’une Langue. Le genie de la langue Françoise, Latine &c. […]
GENIE, se dit en fait de Jardinage et d’Agriculture, pour nature, propriété naturelle. […]
GENIE, en Architecture. Ce sont des figures d’enfans aîlez, avec des attributs, qui servent dans les ornemens à representer les vertus et les passions. (tome II, feuille Ffff.)

Dictionnaire universel françois latin, vulgairement appelé Dictionnaire de Trévoux, Paris, 1771 : p.467-68 :
GÉNIE, s. m. Bon ou mauvais Esprit ; Démon que les Anciens croyoient accompagner les hommes, présider à leur naissance, & être commis à leur garde jusqu’à la mort. […]
GÉNIE, se dit, en Poésie sutout, d’une intelligence qu’on suppose attachée à une personne pour régler sa conduite, l’aider dans ses entreprises, se tirer des périls, &c. […]
GÉNIE se dit dans le Christianisme, des Anges tutélaires qui accompagnent les hommes, ou qui sont donnés aux Etats & aux Eglises pour les protéger. […]
GÉNIE, signifie plus ordinairement, l’esprit, ou la facuté de l’ame en tant qu’elle pense, ou qu’elle juge. Ingenium, mens. > Ce terme désigne proprement l’étendue de l’esprit, la force de l’imagination & l’activité de l’ame. Il est distingué de l’esprit, de la raison, du bon-sens, du jugement, de l’entendement, de la conception & de l’intelligence. […]
GENIE, se dit aussi du talent naturel, & de la disposition qu’on a à une chose plutôt qu’à une autre. Cet homme a du genie pour les vers, ou pour les sciences, ou pour le jeu, &c. Admirez la diversité des génies. Il ne faut point forcer son génie. On dit, travailler de génie, pour dire, faire quelque chose de sa propre invention. > le génie et le talent naissent tous les deux avec nous, & sont une heureuse disposition de la nature pour les arts et les emplois : mais le génie paroît être plus intérieur & tenir de l’esprit inventif. Le talent semble être plus extérieur, & tenir davantage d’une exécution brillante. On a le génie de la Poésie & de la Peinture. On a le talent de parler & d’écrire. Tel qui a du génie pour composer, n’a point de talent pour débiter.
GÉNIE se prend quelquefois pour la personne même. > On dit qu’un homme est un beau, un grand génie. […]
GENIE, signifie encore l’humeur, le goût, les manieres des gens. Mores, inflitutum. Il faut connoitre le génie des personnes à qui l’on a affaire. BELL. On doit se conformer au génie de la nation où l’on vit. Voilà le génie des Barbares. > On appelle génie d’une langue, le caractère propre & distinctif de cette langue.
GÉNIE, se dit en terme d’Agriculture, pour nature, propriété naturelle. […]
GÉNIE dans l’art Militaire est l’art de fortifier, d’attaquer, de défendre par des ouvrages les places, les postes, les cmaps, & l’exercice de cet art, les fonctions, les emplois de ceux qui l’exercent, qu’on appelle Ingénieurs. […]
GÉNIES en Sculpture, ce snt des figures d’enfans aîlés, avec des attributs qui servent dan les ornemens à représenter les vertus & les passions. […]
GÉNIES, ou GÉNIEZ. s. m. Nom d’homme. Genesius. Saint Génies, que l’on nomme plus communément Génies, étoit Greffier ou Notaire à Arles, & y souffrit le martyre dans le IIIe siècle.

Dictionnaire critique de la langue française, Jean-François Féraud, Marseille, 1788 :
GENIE, s. m. [1re é fer. 2e lon. 3e e muet.]
1° C’était chez les anciens ce qu’ange est parmi nous. On disait : bon ou mauvais génie. Le génie de Socrate. Poussé par son mauvais génie, etc. On dit encore par un reste de langage païen : le génie de la France,, l’ange tutélaire de la France ; le génie de la Peinture, de la Poésie, de la Musique, le génie qu’on supôse présider à chacun de ses Arts.
2°, Talent de l’esprit. « Avoir du génie pour les afaire, pour la poésie, etc. suivre ou forcer son génie etc. » […]
3° Génie, se prend quelquefois pour la personne qui a du génie : mais on ne peut l’employer dans toutes les ocasions où l’on emploierait le nom de la persone. […]
4°. Le génie d’une Langue est le caractère propre et distinctif de cette langue
Génie est aussi l’art de fortifier, d’attaquer, de défendre par des ouvrages les places, les postes, les camps, & l’exercice de cet art, les fonctions, les emplois de ceux qui l’exercent, qu’on appelle Ingénieurs. […]


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.