Pistes de recherche de l’axe 2 – Le génie à l’épreuve du genre

Au cours de la première journée du Laboratoire Junior FIGÉE, consacrée à la définition des différentes acceptions du terme « génie » dans les discours savants et théoriques des XVIIe et XVIIIe siècles, est apparue comme une nécessité l’approche du « génie » au prisme du genre.

En effet, si rien ne permet a priori d’affirmer que le génie soit exclusivement masculin, il convient de remarquer dans les textes de l’époque une écrasante majorité d’occurrences décrivant des hommes glorifiés pour leur perception du « génie » poétique de la langue ou de considérations sur le génie de telle ou telle profession exclusivement masculine.

Du génie d’abord perçu collectivement au génie de plus en plus individualisé – philosophique, poétique ou même scientifique – les textes paraissent ainsi résister à une inclusion des femmes d’Ancien Régime qui se retrouveraient reléguées hors de toute génialité. Pourtant, si l’on s’en tient à l’identification du génie particulier avec un « démon » telle qu’elle était si courante à la Renaissance1, n’est-il pas encore possible de trouver au XVIIe siècle ne seraient-ce que les traces d’un « mauvais génie » féminin dans les nombreux récits de possessions et d’exorcismes ? À une période où les chasses aux sorcières font encore rage, où les sages-femmes sont progressivement inféodées aux médecins, où les épistolières doivent se ranger aux règles du bon goût et de la pudeur2 telles que définies par des auteurs de traités de civilité, est-il possible de déceler quelque part dans les textes d’Ancien Régime une description du génie qui ne soit pas en fait exclusivement masculine ? Au XVIIIe siècle, Diderot lui-même ne considérait-il pas, suivant en cela Aristote et Galien, que les femmes pussent transmettre du génie à leurs enfants sans en être elles-mêmes pourvues ? En faisant des femmes des êtres « mutilés et imparfaits3 » par rapport aux hommes, la tradition scolastique a-t-elle également amputé les femmes de toute possibilité d’être géniales ? Toutes ces questions sont autant d’invitations à explorer, sous l’angle de la notion de génie, des textes écrits non seulement sur les femmes, souvent pour des femmes, et – pourquoi pas même ? – par des femmes.

Il est possible de définir cinq pistes autour desquelles organiser cette journée d’étude. Devant le constat que l’histoire socio-culturelle et littéraire survalorise les écrits des hommes au détriment de ceux des femmes, sans doute n’est-il pas si paradoxal de repartir de considérations écrites par des hommes, sur des femmes, mais à destination d’autres hommes – ce qui constituerait une sorte d’entre-soi masculin – afin d’essayer d’identifier, dans les blancs de ces discours ou même en creux sous les préjugés souvent misogynes, un génie proprement féminin.

Une deuxième approche consisterait à explorer la littérature masculine directement à destination des femmes afin de tenter d’y déceler les contours d’un génie qui leur serait imposé de l’extérieur. Jacques Du Bosc publie par exemple en 1632 un traité à la postérité exceptionnelle, L’Honnête femme4, suivi d’une multitude de déclinaisons et rééditions comme La Femme héroïque ou les héroïnes comparées avec les héros en toutes sortes de vertus5. Jusqu’où est-il possible d’y voir un effort normatif d’édification d’un génie féminin ?

Cette dichotomie du « génie » se heurte toutefois à une troisième conception, qui suppose au contraire l’universalité de la notion. À l’opposé de la cour et de Du Bosc, Descartes affirme que la pensée n’est pas liée aux idiosyncrasies du corps et résume son projet dans le Discours de la méthode, « un livre, où [il a] voulu que les femmes même pussent entendre quelque chose6 ». Est-il dès lors possible d’affirmer que le génie n’est pas l’apanage du seul genre masculin et que le cogito puisse suffire pour penser la possibilité même d’un génie partagé, affranchi de la barrière des corps, des sexes, des genres ? S’appuyant en particulier sur Poullain de la Barre, Elsa Dorlin n’hésite pas à répondre à l’affirmative7. Pourtant, cette question déchire les cartésiens : Malebranche, Poullain de la Barre ou encore Spinoza y apportent des réponses radicalement opposées8.

Quatrièmement, la littérature à destination des femmes ne se limitant pas aux écrits d’homme, il convient d’envisager à part entière les œuvres de femmes philosophes, autrices ou artistes de la période, pour voir dans quelle mesure elles ont elles-mêmes pu proposer des réflexions sur la notion de génie et des exemples dont elles ne soient pas exclues. Il s’agira alors de désinvisibiliser ces conceptions issues de femmes de lettres afin d’enrichir tant et plus les différentes acceptions du génie évoquées lors de la précédente journée du laboratoire.

Enfin, une cinquième approche consisterait à analyser rétrospectivement la question du génie à partir du moment où, au XVIIIe, il s’individualise. En effet, quelles femmes des XVIIe et XVIIIe siècles seraient à présent considérées comme géniales ? Naturellement douées pour tel ou tel art, telle ou telle science ? Capables de produire des réalisations sublimes ? Sont-elles des individus d’exception, selon des conceptions plus tardives du génie ? Ces femmes de génie, injustement méconnues, méritent sans doute aujourd’hui d’être considérées comme telles et de sortir de l’ombre. Il devient dès lors possible de repenser les possibles figures de « génies » au féminin, depuis la sage-femme Louise Bourgeois jusqu’aux plus communément admises femmes de sciences comme les célèbres Christine de Suède et Émilie du Châtelet qui, suscitant souvent la jalousie, ont su imposer leur indiscutable génie aux yeux de leurs condisciples masculins.

La journée d’étude est prévue en vidéo-conférence le mercredi 9 juin 2021. Les propositions de communication, rédigées en français ou en anglais et d’une longueur maximale de 500 mots, sont à faire parvenir avant le 19 avril 2021 à l’adresse figee@ens-lyon.fr.

Notes :

1 Voir à ce propos J.-A. Perras, L’Exception exemplaire. Inventions et usages du génie (XVIe-XVIIIe siècle), Paris, Classiques Garnier, coll. « Lire le XVIIe siècle. Série Discours historique, discours philosophique », 2015.

2 Voir à ce propos D. Brancher, Équivoques de la pudeur. Fabrique d’une passion à la Renaissance, Genève, Droz, coll. « Travaux d’Humanisme et Renaissance », 2015.

3 Voir à ce propos Aristote, De la génération des animaux, [1961], Les Belles Lettres, coll. « Budé », n° 152, 2013, II, 3, 737a.

4 J. Du Bosc, L’Honnête femme, Chez Pierre Billaine, rue S. Jacques, à l’enseigne de la Bonne Foy, devant S. Yves, 1632.

5 J. Du Bosc, La Femme héroïque ou les héroïnes comparées avec les héros en toute sorte de vertus, Paris, A. de Sommaville et A. Courbé, 1645, 2 vol.

6 R. Descartes, Lettre au Père Vatier du 22 février 1638.

7 « Le tempérament ne peut être précisément matérialisé par telle ou telle complexion corporelle […]. Ainsi, de même qu’il peut y avoir des mélancoliques frivoles et joyeux ou des sanguins chétifs et paresseux, il y a des femmes de génie », E. Dorlin, La Matrice de la race. Généalogie sexuelle et coloniale de la Nation française, La Découverte, coll. « Poche/Sciences humaines et sociales », 2009, p. 28.

8 Voir à ce propos M.-F. Pellegrin, Pensées du corps et différences des sexes à l’époque moderne, Lyon, ENS Éditions, coll. « La croisée des chemins », 2020.

//

During the first workshop of the FIGÉE Junior Laboratory, devoted to the definition of the different meanings of the term « genius » in the scholarly and theoretical discourses of the seventeenth and eighteenth centuries, the approach of « genius » through the prism of gender appeared to be a necessity.

Indeed, if nothing allows us a priori to affirm that genius is exclusively masculine, it is worth noting that in the texts of the period there is an overwhelming majority of occurrences describing men glorified either for their perception of the poetic « genius » of the language or of considerations on the genius of different exclusively masculine professions.
From the genius first perceived collectively to the increasingly individualized genius – philosophical, poetic or even scientific – the texts seem to resist an inclusion of the women of the Ancien Régime. They would find themselves relegated to the sidelines of all genius. However, if we stick to the identification of the particular genius with a « demon » as it was so common during the Renaissance1, is it not still possible to find in the 17th century even traces of a female « evil genius » in the numerous accounts of possessions and exorcisms? At a time when witch-hunts were still raging, when midwives were progressively subservient to doctors, when women letter-writers had to comply with the rules of good taste and modestyr2 as defined by the authors of treatises on civility, was it possible to detect somewhere in the texts of the Ancien Régime a description of the genie that was not, in fact, exclusively masculine? In the 18th century, did not Diderot himself consider, following Aristotle and Galen, that women could transmit genius to their children without being endowed with it themselves? By making women « mutilated and imperfect « 3 compared to men, did the scholastic tradition also deprive women of any possibility of being genial? All these questions are invitations to explore, from the angle of the notion of genius, texts written not only about women, but often for women, and even by women.

It is possible to define five tracks around which to organize this workshop. Given the fact that socio-cultural and literary history overvalues the writings of men to the detriment of those of women, it is probably not so paradoxical to start again from considerations written by men, about women, but for other men – which would constitute a kind of masculine entre-soi – in order to try to identify, in the blanks of these speeches or even in the hollows of the often misogynistic prejudices, a properly feminine genius.
A second approach would be to explore men’s literature aimed directly at women in order to try to detect the outlines of a genius imposed on them from outside. For example, in 1632, Jacques Du Bosc published a treatise of exceptional posterity, L’Honnête femme4 , followed by a multitude of variations and reissues such as La Femme héroïque or les héroïnes comparées avec les héros en toutes sortes de vertus5. To what extent is it possible to see in this a normative effort to build a female genius?
This dichotomy of « genius » clashes, however, with a third conception, which assumes, on the contrary, the universality of the notion. In contrast to the court and Du Bosc, Descartes asserted that thought was not linked to the idiosyncrasies of the body and summarized his project in the Discourse on Method, « a book in which [he] wanted even women to be able to hear something « 6 . Is it then possible to affirm that genius is not the prerogative of the male gender alone and that the cogito can suffice to think the very possibility of a shared genius, freed from the barrier of bodies, sexes, and genders? Relying in particular on Poullain de la Barre, Elsa Dorlin does not hesitate to answer in the affirmative7. However, this question tears the Cartesians apart: Malebranche, Poullain de la Barre or even Spinoza bring radically opposed answers to it8.
Fourthly, since literature for women was not limited to the writings of men, it is appropriate to consider the works of women philosophers, authors or artists of the period in their own right, in order to see to what extent they themselves were able to propose reflections on the notion of genius and examples from which they were not excluded. It will then be a question of disinvisibilizing these conceptions stemming from women of letters in order to enrich as much as possible the different acceptions of genius evoked during the previous workshop of the junior laboratory.

Finally, a fifth approach would consist in retrospectively analyzing the question of genius from the moment when, in the 18th century, it became individualized. Indeed, which women of the seventeenth and eighteenth centuries would now be considered genius? Naturally gifted for such or such art, such or such science? Capable of producing sublime achievements? Are they exceptional individuals, according to later conceptions of genius? These women of genius, unjustly ignored, undoubtedly deserve today to be considered as such and to come out of the shadows. It becomes possible to rethink the possible figures of female « geniuses », from the midwife Louise Bourgeois to the most commonly accepted women of science such as the famous Christine of Sweden and Émilie du Châtelet, who, often arousing jealousy, were able to impose their indisputable genius in the eyes of their male fellow students.

The study day is scheduled as a video conference on Wednesday, June 9, 2021. Proposals for papers, written in French or English and not exceeding 500 words in length, should be sent before April 19, 2021 to figee@ens-lyon.fr.

Notes :

1 See J.-A. Perras, L’Exception exemplaire. Inventions et usages du génie (XVIe-XVIIIe siècle), Paris, Classiques Garnier, coll. « Lire le XVIIe siècle. Série Discours historique, discours philosophique », 2015.

2 Voir à ce propos D. Brancher, Équivoques de la pudeur. Fabrique d’une passion à la Renaissance, Genève, Droz, coll. « Travaux d’Humanisme et Renaissance », 2015.

3 See Aristote, De la génération des animaux, [1961], Les Belles Lettres, coll. « Budé », n° 152, 2013, II, 3, 737a.

4 J. Du Bosc, L’Honnête femme, Chez Pierre Billaine, rue S. Jacques, à l’enseigne de la Bonne Foy, devant S. Yves, 1632.

5 J. Du Bosc, La Femme héroïque ou les héroïnes comparées avec les héros en toute sorte de vertus, Paris, A. de Sommaville et A. Courbé, 1645, 2 vol.

6 R. Descartes, Lettre au Père Vatier du 22 février 1638 (traduction personnelle).

7 « The temperament cannot be precisely materialized by such or such body complexion […]. Thus, just as there can be frivolous and joyful melancholics or lazy and stunted sanguines, there are women of genius », E. Dorlin, La Matrice de la race. Généalogie sexuelle et coloniale de la Nation française, La Découverte, coll. « Poche/Sciences humaines et sociales », 2009, p. 28 (traduction personnelle).

8 See M.-F. Pellegrin, Pensées du corps et différences des sexes à l’époque moderne, Lyon, ENS Éditions, coll. « La croisée des chemins », 2020.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.