Journée d’étude – Le « génie » à l’épreuve du genre

Affiche Je Génie à l’épreuve du genre

Les membres de FIGÉE sont ravi.e.s de vous inviter à la deuxième journée d’étude du laboratoire, qui entend réfléchir la notion du génie au prisme du genre.

Si rien ne permet a priori d’affirmer que le génie soit exclusivement masculin, il convient de remarquer dans les textes de l’époque une écrasante majorité d’occurrences décrivant des hommes glorifiés pour leur perception du « génie » poétique de la langue ou de considérations sur le génie de telle ou telle profession exclusivement masculine.
Pourtant, si l’on s’en tient à l’identification du génie particulier avec un « démon » telle qu’elle était si courante à la Renaissance, n’est-il pas encore possible de trouver au XVIIe siècle ne seraient-ce que les traces d’un « mauvais génie » féminin dans les nombreux récits de possessions et d’exorcismes ? À une période où les chasses aux sorcières font encore rage, où les sages-femmes sont progressivement inféodées aux médecins, où les épistolières doivent se ranger aux règles du bon goût et de la pudeur telles que définies par des auteurs de traités de civilité, est-il possible de déceler quelque part dans les textes d’Ancien Régime une description du génie qui ne soit pas en fait exclusivement masculine ? Au XVIIIe siècle, Diderot lui-même ne considérait-il pas, suivant en cela Aristote et Galien, que les femmes pussent transmettre du génie à leurs enfants sans en être elles-mêmes pourvues ? Toutes ces questions sont autant d’invitations à explorer, sous l’angle de la notion de génie, des textes écrits non seulement sur les femmes, souvent pour des femmes, et – pourquoi pas même ? – par des femmes.

Cette journée aura lieu en ligne, le 9 juin 2021.

//

The members of FIGÉE are delighted to invite you to the second workshop of the laboratory, which focuses on the notion of genius through the prism of gender.

If nothing allows us to affirm a priori that genius is exclusively masculine, it is worth noting in the texts of the time an overwhelming majority of occurrences describing men glorified for their perception of the poetic « genius » of language or of considerations on the genius of such and such an exclusively male profession.
Yet, if we stick to the identification of the particular genius with a « demon » as it was so common in the Renaissance, is it not still possible to find in the 17th century even traces of a female « evil genius » in the numerous accounts of possessions and exorcisms? At a time when witch hunts were still raging, when midwives were progressively subordinated to doctors, when women writers had to comply with the rules of good taste and modesty as defined by the authors of treatises on civility, was it possible to detect somewhere in the texts of the Ancien Régime a description of the genie that was not in fact exclusively masculine? In the 18th century, did not Diderot himself consider, following Aristotle and Galen, that women could transmit genius to their children without being endowed with it themselves? All these questions are invitations to explore, under the angle of the notion of genius, texts written not only about women, but often for women, and – why not even? – by women.

This workshop will take place online on June 9, 2021.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.