Pistes de recherche de l’axe 3 – « Circulation des “génies” et transferts culturels »

Les deux premières journées d’étude du laboratoire-junior ont permis d’analyser l’étendue de la notion de « génie » : la première a fait émerger différents sens selon les types de corpus où elle apparaît et la deuxième, différents usages selon le genre de la personne qu’elle qualifie. Dans le prolongement de cette entreprise, il s’agit désormais d’envisager comment cette notion mouvante a circulé, s’est transformée et/ou spécialisée au sein de l’espace géographique européen et mondial tout au long des XVIIe et XVIIIe siècles.

Les conflits religieux dévastateurs qui divisent l’Europe au XVIe siècle entraîne le déclin progressif du Saint Empire Romain Germanique, alors même que le royaume d’Espagne devient la plus grande puissance européenne, en étendant son empire colonial en Amérique centrale et en Amérique du Sud. La monarchie française, également ébranlée par les guerres de Religion, cherche à s’imposer dans le royaume, puis à l’échelle européenne. Cette histoire géopolitique et militaire mouvementée doublée d’une intense réflexion philosophique sur la Nature humaine entraînent de nombreuses discussions sur l’universalité et la spécificité géographique de la notion de « génie ». En circulant à travers l’Europe et, avec la colonisation, à travers le monde, la notion de « génie » est ponctuellement utilisée dans des sens plus spécifiques en étant plus précisément associée à un espace géographique ou à un peuple. Ce sont ces déplacements que nous souhaiterions interroger tout au long des XVIIe et XVIIIe siècles, à travers plusieurs pistes de réflexion indicatives :

– la notion de « génie » est mobilisée dans des discours savants et politiques en France, mais également dans les productions discursives des autres empires, royautés et principautés européennes, chacune de ces entités cherchant à se singulariser au sein de l’ensemble géopolitique européen. L’on peut dès lors s’interroger sur la similarité du « génie » convoqué par les différents discours à orientation nationaliste durant les XVIIe et XVIIIe siècles. En effet, le « génie » de la langue française, considéré par le grammairien Louis du Truc comme « si naturel qu[‘on] en juge[…] à la premiere veue1 », et étudié par Gilles Siouffi2, diffère en de nombreux points de celui mobilisé au cœur de la questionne della lingua italienne, renvoyant moins aux qualités de clarté et de justesse qu’à celles de la langue de la triade formée par Boccace, Dante et Pétrarque défendue par l’Académie della Crusca3. De la même manière, le « génie » militaire admiré diffère d’un pays à l’autre. En Espagne ou en Suède, il renvoie à l’action d’un seul homme – respectivement Cortès et Charles XII. En France, il réfère à un ensemble théorique de techniques d’attaques et de défense et au corps militaire qui les met en œuvre, incarné finalement par la fondation de l’école du Génie de Mézières en 1748 sur proposition du Secrétaire d’État à la guerre pour former les ingénieurs militaires.
Ces différents discours sur le « génie » nourrissent des réflexions théoriques et des pratiques linguistiques ou militaires qui ne sont ni semblables, ni homogènes. Dès lors, sous l’apparente disparité des divisions politiques, est-il encore possible de trouver une notion unificatrice ? Cette spécification des différents sens de la notion, d’un espace géographique à l’autre, invite à en étudier les variations selon l’orientation nationaliste des discours qui les mobilisent, pour évaluer dans quelle mesure l’universalité de la notion résiste à son utilisation dans un discours d’autopromotion exclusive, visant à se distinguer des puissances voisines.

– la notion de « génie » apparaît également dans des discours sur autrui : alors qu’à partir du XVIe siècle se multiplient les voyages de différentes natures – diplomatiques, commerciaux, coloniaux, missionnaires, d’agrément – les acteurs de ces expéditions utilisent ce substantif dans des relations viatiques en lui donnant une portée collective. Dépassant l’acception individuelle enregistrée dans le dictionnaire de Nicot4, la notion s’étend, renvoyant alors au caractère propre d’une nation. Ce sens est enregistré pour la première fois dans le Dictionnaire Universel Augmenté de Furetière en 17275. Ainsi, Charles Patin s’intéresse, dans les Relations historiques et curieuses de voyages, en Allemagne, Angleterre, Hollande, Bohême, Suisse, etc., au « génie de ces peuples6 », François Bernier s’attache à rendre compte du « génie des Mogols et des Indiens7 », et Robert Challe détaille le « génie des nations orientales8 ». Ces commentaires de voyageur se font écho et sont nourris par les réflexions philosophiques sur les spécificités de chaque nation : Montesquieu, dans l’Esprit des Lois9, s’interroge sur les effets du climat et de la localisation géographique sur les mœurs et les lois d’un peuple donné ; ces réflexions sont poursuivies par Johann Gottfried von Herder, autour de la notion de Volksgeist (génie national), dans Une autre philosophie de l’histoire10. Cet élargissement de l’extensité de la notion est en lien avec l’institutionnalisation, tout au long des XVIIe et XVIIIe siècles, d’une idéologie raciste, stipulant une hiérarchie entre les peuples : il convient dès lors de s’interroger sur la place du « génie » dans ces discours, sur ses différentes acceptions plus spécifiques ainsi que sur leur évolution au cours de la période concernée.

– L’acception de la notion au sens de divinité semble n’être utilisée en Europe qu’à propos de l’Antiquité, elle est pourtant revivifiée sous la plume des religieux œuvrant en Amérique. Les missionnaires tentent de comprendre les spiritualités des Autochtones qu’ils cherchent à évangéliser : si le récollet Gabriel Sagard dénonce « la communication qu’ils ont avec des démons11 », le jésuite Paul Lejeune rapporte la croyance en « certains Génies du jour ou Genies de l’air, [qu’ils] nomment Khichikouai12 ». Tout en se refusant à reconnaître ces entités immatérielles comme des dieux, les missionnaires s’accordent sur l’aptitude des peuples indigènes à la vie spirituelle – condition nécessaire pour ensuite les évangéliser. La présence de la notion introduit des rapprochements avec des réalités historiques éloignées, qui fonctionnent comme un relais entre la France et le « Nouveau-Monde » : ces dynamiques plurielles demandent à être examinées plus précisément.

– Se pose la question des différents transferts possibles, d’un peuple à l’autre ou d’une langue à l’autre, de traits considérés comme proprement géniaux. Les filiations entre peuples ne correspondent pas nécessairement aux généalogies de la génialité, comme le souligne en 1684 un rédacteur du Mercure Galant : « les Gaulois n’ont rien laissé par écrit, & leur langage & leur génie estoit bien diférent de celuy des Francs, qui ont depuis habité les Gaules13 ». L’on pourra également se pencher sur le rôle que les traductions jouent dans la consolidation des stéréotypes sur la génialité de telle ou telle langue, de tel ou tel peuple. Ce même rédacteur nous invite ensuite à nous interroger sur la possibilité de la traduction de ce qui relève du génie dans un texte – ici poétique : « Je croirois bien plûtost que ces Francs prirent quelque teinture de la Poesie des Romains, dont ils prirent les coûtumes & le langage ; ce qui fit qu’en reconnoissance ils nommérent leurs Poesies des Romans. Mais pour moy je croy que c’est à la Provence que la France & l’Italie doivent leur Poesie rimée & nombreuse.14 » La question de la circulation des textes et de leur traduction, à une époque où les textes imprimés se diffusent de plus en plus largement, se pose de façon de plus en plus insistante : l’étude de la notion de « génie », à la fois formelle et thématique, est une porte ouverte pour aborder ces vastes questions.

La journée d’étude se déroulera en ligne, le mercredi 30 mars 2022. Les communications devront respecter un temps de 20 minutes. Chaque panel d’interventions sera suivi d’un temps alloué aux questions.
Le comité scientifique de la journée d’étude vous invite à soumettre votre proposition de communication de 300 à 350 mots avant le 30 janvier 2022 à l’adresse suivante :figee@ens-lyon.fr. Les réponses seront rapidement communiquées après la fin de l’appel.

Notes :

1 Du Truc, Louis, Le Génie de la langue françoyse, Préface datée du 30 août 1668 à Strasbourg, p. 4 r.-v.

2 Siouffi, Gilles, Le génie de la langue française : études sur les structures imaginaires de la description linguistique à l’âge classique, Paris, Honoré Champion éditeur, coll. « Bibliothèque de grammaire et de linguistique », no 33, 2010, 513 p.

3 Marr, Alexander, Raphaële Garrod, José Ramon Marcaida et Richard J. Oosterhoff, Logodaedalus, Word Histories of Ingenuity in Early Modern Europe, Pittsburgh, University of Pittsburgh Press, 2018, p.73.

4 Nicot, Jean, Thresor de la langue française tant ancienne que moderne, A PARIS, Chez DAVID DOUCEUR, Libraire juré, ruë sainct Jaques, à l’enseigne du Mercure arresté, 1606, p.313. 

5 Furetière, Antoine, Basnage de Beauval et Brutel de la Rivière, Dictionnaire universel, Contenant généralement tous les mots françois, tant vieux que modernes, & les Termes des sciences & des Arts, tome 2, 1727.

6 Patin, Charles, Relations historiques et curieuses de voyages en Allemagne, Angleterre, Hollande, Bohême, Suisse etc., Chez Pierre Mortier, Amsterdam, 1695, p.267.

7 Bernier, François, Un Libertin dans l’Inde moghole, [1670-71]éd. Frédéric Tinguely, Paris, Chandeigne, « Magellane », 2008, p. 235.

8 Challe, Robert, Journal d’un voyage fait aux Indes orientales, [1721], éd. Frédéric Deloffere, Melâhat Menemencioglu, Paris, Mercure de France, coll. « Le Temps retrouvé », 2002, tome 2, p. 41.

9 Montesquieu, Charles de Secondat, De l’Esprit des Lois, 1748, Livre XIV à XVIII.

10 Herder, Johann Gottfried et Rouché, Max, Une autre philosophie de l’histoire, pour contribuer à l’éducation de l’humanité: contribution à beaucoup de contributions du siècle, Paris, Aubier, Éditions Montaigne, coll. « Collection bilingue des classiques étrangers », 1964, 369 p.

11 Gabriel Sagard, Le Grand Voyage aux pays des Hurons, [1632], éd. J. Warwick, Les Presses de l’Université de Montréal, Montréal, 1998, p.157.

12 Lejeune, Paul, Relations de ce qui s’est passé en la Nouvelle-France en l’année 1634, [1635], Thwaites, Reuben Gold, The Jesuit relations and allied documents : travels and explorations of the Jesuit missionaries in New France, 1610-1791, vol. 6, Cleveland, Burrows, 1896, p.162.

13 Extraordinaire du Mercure galant, quartier d’octobre 1684 (tome XXVIII), édition numérique, dir. Anne Piéjus, coéd. Nathalie Berton-Blivet, Paris, OBVIL, 2014-2019, https://obvil.sorbonne-universite.fr/corpus/mercure-galant/MG-1684-12e

14 Extraordinaire du Mercure galant, quartier d’octobre 1684 (tome XXVIII), édition numérique, dir. Anne Piéjus, coéd. Nathalie Berton-Blivet, Paris, OBVIL, 2014-2019, https://obvil.sorbonne-universite.fr/corpus/mercure-galant/MG-1684-12e

 

//

 

Call for papers ” Circulation of “geniuses” and cultural transfers “.
3rd study day of the junior lab FIGÉE 17-18

During the first two workshops of the laboratoire-junior, we had analyzed the scope of the notion of “genius”: the first one brought out different meanings according to the types of corpus in which it appears and the second one, different uses according to the gender of the person it qualifies.To pursue this investigation, we must now consider how this shifting notion has circulated, has been transformed and/or specialized within the European and global geographical space throughout the seventeenth and eighteenth centuries.

The devastating religious conflicts that divided Europe in the sixteenth century led to the gradual decline of the Holy Roman Empire, while the kingdom of Spain became the greatest European power, expanding its colonial empire in Central and South America. The French monarchy, also shaken by the Wars of Religion, sought to impose itself on a national territory, and then on a European scale. This agitatied geopolitical and military history, coupled with intense philosophical reflection on human nature, led to numerous discussions on the universality and geographical specificity of the notion of “genius”. As it circulated throughout Europe and, with colonization, throughout the world, the notion of “genius” was occasionally used in a more specific sense, being associated with a geographic space or a population. It is these shifts that we would like to examine throughout the seventeenth and eighteenth centuries, through several indicative lines of thought:

– the notion of “genius” is mobilized in theoriccal and political discourse in France, but also in the discursive productions of other European empires, kingdoms and principalities, each of these entities seeking to distinguish itself within the European geopolitical whole. One can therefore wonder about the similarity of the “genius” used by the different nationalist-oriented discourses during the seventeenth and eighteenth centuries. Indeed, the “genius” of the French language, considered by the grammarian Louis du Truc as “so natural that [one] judges it […] at first glance”1 , and studied by Gilles Siouffi2 , differs in many ways from the “genius” mobilized at the heart of the Italian questionne della lingua, referring less to the qualities of clarity and accuracy than to those of the language of the triad formed by Boccaccio, Dante and Petrarch and defended by the Accademia della Crusca3. In the same way, the military “genius” admired differs from one country to another. In Spain and Sweden, it refers to the action of a single man – Cortes and Charles XII respectively. In France, it referred to a theoretical set of attack and defense techniques and to the military corps that implemented them, finally embodied by the founding of the Mézières School of Engineering in 1748 at the suggestion of the Secretary of State for War to train military engineers.
These different discourses on “genius” fed linguistic or military theoretical reflections and practices that were neither similar nor homogeneous. Therefore, under the apparent disparity of political divisions, is it still possible to find a unifying notion? This specification of the different meanings of the notion, from one geographical space to another, invites us to study the variations according to the nationalist orientation of the discourses that mobilize them, in order to evaluate to what extent the universality of the notion resists its use in a discourse of exclusive self-promotion, aiming at distinguishing itself from neighboring powers.

– The notion of “genius” also appears in discourses on others: from the sixteenth century, voyages of various kinds – diplomatic, commercial, colonial, missionary, pleasure – multiply and the actors of these expeditions use this noun in viatic relations by giving it a collective scope. Going beyond the individual meaning recorded in Nicot’s dictionary in 17274, the notion extends to the character of a nation. This meaning is recorded for the first time in Furetière’s Dictionnaire Universel Augmenté5. Thus, Charles Patin, in his Relations historiques et curieuses de voyages, en Allemagne, Angleterre, Hollande, Bohême, Suisse, etc., reports on the “genius of these populations”6, François Bernier presents in the “genius of the Moguls and Indians”7, and Robert Challe details the “genius of the oriental nations”8. These travelers’ comments echoed and are nourished by philosophical reflections on the specificities of each nation: Montesquieu, in L’Esprit des Lois9, wonders about the effects of climate and geographical location on the morals and laws of a given people; these reflections are continued by Johann Gottfried von Herder, around the notion of Volksgeist (national genius), in Une autre philosophie de l’Histoire10. This broadening of the notion’s scope is linked to the institutionalization, throughout the seventeenth and eighteenth centuries, of a racist ideology, stipulating a hierarchy between peoples. It invites us to question the place of “genius” in these discourses, its various more specific meanings and their evolution during the period in question.

– The notion of divinity seems to be used in Europe only in connection with Antiquity, but it is revived in the writings of religious working in America. The missionaries tried to understand the spirituality of the First Nations they aimed to evangelize: if the Recollet Gabriel Sagard denounced “the communication they have with demons “11 , the Jesuit Paul Lejeune reported the belief in “Genii of light, or Genii of the air, which they call Khichikouai “12. While refusing to recognize these immaterial entities as gods, the missionaries agreed on the aptitude of the indigenous peoples for spiritual life – a necessary condition for their subsequent evangelization. The presence of the notion introduces connections with distant historical realities, which function as a relay between France and the “New World”: these plural dynamics need to be examined more precisely.

– The possibility of the different transfers, from one people to another or from one language to another, of traits considered as properly genial, raises many questions. The filiations between peoples do not necessarily correspond to the genealogies of genius, as an editor of the Mercure Galant pointed out in 1684: “the Gauls left nothing in writing, & their language & their genius was quite different from that of the Franks, who have since inhabited the Gauls”13. We can also look at the role that translations play in the consolidation of stereotypes about the genius of this or that language, of this or that population. This same writer then invites us to question the possibility of translating what is genius in a text – in this case a poetic text: “I would rather believe that these Franks took some tincture of the poetry of the Romans, whose customs and language they took; which caused them to name their poetry Romans in recognition. But for my part I believe that it is to Provence that France and Italy owe their rhymed and numerous poetry.”14 The question of the circulation of texts and their translation, at a time when printed texts are becoming more and more widely distributed, is being raised more and more insistently: the study of the notion of “genius”, both formal and thematic, is an open door to approach these vast questions.

The workshop will take place online, on Wednesday, March 30, 2022.

Proposals for papers, written in French or English and not exceeding 500 words in length, should be sent before January 30, 2022 at the following address: figee@ens-lyon.fr. Responses will be communicated promptly after the end of the call.

Notes :

1 Du Truc, Louis, Le Génie de la langue françoyse, Préface datée du 30 août 1668 à Strasbourg, p. 4 r.-v.

2 Siouffi, Gilles, Le génie de la langue française : études sur les structures imaginaires de la description linguistique à l’âge classique, Paris, Honoré Champion éditeur, coll. « Bibliothèque de grammaire et de linguistique », no 33, 2010, 513 p.

3 Marr, Alexander, Raphaële Garrod, José Ramon Marcaida et Richard J. Oosterhoff, Logodaedalus, Word Histories of Ingenuity in Early Modern Europe, Pittsburgh, University of Pittsburgh Press, 2018, p.73.

4 Nicot, Jean, Thresor de la langue française tant ancienne que moderne, A PARIS, Chez DAVID DOUCEUR, Libraire juré, ruë sainct Jaques, à l’enseigne du Mercure arresté, 1606, p.313.

5 Furetière, Antoine, Basnage de Beauval et Brutel de la Rivière, Dictionnaire universel, Contenant généralement tous les mots françois, tant vieux que modernes, & les Termes des sciences & des Arts, tome 2, 1727.

6 Patin, Charles, Relations historiques et curieuses de voyages en Allemagne, Angleterre, Hollande, Bohême, Suisse etc., Chez Pierre Mortier, Amsterdam, 1695, p.267. Personal translation.

7 Bernier, François, Un Libertin dans l’Inde moghole, [1670-71]éd. Frédéric Tinguely, Paris, Chandeigne, « Magellane », 2008, p. 235. Personal translation.

8 Challe, Robert, Journal d’un voyage fait aux Indes orientales, [1721], éd. Frédéric Deloffere, Melâhat Menemencioglu, Paris, Mercure de France, coll. « Le Temps retrouvé », 2002, tome 2, p. 41. Personal translation.

9 Montesquieu, Charles de Secondat, De l’Esprit des Lois, 1748, Livre XIV à XVIII.

10 Herder, Johann Gottfried et Rouché, Max, Une autre philosophie de l’histoire, pour contribuer à l’éducation de l’humanité: contribution à beaucoup de contributions du siècle, Paris, Aubier, Éditions Montaigne, coll. « Collection bilingue des classiques étrangers », 1964, 369 p.

11 Gabriel Sagard, Le Grand Voyage aux pays des Hurons, [1632], éd. J. Warwick, Les Presses de l’Université de Montréal, Montréal, 1998, p.157. Personal translation.

12 Lejeune, Paul, Relations de ce qui s’est passé en la Nouvelle-France en l’année 1634, [1635], Thwaites, Reuben Gold, The Jesuit relations and allied documents : travels and explorations of the Jesuit missionaries in New France, 1610-1791, vol. 6, Cleveland, Burrows, 1896, p.163.

13 Extraordinaire du Mercure galant, quartier d’octobre 1684 (tome XXVIII), édition numérique, dir. Anne Piéjus, coéd. Nathalie Berton-Blivet, Paris, OBVIL, 2014-2019,  https://obvil.sorbonne-universite.fr/corpus/mercure-galant/MG-1684-12e

14 Extraordinaire du Mercure galant, quartier d’octobre 1684 (tome XXVIII),édition numérique, dir. Anne Piéjus, coéd. Nathalie Berton-Blivet, Paris, OBVIL, 2014-2019,  https://obvil.sorbonne-universite.fr/corpus/mercure-galant/MG-1684-12e


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.