Archives de l’auteur : msavart

Programme de la journée d’étude « Transferts culturels des “génies” et circulations artistiques à travers l’Europe »

Les membres du laboratoire-junior FIGÉE sont heureux·ses de vous présenter le programme de la journée d’étude « Transferts culturels des “génies” et circulations artistiques à travers l’Europe » : programme de la journée.

Cette journée d’étude, organisée par le laboratoire-junior FIGÉE, est soutenue par l’École Normale Supérieure de Lyon, l’Université Jean Monnet Saint-Étienne, ainsi que par l’Institut de l’Histoire des Représentations et des Idées dans les Modernités (IHRIM), et l’École doctorale 3LA. Nous les remercions pour leur confiance tant scientifique qu’institutionnelle.

Informations pratiques :
La journée se tiendra le mercredi 8 juin 2022 de 9h45 à 17h (GMT+2), à l’École Normale Supérieure de Lyon, sur le site Descartes, en salle D2 – 121. Si vous ne pouvez pas être là en personne, il est également possible de suivre la journée en ligne.
Le lien à suivre pour vous connecter à la réunion Zoom sera le suivant :
https://univ-amu-fr.zoom.us/j/84306180841?pwd=Mhh5K0MeWsPe1pOaetg6wQRlPP8vOo.1
ID de réunion : 843 0618 0841
Code secret : 506048

Au plaisir de vous retrouver nombreuses et nombreux à cette occasion !

//

Here is the program of the workshop “Cultural transfers of “geniuses” and artistic circulations across Europe ” : program

This workshop, organized by the lab-junior FIGÉE, is supported by the École Normale Supérieure de Lyon,  the Université Jean Monnet Saint-Étienne, as well as by the Institut de l’Histoire des Représentations et des Idées dans les Modernités (IHRIM), and the École doctorale 3LA. We thank them all for their scientific and institutional confidence.

Practical information :
The workshop will be held on Wednesday, June 8, 2022 from 9:45 am to 5 pm (GMT+2), at the École Normale Supérieure de Lyon, Descartes site, room D2 – 121. If you can’t be physically with us, you can still join the workshop online.
The link to follow to connect to the Zoom meeting will be the following:
https://univ-amu-fr.zoom.us/j/84306180841?pwd=Mhh5K0MeWsPe1pOaetg6wQRlPP8vOo.1
Meeting ID  : 843 0618 0841
Secret code ; 506048

Looking forward to seeing many of you on this occasion !

Journée d’étude – Transferts culturels des « génies » et circulations artistiques à travers l’Europe

Affiche Transferts culturels des “génies” et circulations artistiques

Les membres de FIGÉE sont ravi·e·s de vous inviter à la troisième journée d’étude du laboratoire junior, qui vise à étudier les transferts des « génies » d’une culture à l’autre à travers le monde et d’une pratique artistique à une autre à travers l’Europe.

Les conflits religieux dévastateurs qui divisent l’Europe au XVIe siècle ainsi que l’extension de l’œkoumène consécutif des grandes découvertes s’accompagnent d’une intense réflexion philosophique, à la fois politique et théologique, sur la nature humaine et sur l’universalité de la notion de « génie ». En circulant à travers l’Europe et, avec la colonisation, à travers le monde, celle-ci est ponctuellement associée à un espace géographique ou à un peuple. Ces usages spécifiques invitent à étudier les variations sémantiques et/ou figuratives de cette notion selon l’orientation nationaliste des discours ou des représentations cherchant à figurer tel ou tel génie national. Il s’agit d’interroger la résistance d’une « universalité » du génie face à la démultiplication des stratégies distinctives. L’utilisation de la notion ne se limitant pas aux
discours savants et théoriques, il convient également d’envisager comment art et fiction littéraire actualisent, représentent ou problématisent les stéréotypes liés aux différentes acceptions du « génie ».

Cette journée aura lieu à l’École Normale Supérieure de Lyon, le 8 juin 2022. Elle se tiendra sur le site Descartes, en salle D2 – 121.

//

The members of FIGÉE are delighted to invite you to the third workshop of the laboratory. We aim to study the transfer of ‘geniuses’ from one culture to another across the world and from one artistic practice to another across Europe.

The devastating religious conflicts that divided Europe during the 16th century and the expansion of the oecumene following the Great Discoveries were accompanied by intense philosophical reflection, both political and theological, on human nature and the universality of the notion of ‘genius’. As it circulated throughout Europe and, with colonisation, throughout the world, it was occasionally associated with a geographical area or a people. These specific uses invite us to study the semantic and/or figurative variations of this notion according to the nationalist orientation of the discourses or representations that seek to portray this or that national genius. We aim to examine the resistance of a ‘universality’ of genius in opposition to the multiplication of distinctive strategies. The use of the notion is not limited to scholarly and theoretical discourses, and it is also necessary to consider how art and literary fiction update, represent or problematise the stereotypes linked to the different meanings of ‘genius’.

This workshop will take place at the École Normale Supérieure de Lyon, on 8 June 2022. It will be held on the Descartes site, in room D2 – 121.

Nouvelles pistes de recherche axes 3 & 4 « Transferts culturels des « génies » et circulations artistiques à travers l’Europe »

Appel à communication « Transferts culturels des « génies » et circulations artistiques à travers l’Europe »
3
e journée d’étude du laboratoire-junior FIGÉE 17-18

Pour sa dernière manifestation scientifique, le laboratoire-junior FIGÉE 17-18 organise une journée d’étude en présentiel, le 8 juin 2022, à l’ENS de Lyon. Cette rencontre, qui sera l’occasion d’explorer les axes 3 et 4 du projet de recherche initial, est aussi vouée au bilan des travaux du laboratoire-junior. Elle offrira également l’occasion de partager un moment convivial longtemps différé en raison de la crise sanitaire.

Les deux premières journées d’étude du laboratoire-junior ont permis d’évaluer l’étendue de la notion de « génie » en faisant émerger différents sens (selon les types de corpus où elle apparaissait) et différents usages (selon le genre de la personne ainsi désignée). Il s’agit désormais d’envisager comment cette notion a pu circuler, se transformer ou se spécialiser au sein de l’espace géographique européen et mondial et dans différentes pratiques artistiques – musique, théâtre, opéra ou architecture – tout au long des XVIIe et XVIIIe siècles.

Les conflits religieux dévastateurs qui divisent l’Europe au XVIe siècle ainsi que l’extension de l’œkoumène consécutif des grandes découvertes s’accompagnent d’une intense réflexion philosophique, à la fois politique et théologique, sur la nature humaine et sur l’universalité de la notion de « génie ». En circulant à travers l’Europe et, avec la colonisation, à travers le monde, celle-ci est ponctuellement associée à un espace géographique ou à un peuple. Ces usages spécifiques invitent à étudier les variations sémantiques et/ou figuratives de cette notion selon l’orientation nationaliste des discours ou des représentations cherchant à figurer tel ou tel génie national. Il s’agit d’interroger la résistance d’une « universalité » du génie face à la démultiplication des stratégies distinctives. L’utilisation de la notion ne se limitant pas aux discours savants et théoriques, il convient également d’envisager comment art et fiction littéraire actualisent, représentent ou problématisent les stéréotypes liés aux différentes acceptions du « génie ».

1. la notion de « génie » est mobilisée dans les discours des empires, monarchies et principautés européennes, chacune de ces entités cherchant à se singulariser au sein de l’ensemble géopolitique. Les parentés entre peuples ne correspondent pas toujours aux filiations de la génialité, comme le souligne en 1684 un rédacteur du Mercure Galant : « les Gaulois n’ont rien laissé par écrit, & leur langage & leur génie estoit bien diférent de celuy des Francs, qui ont depuis habité les Gaules1 ».

– Au-delà de la disparité des caractères géniaux attribués à tel ou tel peuple, il est aussi manifeste que la notion connaît des acceptions différentes d’une langue à l’autre. Ainsi, le « génie » de la langue française, que le grammairien Louis du Truc considère « si naturel qu[‘on] en juge[…] à la premiere veue2 », et étudié par Gilles Siouffi3, diffère de celui mobilisé au cœur de la questionne della lingua italienne, renvoyant moins aux qualités de clarté et de justesse qu’à celles de la langue de la triade formée par Boccace, Dante et Pétrarque défendue par l’Académie della Crusca4.

– De la même manière, le « génie » militaire admiré diffère d’un pays à l’autre, d’une acception individuelle comme en Espagne ou en Suède à un ensemble théorique de techniques d’attaques et de défense en France, incarné par la fondation de l’école du Génie de Mézières en 1748.

L’on peut dès lors s’interroger sur la similarité du « génie » convoqué par ces différents discours à orientation nationaliste.

2. La notion de « génie » apparaît également dans des discours sur autrui : alors qu’à partir du xvie siècle se multiplient les voyages de différentes natures – diplomatiques, commerciaux, coloniaux, missionnaires, d’agrément – les acteurs de ces expéditions utilisent ce substantif dans des relations viatiques en lui donnant une portée collective. Dépassant l’acception individuelle enregistrée dans le dictionnaire de Nicot5, la notion s’étend, renvoyant alors au caractère propre d’une nation. Ce sens est enregistré pour la première fois dans le Dictionnaire Universel Augmenté de Furetière en 17276. Ainsi, Charles Patin s’intéresse, dans les Relations historiques et curieuses de voyages, en Allemagne, Angleterre, Hollande, Bohême, Suisse, etc., au « génie de ces peuples7 », François Bernier s’attache à rendre compte du « génie des Mogols et des Indiens8 », et Robert Challe détaille le « génie des nations orientales9 ». Ces commentaires de voyageurs se font écho et sont nourris par les réflexions philosophiques sur les spécificités de chaque nation : Montesquieu, dans l‘Esprit des Lois10, s’interroge sur les effets du climat et de la localisation géographique sur les mœurs et les lois d’un peuple donné ; ces réflexions sont poursuivies par Johann Gottfried von Herder, autour de la notion de Volksgeist (génie national), dans Une autre philosophie de l’histoire11. Cet élargissement de l’extensité de la notion est en lien avec l’institutionnalisation, tout au long des XVIIe et XVIIIe siècles, d’une idéologie raciste stipulant une hiérarchie entre les peuples.

– En outre, bien que l’acception de la notion au sens de divinité semble n’être utilisée en Europe qu’à propos de l’Antiquité, elle reste vivace sous la plume des religieux œuvrant en Amérique qui tentent de comprendre les spiritualités autochtones qu’ils veulent évangéliser : si le récollet Gabriel Sagard dénonce « la communication qu’ils ont avec des démons12 », le jésuite Paul Lejeune rapporte la croyance en « certains Génies du jour ou Genies de l’air, [qu’ils] nomment Khichikouai13 ». Tout en refusant un caractère divin à ces entités immatérielles, les missionnaires s’accordent sur l’aptitude des peuples indigènes à la vie spirituelle – condition nécessaire pour ensuite les évangéliser. La présence de la notion introduit des rapprochements avec des réalités historiques éloignées, qui fonctionnent comme un relais entre la France et le « Nouveau-Monde ».

3. Enfin se pose la question de la figuration artistique du « génie » ou plus largement des traits considérés comme géniaux. L’on appelle couramment « génie » des « figures d’enfans avec des aîles & des attributs, qui servent dans les ornemens à représenter les vertus & les passions14 » mais d’un bas-relief ou d’une toile à l’autre, leurs attributs diffèrent, suggérant des symboliques plurielles. Plus généralement, les représentations tant figuratives que musicales ou scéniques d’individus géniaux permettent de voir les rapports que la musique, le théâtre, le récit ou encore la peinture entretiennent avec cette notion. L’on pourra aussi s’intéresser à la représentation picturale de la figure singulière de l’artiste et notamment aux autoportraits réalisés durant cette période car cette pratique, comme celle de la signature, n’est pas sans lien avec « l’émergence de l’idée de “génie” et l’apparition d’une nouvelle configuration intellectuelle, celle des Beaux-arts15 ». Quant aux « génies » artistiques des peintres italiens ou hollandais, ils semblent même s’opposer selon qu’ils reposent sur un jeu d’emprunts de références et de symboles variés dans des compositions parfois exubérantes, ou sur des scènes plus prosaïques, plus simples, représentées dans une palette de couleurs souvent sombres16. L’on pourra également se pencher sur le rôle que les réécritures et les traductions – d’une langue à l’autre ou d’un médium artistique à l’autre – jouent dans la consolidation des stéréotypes sur la génialité de tel ou tel individu ou de telle ou telle pratique.

La journée d’étude se déroulera à l’École Normale Supérieure de Lyon, le mercredi 8 juin 2022. Une restauration est prévue pour les participant.e.s, et une prise en charge des frais de transport ou d’hébergement leur sera proposée. Une participation à distance sera prévue pour les personnes ne pouvant se déplacer. Le comité scientifique de la journée d’étude vous invite à soumettre votre proposition de communication de 300 à 350 mots avant le 30 avril 2022 à l’adresse suivante : figee@ens-lyon.fr. Les réponses seront rapidement communiquées après la fin de l’appel.

1 Extraordinaire du Mercure galant, quartier d’octobre 1684 (tome XXVIII), édition numérique, dir. Anne Piéjus, coéd. Nathalie Berton-Blivet, Paris, OBVIL, 2014-2019, https://obvil.sorbonne-universite.fr/corpus/mercure-galant/MG-1684-12e

2 Du Truc, Louis, Le Génie de la langue françoyse, Préface datée du 30 août 1668 à Strasbourg, p. 4 r.-v.

3 Siouffi, Gilles, Le génie de la langue française : études sur les structures imaginaires de la description linguistique à l’âge classique, Paris, Honoré Champion éditeur, coll. « Bibliothèque de grammaire et de linguistique », no 33, 2010, 513 p.

4 Marr, Alexander, Raphaële Garrod, José Ramon Marcaida et Richard J. Oosterhoff, Logodaedalus, Word Histories of Ingenuity in Early Modern Europe, Pittsburgh, University of Pittsburgh Press, 2018, p.73.

5 « Genie, m. penac. Genius. Est le naturel et inclination d’vn chacun. », Nicot, Jean, Thresor de la langue française tant ancienne que moderne, A PARIS, Chez DAVID DOUCEUR, Libraire juré, ruë sainct Jaques, à l’enseigne du Mercure arresté, 1606, p.313. 

6 Furetière, Antoine, Basnage de Beauval et Brutel de la Rivière, Dictionnaire universel, Contenant généralement tous les mots françois, tant vieux que modernes, & les Termes des sciences & des Arts, tome 2, 1727.

7 Patin, Charles, Relations historiques et curieuses de voyages en Allemagne, Angleterre, Hollande, Bohême, Suisse etc., Chez Pierre Mortier, Amsterdam, 1695, p.267.

8 Bernier, François, Un Libertin dans l’Inde moghole, [1670-71]éd. Frédéric Tinguely, Paris, Chandeigne, « Magellane », 2008, p. 235.

9 Challe, Robert, Journal d’un voyage fait aux Indes orientales, [1721], éd. Frédéric Deloffere, Melâhat Menemencioglu, Paris, Mercure de France, coll. « Le Temps retrouvé », 2002, tome 2, p. 41.

10 Montesquieu, Charles de Secondat, De l’Esprit des Lois, 1748, Livre XIV à XVIII.

11 Herder, Johann Gottfried et Rouché, Max, Une autre philosophie de l’histoire, pour contribuer à l’éducation de l’humanité: contribution à beaucoup de contributions du siècle, Paris, Aubier, Éditions Montaigne, coll. « Collection bilingue des classiques étrangers », 1964, 369 p.

12 Gabriel Sagard, Le Grand Voyage aux pays des Hurons, [1632], éd. J. Warwick, Les Presses de l’Université de Montréal, Montréal, 1998, p.157.

13 Lejeune, Paul, Relations de ce qui s’est passé en la Nouvelle-France en l’année 1634, [1635], Thwaites, Reuben Gold, The Jesuit relations and allied documents : travels and explorations of the Jesuit missionaries in New France, 1610-1791, vol. 6, Cleveland, Burrows, 1896, p.162.

14 « Génie », Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, [1757], vol. 7, p. 584, Édition Numérique Collaborative et Critique de l’Encyclopédie, en ligne, http://enccre.academie-sciences.fr/encyclopedie/article/v7-913-0/

15 Guichard, Charlotte. « La signature dans le tableau aux xviie et xviiie siècles : identité, réputation et marché de l’art », Sociétés & Représentations, vol. 25, no. 1, 2008, pp. 47-77.

16 Mignot, Claude, Rabreau, Daniel et Bajard, Sophie, Temps modernes, xvexviiie siècles, [Nouv. éd.], Paris, Flammarion, coll. « Histoire de l’art Flammarion », 2011, 603 p.

//

Call for papers ” Cultural transfers of “geniuses” and artistic circulations across Europe ” – 3rd study day of the FIGÉE 17-18 junior laboratory

For its last scientific event, the junior-lab FIGÉE 17-18 organizes a workshop on June 8, 2022, at the ENS of Lyon. It will be an opportunity to explore axes 3 and 4 of the initial research project. It is also dedicated to the assessment of the work of the junior-lab. It will be an opportunity to share a convivial moment that has been postponed for a long time due to the health crisis.

The first two workshops of the junior-lab aim to evaluate the scope of the “genius” notion, by bringing out different meanings (according to the types of corpus in which it appears) and different uses (according to the gender of the person so designated). This workshop is an invitation to consider how this notion circulates, was transformed or specialized within the European and global geographical space and in different artistic practices – music, theater, opera or architecture – throughout the 17th and 18th centuries.

The devastating religious conflicts that divided Europe in the 16th century and the expansion of the oecumene following the great discoveries were accompanied by intense philosophical reflection, both political and theological, on human nature and the universality of the notion of “genius”. As it circulated throughout Europe and, with colonization, throughout the world, this notion was occasionally associated with a geographic space or a people. These specific uses invite us to study the semantic and/or figurative variations of this notion according to the nationalist orientation of the discourses or representations seeking to represent such or such national genius. It aims to questioning the resistance of a genius “universality” in the face of the multiplication of distinctive strategies. The use of the notion is not limited to scholarly and theoretical discourses: it is also necessary to consider how art and literary fiction actualize, represent or problematize the stereotypes linked to the different meanings of “genius”.

1. the notion of “genius” is mobilized in the discourses of European empires, monarchies and principalities, each of these entities seeking to distinguish itself within the geopolitical whole. The kinship between peoples does not always correspond to the filiations of genius, as underlined in 1684 by an editor of the Mercure Galant: “the Gauls have left nothing in writing, & their language & their genius was quite different from that of the Franks, who have since inhabited the Gauls”1.

– Beyond the disparity of the genial characters attributed to this or that people, it is also obvious that the notion has different meanings from one language to another. Thus, the “genius” of the French language, which the grammarian Louis du Truc considers “so natural that […] one judges it […] at first sight2 “, and studied by Gilles Siouffi3, differs from that mobilized at the heart of the questionne della lingua italiana, referring less to the qualities of clarity and accuracy than to those of the language of the triad formed by Boccaccio, Dante and Petrarch, defended by the Accademia della Crusca4.

– In the same way, the admired military “genius” differed from one country to another, from an individual meaning as in Spain or Sweden to a theoretical set of attack and defense techniques in France, embodied by the foundation of the Mézières School of Engineering in 1748.

One can therefore wonder about the similarity of the “genius” summoned by these different discourses with a nationalist orientation.

2. The notion of “genius” also appears in discourses on others: while from the sixteenth century onwards voyages of various kinds – diplomatic, commercial, colonial, missionary, pleasure – multiplied, the actors of these expeditions used this noun in viatical relations by giving it a collective scope. Going beyond the individual meaning recorded in Nicot’s dictionary5 , the notion was extended, referring to the character of a nation. This meaning is recorded for the first time in Furetière’s Dictionnaire Universel Augmenté in 17276. Thus, Charles Patin, in his Relations historiques et curieuses de voyages, en Allemagne, Angleterre, Hollande, Bohême, Suisse, etc., is interested in the “genius of these peoples7” , François Bernier is interested in the “genius of the Moguls and Indians8” , and Robert Challe details the “genius of the Oriental nations9” . These travelers’ comments are echoed and nourished by philosophical reflections on the specificities of each nation: Montesquieu, in the Spirit of the Laws10, wonders about the effects of climate and geographical location on the morals and laws of a given people; these reflections are continued by Johann Gottfried von Herder, around the notion of Volksgeist (national genius), in Another Philosophy of History11 . This broadening of the notion’s scope is linked to the institutionalization, throughout the 17th and 18th centuries, of a racist ideology stipulating a hierarchy between peoples.

– In addition, although the notion of divinity seems to be used in Europe only in connection with Antiquity, it remains alive in the writings of the religious working in America who try to understand the native spiritualities that they want to evangelize: If the recollect Gabriel Sagard denounces “the communication they have with demons12 “, the Jesuit Paul Lejeune reports the belief in “certain Genies of the day or Genies of the air, [which they] name Khichikouai13 “. While denying a divine character to these immaterial entities, the missionaries agree on the aptitude of the indigenous peoples for the spiritual life – a necessary condition for then evangelizing them. The presence of the notion introduces connections with distant historical realities, which function as a relay between France and the “New World”.

3. Finally, there is the question of the artistic representation of “genius” or, more broadly, of traits considered to be genial. The term “genius” is commonly used to refer to “figures of children with elders and attributes, which are used in ornaments to represent virtues and passions 14” but from one bas-relief or canvas to another, their attributes differ, suggesting plural symbolism. More generally, figurative, musical or scenic representations of genial individuals allow us to see the relationships that music, theater, narrative or even painting have with this notion. We may also be interested in the pictorial representation of the artist’s singular figure, and in particular in the self-portraits made during this period, because this practice, like that of the signature, is not without a link to “the emergence of the idea of ‘genius’ and the appearance of a new intellectual configuration, that of the Beaux-arts15“. As for the artistic “geniuses” of the Italian or Dutch painters, they even seem to be opposed according to whether they are based on a game of borrowing references and varied symbols in sometimes exuberant compositions, or on more prosaic, simpler scenes, represented in a palette of often dark colors16. The role that rewritings and translations – from one language to another or from one artistic medium to another – play in the consolidation of stereotypes about the genius of this or that individual or practice will also be examined.

The workshop will take place at the École Normale Supérieure de Lyon, on Wednesday June 8, 2022. Catering will be provided for participants, and transportation and accommodation costs will be covered. A remote participation will be provided for those who cannot travel. The scientific committee of the study day invites you to submit your proposal of 300 to 350 words before April 30, 2022 at the following address: figee@ens-lyon.fr. Responses will be communicated promptly after the end of the call.

 

1 Extraordinaire du Mercure galant, quartier d’octobre 1684 (tome XXVIII), édition numérique, dir. Anne Piéjus, coéd. Nathalie Berton-Blivet, Paris, OBVIL, 2014-2019, https://obvil.sorbonne-universite.fr/corpus/mercure-galant/MG-1684-12e Personal translation.

2 Du Truc, Louis, Le Génie de la langue françoyse, Préface datée du 30 août 1668 à Strasbourg, p. 4 r.-v. Personal translation.

3 Siouffi, Gilles, Le génie de la langue française : études sur les structures imaginaires de la description linguistique à l’âge classique, Paris, Honoré Champion éditeur, coll. « Bibliothèque de grammaire et de linguistique », no 33, 2010, 513 p.

4 Marr, Alexander, Raphaële Garrod, José Ramon Marcaida et Richard J. Oosterhoff, Logodaedalus, Word Histories of Ingenuity in Early Modern Europe, Pittsburgh, University of Pittsburgh Press, 2018, p.73.

5 « Genie, m. penac. Genius. Est le naturel et inclination d’vn chacun. », Nicot, Jean, Thresor de la langue française tant ancienne que moderne, A PARIS, Chez DAVID DOUCEUR, Libraire juré, ruë sainct Jaques, à l’enseigne du Mercure arresté, 1606, p.313.

6 Furetière, Antoine, Basnage de Beauval et Brutel de la Rivière, Dictionnaire universel, Contenant généralement tous les mots françois, tant vieux que modernes, & les Termes des sciences & des Arts, tome 2, 1727.

7 Patin, Charles, Relations historiques et curieuses de voyages en Allemagne, Angleterre, Hollande, Bohême, Suisse etc., Chez Pierre Mortier, Amsterdam, 1695, p.267. Personal translation.

8 Bernier, François, Un Libertin dans l’Inde moghole, [1670-71]éd. Frédéric Tinguely, Paris, Chandeigne, « Magellane », 2008, p. 235. Personal translation.

9 Challe, Robert, Journal d’un voyage fait aux Indes orientales, [1721], éd. Frédéric Deloffere, Melâhat Menemencioglu, Paris, Mercure de France, coll. « Le Temps retrouvé », 2002, tome 2, p. 41. Personal translation.

10 Montesquieu, Charles de Secondat, De l’Esprit des Lois, 1748, Livre XIV à XVIII.

11 Herder, Johann Gottfried et Rouché, Max, Une autre philosophie de l’histoire, pour contribuer à l’éducation de l’humanité: contribution à beaucoup de contributions du siècle, Paris, Aubier, Éditions Montaigne, coll. « Collection bilingue des classiques étrangers », 1964, 369 p.

12 Gabriel Sagard, Le Grand Voyage aux pays des Hurons, [1632], éd. J. Warwick, Les Presses de l’Université de Montréal, Montréal, 1998, p.157. Personal translation.

13 Lejeune, Paul, Relations de ce qui s’est passé en la Nouvelle-France en l’année 1634, [1635], Thwaites, Reuben Gold, The Jesuit relations and allied documents : travels and explorations of the Jesuit missionaries in New France, 1610-1791, vol. 6, Cleveland, Burrows, 1896, p.162. Personal translation.

14 « Génie », Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, [1757], vol. 7, p. 584, Édition Numérique Collaborative et Critique de l’Encyclopédie, en ligne, http://enccre.academie-sciences.fr/encyclopedie/article/v7-913-0/ Personal translation.

15 Guichard, Charlotte. « La signature dans le tableau aux xviie et xviiie siècles : identité, réputation et marché de l’art », Sociétés & Représentations, vol. 25, no. 1, 2008, pp. 47-77. Personal translation.

16 Mignot, Claude, Rabreau, Daniel et Bajard, Sophie, Temps modernes, xvexviiie siècles, [Nouv. éd.], Paris, Flammarion, coll. « Histoire de l’art Flammarion », 2011, 603 p.

 

 

Pistes de recherche de l’axe 3 – « Circulation des “génies” et transferts culturels »

Les deux premières journées d’étude du laboratoire-junior ont permis d’analyser l’étendue de la notion de « génie » : la première a fait émerger différents sens selon les types de corpus où elle apparaît et la deuxième, différents usages selon le genre de la personne qu’elle qualifie. Dans le prolongement de cette entreprise, il s’agit désormais d’envisager comment cette notion mouvante a circulé, s’est transformée et/ou spécialisée au sein de l’espace géographique européen et mondial tout au long des XVIIe et XVIIIe siècles.

Les conflits religieux dévastateurs qui divisent l’Europe au XVIe siècle entraîne le déclin progressif du Saint Empire Romain Germanique, alors même que le royaume d’Espagne devient la plus grande puissance européenne, en étendant son empire colonial en Amérique centrale et en Amérique du Sud. La monarchie française, également ébranlée par les guerres de Religion, cherche à s’imposer dans le royaume, puis à l’échelle européenne. Cette histoire géopolitique et militaire mouvementée doublée d’une intense réflexion philosophique sur la Nature humaine entraînent de nombreuses discussions sur l’universalité et la spécificité géographique de la notion de « génie ». En circulant à travers l’Europe et, avec la colonisation, à travers le monde, la notion de « génie » est ponctuellement utilisée dans des sens plus spécifiques en étant plus précisément associée à un espace géographique ou à un peuple. Ce sont ces déplacements que nous souhaiterions interroger tout au long des XVIIe et XVIIIe siècles, à travers plusieurs pistes de réflexion indicatives :

– la notion de « génie » est mobilisée dans des discours savants et politiques en France, mais également dans les productions discursives des autres empires, royautés et principautés européennes, chacune de ces entités cherchant à se singulariser au sein de l’ensemble géopolitique européen. L’on peut dès lors s’interroger sur la similarité du « génie » convoqué par les différents discours à orientation nationaliste durant les XVIIe et XVIIIe siècles. En effet, le « génie » de la langue française, considéré par le grammairien Louis du Truc comme « si naturel qu[‘on] en juge[…] à la premiere veue1 », et étudié par Gilles Siouffi2, diffère en de nombreux points de celui mobilisé au cœur de la questionne della lingua italienne, renvoyant moins aux qualités de clarté et de justesse qu’à celles de la langue de la triade formée par Boccace, Dante et Pétrarque défendue par l’Académie della Crusca3. De la même manière, le « génie » militaire admiré diffère d’un pays à l’autre. En Espagne ou en Suède, il renvoie à l’action d’un seul homme – respectivement Cortès et Charles XII. En France, il réfère à un ensemble théorique de techniques d’attaques et de défense et au corps militaire qui les met en œuvre, incarné finalement par la fondation de l’école du Génie de Mézières en 1748 sur proposition du Secrétaire d’État à la guerre pour former les ingénieurs militaires.
Ces différents discours sur le « génie » nourrissent des réflexions théoriques et des pratiques linguistiques ou militaires qui ne sont ni semblables, ni homogènes. Dès lors, sous l’apparente disparité des divisions politiques, est-il encore possible de trouver une notion unificatrice ? Cette spécification des différents sens de la notion, d’un espace géographique à l’autre, invite à en étudier les variations selon l’orientation nationaliste des discours qui les mobilisent, pour évaluer dans quelle mesure l’universalité de la notion résiste à son utilisation dans un discours d’autopromotion exclusive, visant à se distinguer des puissances voisines.

– la notion de « génie » apparaît également dans des discours sur autrui : alors qu’à partir du XVIe siècle se multiplient les voyages de différentes natures – diplomatiques, commerciaux, coloniaux, missionnaires, d’agrément – les acteurs de ces expéditions utilisent ce substantif dans des relations viatiques en lui donnant une portée collective. Dépassant l’acception individuelle enregistrée dans le dictionnaire de Nicot4, la notion s’étend, renvoyant alors au caractère propre d’une nation. Ce sens est enregistré pour la première fois dans le Dictionnaire Universel Augmenté de Furetière en 17275. Ainsi, Charles Patin s’intéresse, dans les Relations historiques et curieuses de voyages, en Allemagne, Angleterre, Hollande, Bohême, Suisse, etc., au « génie de ces peuples6 », François Bernier s’attache à rendre compte du « génie des Mogols et des Indiens7 », et Robert Challe détaille le « génie des nations orientales8 ». Ces commentaires de voyageur se font écho et sont nourris par les réflexions philosophiques sur les spécificités de chaque nation : Montesquieu, dans l’Esprit des Lois9, s’interroge sur les effets du climat et de la localisation géographique sur les mœurs et les lois d’un peuple donné ; ces réflexions sont poursuivies par Johann Gottfried von Herder, autour de la notion de Volksgeist (génie national), dans Une autre philosophie de l’histoire10. Cet élargissement de l’extensité de la notion est en lien avec l’institutionnalisation, tout au long des XVIIe et XVIIIe siècles, d’une idéologie raciste, stipulant une hiérarchie entre les peuples : il convient dès lors de s’interroger sur la place du « génie » dans ces discours, sur ses différentes acceptions plus spécifiques ainsi que sur leur évolution au cours de la période concernée.

– L’acception de la notion au sens de divinité semble n’être utilisée en Europe qu’à propos de l’Antiquité, elle est pourtant revivifiée sous la plume des religieux œuvrant en Amérique. Les missionnaires tentent de comprendre les spiritualités des Autochtones qu’ils cherchent à évangéliser : si le récollet Gabriel Sagard dénonce « la communication qu’ils ont avec des démons11 », le jésuite Paul Lejeune rapporte la croyance en « certains Génies du jour ou Genies de l’air, [qu’ils] nomment Khichikouai12 ». Tout en se refusant à reconnaître ces entités immatérielles comme des dieux, les missionnaires s’accordent sur l’aptitude des peuples indigènes à la vie spirituelle – condition nécessaire pour ensuite les évangéliser. La présence de la notion introduit des rapprochements avec des réalités historiques éloignées, qui fonctionnent comme un relais entre la France et le « Nouveau-Monde » : ces dynamiques plurielles demandent à être examinées plus précisément.

– Se pose la question des différents transferts possibles, d’un peuple à l’autre ou d’une langue à l’autre, de traits considérés comme proprement géniaux. Les filiations entre peuples ne correspondent pas nécessairement aux généalogies de la génialité, comme le souligne en 1684 un rédacteur du Mercure Galant : « les Gaulois n’ont rien laissé par écrit, & leur langage & leur génie estoit bien diférent de celuy des Francs, qui ont depuis habité les Gaules13 ». L’on pourra également se pencher sur le rôle que les traductions jouent dans la consolidation des stéréotypes sur la génialité de telle ou telle langue, de tel ou tel peuple. Ce même rédacteur nous invite ensuite à nous interroger sur la possibilité de la traduction de ce qui relève du génie dans un texte – ici poétique : « Je croirois bien plûtost que ces Francs prirent quelque teinture de la Poesie des Romains, dont ils prirent les coûtumes & le langage ; ce qui fit qu’en reconnoissance ils nommérent leurs Poesies des Romans. Mais pour moy je croy que c’est à la Provence que la France & l’Italie doivent leur Poesie rimée & nombreuse.14 » La question de la circulation des textes et de leur traduction, à une époque où les textes imprimés se diffusent de plus en plus largement, se pose de façon de plus en plus insistante : l’étude de la notion de « génie », à la fois formelle et thématique, est une porte ouverte pour aborder ces vastes questions.

La journée d’étude se déroulera en ligne, le mercredi 30 mars 2022. Les communications devront respecter un temps de 20 minutes. Chaque panel d’interventions sera suivi d’un temps alloué aux questions.
Le comité scientifique de la journée d’étude vous invite à soumettre votre proposition de communication de 300 à 350 mots avant le 30 janvier 2022 à l’adresse suivante :figee@ens-lyon.fr. Les réponses seront rapidement communiquées après la fin de l’appel.

Notes :

1 Du Truc, Louis, Le Génie de la langue françoyse, Préface datée du 30 août 1668 à Strasbourg, p. 4 r.-v.

2 Siouffi, Gilles, Le génie de la langue française : études sur les structures imaginaires de la description linguistique à l’âge classique, Paris, Honoré Champion éditeur, coll. « Bibliothèque de grammaire et de linguistique », no 33, 2010, 513 p.

3 Marr, Alexander, Raphaële Garrod, José Ramon Marcaida et Richard J. Oosterhoff, Logodaedalus, Word Histories of Ingenuity in Early Modern Europe, Pittsburgh, University of Pittsburgh Press, 2018, p.73.

4 Nicot, Jean, Thresor de la langue française tant ancienne que moderne, A PARIS, Chez DAVID DOUCEUR, Libraire juré, ruë sainct Jaques, à l’enseigne du Mercure arresté, 1606, p.313. 

5 Furetière, Antoine, Basnage de Beauval et Brutel de la Rivière, Dictionnaire universel, Contenant généralement tous les mots françois, tant vieux que modernes, & les Termes des sciences & des Arts, tome 2, 1727.

6 Patin, Charles, Relations historiques et curieuses de voyages en Allemagne, Angleterre, Hollande, Bohême, Suisse etc., Chez Pierre Mortier, Amsterdam, 1695, p.267.

7 Bernier, François, Un Libertin dans l’Inde moghole, [1670-71]éd. Frédéric Tinguely, Paris, Chandeigne, « Magellane », 2008, p. 235.

8 Challe, Robert, Journal d’un voyage fait aux Indes orientales, [1721], éd. Frédéric Deloffere, Melâhat Menemencioglu, Paris, Mercure de France, coll. « Le Temps retrouvé », 2002, tome 2, p. 41.

9 Montesquieu, Charles de Secondat, De l’Esprit des Lois, 1748, Livre XIV à XVIII.

10 Herder, Johann Gottfried et Rouché, Max, Une autre philosophie de l’histoire, pour contribuer à l’éducation de l’humanité: contribution à beaucoup de contributions du siècle, Paris, Aubier, Éditions Montaigne, coll. « Collection bilingue des classiques étrangers », 1964, 369 p.

11 Gabriel Sagard, Le Grand Voyage aux pays des Hurons, [1632], éd. J. Warwick, Les Presses de l’Université de Montréal, Montréal, 1998, p.157.

12 Lejeune, Paul, Relations de ce qui s’est passé en la Nouvelle-France en l’année 1634, [1635], Thwaites, Reuben Gold, The Jesuit relations and allied documents : travels and explorations of the Jesuit missionaries in New France, 1610-1791, vol. 6, Cleveland, Burrows, 1896, p.162.

13 Extraordinaire du Mercure galant, quartier d’octobre 1684 (tome XXVIII), édition numérique, dir. Anne Piéjus, coéd. Nathalie Berton-Blivet, Paris, OBVIL, 2014-2019, https://obvil.sorbonne-universite.fr/corpus/mercure-galant/MG-1684-12e

14 Extraordinaire du Mercure galant, quartier d’octobre 1684 (tome XXVIII), édition numérique, dir. Anne Piéjus, coéd. Nathalie Berton-Blivet, Paris, OBVIL, 2014-2019, https://obvil.sorbonne-universite.fr/corpus/mercure-galant/MG-1684-12e

 

//

 

Call for papers ” Circulation of “geniuses” and cultural transfers “.
3rd study day of the junior lab FIGÉE 17-18

During the first two workshops of the laboratoire-junior, we had analyzed the scope of the notion of “genius”: the first one brought out different meanings according to the types of corpus in which it appears and the second one, different uses according to the gender of the person it qualifies.To pursue this investigation, we must now consider how this shifting notion has circulated, has been transformed and/or specialized within the European and global geographical space throughout the seventeenth and eighteenth centuries.

The devastating religious conflicts that divided Europe in the sixteenth century led to the gradual decline of the Holy Roman Empire, while the kingdom of Spain became the greatest European power, expanding its colonial empire in Central and South America. The French monarchy, also shaken by the Wars of Religion, sought to impose itself on a national territory, and then on a European scale. This agitatied geopolitical and military history, coupled with intense philosophical reflection on human nature, led to numerous discussions on the universality and geographical specificity of the notion of “genius”. As it circulated throughout Europe and, with colonization, throughout the world, the notion of “genius” was occasionally used in a more specific sense, being associated with a geographic space or a population. It is these shifts that we would like to examine throughout the seventeenth and eighteenth centuries, through several indicative lines of thought:

– the notion of “genius” is mobilized in theoriccal and political discourse in France, but also in the discursive productions of other European empires, kingdoms and principalities, each of these entities seeking to distinguish itself within the European geopolitical whole. One can therefore wonder about the similarity of the “genius” used by the different nationalist-oriented discourses during the seventeenth and eighteenth centuries. Indeed, the “genius” of the French language, considered by the grammarian Louis du Truc as “so natural that [one] judges it […] at first glance”1 , and studied by Gilles Siouffi2 , differs in many ways from the “genius” mobilized at the heart of the Italian questionne della lingua, referring less to the qualities of clarity and accuracy than to those of the language of the triad formed by Boccaccio, Dante and Petrarch and defended by the Accademia della Crusca3. In the same way, the military “genius” admired differs from one country to another. In Spain and Sweden, it refers to the action of a single man – Cortes and Charles XII respectively. In France, it referred to a theoretical set of attack and defense techniques and to the military corps that implemented them, finally embodied by the founding of the Mézières School of Engineering in 1748 at the suggestion of the Secretary of State for War to train military engineers.
These different discourses on “genius” fed linguistic or military theoretical reflections and practices that were neither similar nor homogeneous. Therefore, under the apparent disparity of political divisions, is it still possible to find a unifying notion? This specification of the different meanings of the notion, from one geographical space to another, invites us to study the variations according to the nationalist orientation of the discourses that mobilize them, in order to evaluate to what extent the universality of the notion resists its use in a discourse of exclusive self-promotion, aiming at distinguishing itself from neighboring powers.

– The notion of “genius” also appears in discourses on others: from the sixteenth century, voyages of various kinds – diplomatic, commercial, colonial, missionary, pleasure – multiply and the actors of these expeditions use this noun in viatic relations by giving it a collective scope. Going beyond the individual meaning recorded in Nicot’s dictionary in 17274, the notion extends to the character of a nation. This meaning is recorded for the first time in Furetière’s Dictionnaire Universel Augmenté5. Thus, Charles Patin, in his Relations historiques et curieuses de voyages, en Allemagne, Angleterre, Hollande, Bohême, Suisse, etc., reports on the “genius of these populations”6, François Bernier presents in the “genius of the Moguls and Indians”7, and Robert Challe details the “genius of the oriental nations”8. These travelers’ comments echoed and are nourished by philosophical reflections on the specificities of each nation: Montesquieu, in L’Esprit des Lois9, wonders about the effects of climate and geographical location on the morals and laws of a given people; these reflections are continued by Johann Gottfried von Herder, around the notion of Volksgeist (national genius), in Une autre philosophie de l’Histoire10. This broadening of the notion’s scope is linked to the institutionalization, throughout the seventeenth and eighteenth centuries, of a racist ideology, stipulating a hierarchy between peoples. It invites us to question the place of “genius” in these discourses, its various more specific meanings and their evolution during the period in question.

– The notion of divinity seems to be used in Europe only in connection with Antiquity, but it is revived in the writings of religious working in America. The missionaries tried to understand the spirituality of the First Nations they aimed to evangelize: if the Recollet Gabriel Sagard denounced “the communication they have with demons “11 , the Jesuit Paul Lejeune reported the belief in “Genii of light, or Genii of the air, which they call Khichikouai “12. While refusing to recognize these immaterial entities as gods, the missionaries agreed on the aptitude of the indigenous peoples for spiritual life – a necessary condition for their subsequent evangelization. The presence of the notion introduces connections with distant historical realities, which function as a relay between France and the “New World”: these plural dynamics need to be examined more precisely.

– The possibility of the different transfers, from one people to another or from one language to another, of traits considered as properly genial, raises many questions. The filiations between peoples do not necessarily correspond to the genealogies of genius, as an editor of the Mercure Galant pointed out in 1684: “the Gauls left nothing in writing, & their language & their genius was quite different from that of the Franks, who have since inhabited the Gauls”13. We can also look at the role that translations play in the consolidation of stereotypes about the genius of this or that language, of this or that population. This same writer then invites us to question the possibility of translating what is genius in a text – in this case a poetic text: “I would rather believe that these Franks took some tincture of the poetry of the Romans, whose customs and language they took; which caused them to name their poetry Romans in recognition. But for my part I believe that it is to Provence that France and Italy owe their rhymed and numerous poetry.”14 The question of the circulation of texts and their translation, at a time when printed texts are becoming more and more widely distributed, is being raised more and more insistently: the study of the notion of “genius”, both formal and thematic, is an open door to approach these vast questions.

The workshop will take place online, on Wednesday, March 30, 2022.

Proposals for papers, written in French or English and not exceeding 500 words in length, should be sent before January 30, 2022 at the following address: figee@ens-lyon.fr. Responses will be communicated promptly after the end of the call.

Notes :

1 Du Truc, Louis, Le Génie de la langue françoyse, Préface datée du 30 août 1668 à Strasbourg, p. 4 r.-v.

2 Siouffi, Gilles, Le génie de la langue française : études sur les structures imaginaires de la description linguistique à l’âge classique, Paris, Honoré Champion éditeur, coll. « Bibliothèque de grammaire et de linguistique », no 33, 2010, 513 p.

3 Marr, Alexander, Raphaële Garrod, José Ramon Marcaida et Richard J. Oosterhoff, Logodaedalus, Word Histories of Ingenuity in Early Modern Europe, Pittsburgh, University of Pittsburgh Press, 2018, p.73.

4 Nicot, Jean, Thresor de la langue française tant ancienne que moderne, A PARIS, Chez DAVID DOUCEUR, Libraire juré, ruë sainct Jaques, à l’enseigne du Mercure arresté, 1606, p.313.

5 Furetière, Antoine, Basnage de Beauval et Brutel de la Rivière, Dictionnaire universel, Contenant généralement tous les mots françois, tant vieux que modernes, & les Termes des sciences & des Arts, tome 2, 1727.

6 Patin, Charles, Relations historiques et curieuses de voyages en Allemagne, Angleterre, Hollande, Bohême, Suisse etc., Chez Pierre Mortier, Amsterdam, 1695, p.267. Personal translation.

7 Bernier, François, Un Libertin dans l’Inde moghole, [1670-71]éd. Frédéric Tinguely, Paris, Chandeigne, « Magellane », 2008, p. 235. Personal translation.

8 Challe, Robert, Journal d’un voyage fait aux Indes orientales, [1721], éd. Frédéric Deloffere, Melâhat Menemencioglu, Paris, Mercure de France, coll. « Le Temps retrouvé », 2002, tome 2, p. 41. Personal translation.

9 Montesquieu, Charles de Secondat, De l’Esprit des Lois, 1748, Livre XIV à XVIII.

10 Herder, Johann Gottfried et Rouché, Max, Une autre philosophie de l’histoire, pour contribuer à l’éducation de l’humanité: contribution à beaucoup de contributions du siècle, Paris, Aubier, Éditions Montaigne, coll. « Collection bilingue des classiques étrangers », 1964, 369 p.

11 Gabriel Sagard, Le Grand Voyage aux pays des Hurons, [1632], éd. J. Warwick, Les Presses de l’Université de Montréal, Montréal, 1998, p.157. Personal translation.

12 Lejeune, Paul, Relations de ce qui s’est passé en la Nouvelle-France en l’année 1634, [1635], Thwaites, Reuben Gold, The Jesuit relations and allied documents : travels and explorations of the Jesuit missionaries in New France, 1610-1791, vol. 6, Cleveland, Burrows, 1896, p.163.

13 Extraordinaire du Mercure galant, quartier d’octobre 1684 (tome XXVIII), édition numérique, dir. Anne Piéjus, coéd. Nathalie Berton-Blivet, Paris, OBVIL, 2014-2019,  https://obvil.sorbonne-universite.fr/corpus/mercure-galant/MG-1684-12e

14 Extraordinaire du Mercure galant, quartier d’octobre 1684 (tome XXVIII),édition numérique, dir. Anne Piéjus, coéd. Nathalie Berton-Blivet, Paris, OBVIL, 2014-2019,  https://obvil.sorbonne-universite.fr/corpus/mercure-galant/MG-1684-12e

Archives de la journée d’étude « Le “génie” à l’épreuve du genre »

Les vidéos des communications de la journée d’étude « Le “génie” à l’épreuve du genre » sont maintenant en ligne : vous pouvez y accéder ci-dessous, ou via la page Youtube de notre laboratoire-junior.

Les archives sont organisées par panel, chacun regroupant une ou trois communications et une séance de questions.

//

The videos of the conferences delivered during the workshop ” ‘Genius’ through the prism of gender” are now online: you can access them below, or via the Youtube page of our junior lab.

The archive is organized by panel, each panel consisting of one or three conferences and a question and answer session.

 

Conférence inaugurale : « Du génie et de la grâce. Le genre et les passions au XVIIe siècle » – Lucie Desjardins (Université du Québec à Montréal)

Conférence inaugurale de la journée d’étude « Le “génie à l’épreuve du genre », organisée par FIGÉE (17-18) le 9 juin 2021.

 

Panel 1 : « Signes et symptômes d’un génie féminin au XVIIe siècle »

« Le génie mélancolique dans les Lettres d’Élisabeth de Bohême et de Marie-Madeleine de Lafayette » – Emma Gauthier-Marmaril (Université de Montréal)

Panel 1 de la journée d’étude « Le “génie à l’épreuve du genre » organisé par FIGÉE le 9 juin 2021.

 

Panel 2 : « Créatrices et créatures »

« Du démon au bon génie, les sylphides du XVIIIe siècle » – Marine Bastide Sousa (Université de Lille)
« Le génie vu par les femmes dramaturges » – Perry Gethner (Oklahoma University State)
« Génie féminin dans un monde d’homme – le cas des femmes sculptrices dans la seconde moitié du XVIIIe siècle » – Tara Cruzol (Université Toulouse II Jean Jaurès)

Panel 2 de la journée d’étude « Le “génie à l’épreuve du genre » organisé par FIGÉE le 9 juin 2021.

 

Mot de la fin – Christine Planté (Université Lyon 2)

Mot de la fin de la journée d’étude « Le “génie à l’épreuve du genre » organisé par FIGÉE le 9 juin 2021.

Programme de la journée d’étude « Le “génie” à l’épreuve du genre »

Voici le programme de la journée d’étude « Le “génie” à l’épreuve du genre » : Programme “le génie à l’épreuve du genre”

Cette journée d’étude, organisée par le laboratoire-junior FIGÉE, est soutenue par l’École Normale Supérieure de Lyon, l’Université Lumière Lyon 2, l’Université Jean Monnet Saint-Étienne, ainsi que par l’Institut de l’Histoire des Représentations et des Idées dans les Modernités (IHRIM), l’École doctorale 3LA et le Labex Comod. Nous les remercions pour leur confiance tant scientifique qu’institutionnelle.

Informations pratiques :
La journée se tiendra le mercredi 9 juin 2021 de 13h45 à 18h30 (GMT+2).
Le lien à suivre pour vous connecter à la réunion Zoom sera le suivant : https://us02web.zoom.us/j/85087265932?pwd=WDdCTGNwTno5OUFLWjVtUVF0NUZ1dz09
ID de réunion : 850 8726 5932
Code secret : 684984

Au plaisir de vous retrouver nombreuses et nombreux à cette occasion !

//

Here is the program of the workshop “Genius through the prism of gender”:

This workshop, organized by the lab-junior FIGÉE, is supported by the École Normale Supérieure de Lyon, the Université Lumière Lyon 2, the Université Jean Monnet Saint-Étienne, as well as by the Institut de l’Histoire des Représentations et des Idées dans les Modernités (IHRIM), the École doctorale 3LA and the Labex Comod. We thank them for their scientific and institutional confidence.

Practical information :
The workshop will be held on Wednesday, June 9, 2021 from 1:45 pm to 6:20 pm (GMT+2).
The link to follow to connect to the Zoom meeting will be the following:
https://us02web.zoom.us/j/85087265932?pwd=WDdCTGNwTno5OUFLWjVtUVF0NUZ1dz09
Meeting ID: 850 8726 5932
Secret code : 684984

Looking forward to seeing many of you on this occasion!

Journée d’étude – Le « génie » à l’épreuve du genre

Affiche Je Génie à l’épreuve du genre

Les membres de FIGÉE sont ravi.e.s de vous inviter à la deuxième journée d’étude du laboratoire, qui entend réfléchir la notion du génie au prisme du genre.

Si rien ne permet a priori d’affirmer que le génie soit exclusivement masculin, il convient de remarquer dans les textes de l’époque une écrasante majorité d’occurrences décrivant des hommes glorifiés pour leur perception du « génie » poétique de la langue ou de considérations sur le génie de telle ou telle profession exclusivement masculine.
Pourtant, si l’on s’en tient à l’identification du génie particulier avec un « démon » telle qu’elle était si courante à la Renaissance, n’est-il pas encore possible de trouver au XVIIe siècle ne seraient-ce que les traces d’un « mauvais génie » féminin dans les nombreux récits de possessions et d’exorcismes ? À une période où les chasses aux sorcières font encore rage, où les sages-femmes sont progressivement inféodées aux médecins, où les épistolières doivent se ranger aux règles du bon goût et de la pudeur telles que définies par des auteurs de traités de civilité, est-il possible de déceler quelque part dans les textes d’Ancien Régime une description du génie qui ne soit pas en fait exclusivement masculine ? Au XVIIIe siècle, Diderot lui-même ne considérait-il pas, suivant en cela Aristote et Galien, que les femmes pussent transmettre du génie à leurs enfants sans en être elles-mêmes pourvues ? Toutes ces questions sont autant d’invitations à explorer, sous l’angle de la notion de génie, des textes écrits non seulement sur les femmes, souvent pour des femmes, et – pourquoi pas même ? – par des femmes.

Cette journée aura lieu en ligne, le 9 juin 2021.

//

The members of FIGÉE are delighted to invite you to the second workshop of the laboratory, which focuses on the notion of genius through the prism of gender.

If nothing allows us to affirm a priori that genius is exclusively masculine, it is worth noting in the texts of the time an overwhelming majority of occurrences describing men glorified for their perception of the poetic “genius” of language or of considerations on the genius of such and such an exclusively male profession.
Yet, if we stick to the identification of the particular genius with a « demon » as it was so common in the Renaissance, is it not still possible to find in the 17th century even traces of a female « evil genius » in the numerous accounts of possessions and exorcisms? At a time when witch hunts were still raging, when midwives were progressively subordinated to doctors, when women writers had to comply with the rules of good taste and modesty as defined by the authors of treatises on civility, was it possible to detect somewhere in the texts of the Ancien Régime a description of the genie that was not in fact exclusively masculine? In the 18th century, did not Diderot himself consider, following Aristotle and Galen, that women could transmit genius to their children without being endowed with it themselves? All these questions are invitations to explore, under the angle of the notion of genius, texts written not only about women, but often for women, and – why not even? – by women.

This workshop will take place online on June 9, 2021.

Pistes de recherche de l’axe 2 – Le génie à l’épreuve du genre

Au cours de la première journée du Laboratoire Junior FIGÉE, consacrée à la définition des différentes acceptions du terme « génie » dans les discours savants et théoriques des XVIIe et XVIIIe siècles, est apparue comme une nécessité l’approche du « génie » au prisme du genre.

En effet, si rien ne permet a priori d’affirmer que le génie soit exclusivement masculin, il convient de remarquer dans les textes de l’époque une écrasante majorité d’occurrences décrivant des hommes glorifiés pour leur perception du « génie » poétique de la langue ou de considérations sur le génie de telle ou telle profession exclusivement masculine.

Du génie d’abord perçu collectivement au génie de plus en plus individualisé – philosophique, poétique ou même scientifique – les textes paraissent ainsi résister à une inclusion des femmes d’Ancien Régime qui se retrouveraient reléguées hors de toute génialité. Pourtant, si l’on s’en tient à l’identification du génie particulier avec un « démon » telle qu’elle était si courante à la Renaissance1, n’est-il pas encore possible de trouver au XVIIe siècle ne seraient-ce que les traces d’un « mauvais génie » féminin dans les nombreux récits de possessions et d’exorcismes ? À une période où les chasses aux sorcières font encore rage, où les sages-femmes sont progressivement inféodées aux médecins, où les épistolières doivent se ranger aux règles du bon goût et de la pudeur2 telles que définies par des auteurs de traités de civilité, est-il possible de déceler quelque part dans les textes d’Ancien Régime une description du génie qui ne soit pas en fait exclusivement masculine ? Au XVIIIe siècle, Diderot lui-même ne considérait-il pas, suivant en cela Aristote et Galien, que les femmes pussent transmettre du génie à leurs enfants sans en être elles-mêmes pourvues ? En faisant des femmes des êtres « mutilés et imparfaits3 » par rapport aux hommes, la tradition scolastique a-t-elle également amputé les femmes de toute possibilité d’être géniales ? Toutes ces questions sont autant d’invitations à explorer, sous l’angle de la notion de génie, des textes écrits non seulement sur les femmes, souvent pour des femmes, et – pourquoi pas même ? – par des femmes.

Il est possible de définir cinq pistes autour desquelles organiser cette journée d’étude. Devant le constat que l’histoire socio-culturelle et littéraire survalorise les écrits des hommes au détriment de ceux des femmes, sans doute n’est-il pas si paradoxal de repartir de considérations écrites par des hommes, sur des femmes, mais à destination d’autres hommes – ce qui constituerait une sorte d’entre-soi masculin – afin d’essayer d’identifier, dans les blancs de ces discours ou même en creux sous les préjugés souvent misogynes, un génie proprement féminin.

Une deuxième approche consisterait à explorer la littérature masculine directement à destination des femmes afin de tenter d’y déceler les contours d’un génie qui leur serait imposé de l’extérieur. Jacques Du Bosc publie par exemple en 1632 un traité à la postérité exceptionnelle, L’Honnête femme4, suivi d’une multitude de déclinaisons et rééditions comme La Femme héroïque ou les héroïnes comparées avec les héros en toutes sortes de vertus5. Jusqu’où est-il possible d’y voir un effort normatif d’édification d’un génie féminin ?

Cette dichotomie du « génie » se heurte toutefois à une troisième conception, qui suppose au contraire l’universalité de la notion. À l’opposé de la cour et de Du Bosc, Descartes affirme que la pensée n’est pas liée aux idiosyncrasies du corps et résume son projet dans le Discours de la méthode, « un livre, où [il a] voulu que les femmes même pussent entendre quelque chose6 ». Est-il dès lors possible d’affirmer que le génie n’est pas l’apanage du seul genre masculin et que le cogito puisse suffire pour penser la possibilité même d’un génie partagé, affranchi de la barrière des corps, des sexes, des genres ? S’appuyant en particulier sur Poullain de la Barre, Elsa Dorlin n’hésite pas à répondre à l’affirmative7. Pourtant, cette question déchire les cartésiens : Malebranche, Poullain de la Barre ou encore Spinoza y apportent des réponses radicalement opposées8.

Quatrièmement, la littérature à destination des femmes ne se limitant pas aux écrits d’homme, il convient d’envisager à part entière les œuvres de femmes philosophes, autrices ou artistes de la période, pour voir dans quelle mesure elles ont elles-mêmes pu proposer des réflexions sur la notion de génie et des exemples dont elles ne soient pas exclues. Il s’agira alors de désinvisibiliser ces conceptions issues de femmes de lettres afin d’enrichir tant et plus les différentes acceptions du génie évoquées lors de la précédente journée du laboratoire.

Enfin, une cinquième approche consisterait à analyser rétrospectivement la question du génie à partir du moment où, au XVIIIe, il s’individualise. En effet, quelles femmes des XVIIe et XVIIIe siècles seraient à présent considérées comme géniales ? Naturellement douées pour tel ou tel art, telle ou telle science ? Capables de produire des réalisations sublimes ? Sont-elles des individus d’exception, selon des conceptions plus tardives du génie ? Ces femmes de génie, injustement méconnues, méritent sans doute aujourd’hui d’être considérées comme telles et de sortir de l’ombre. Il devient dès lors possible de repenser les possibles figures de « génies » au féminin, depuis la sage-femme Louise Bourgeois jusqu’aux plus communément admises femmes de sciences comme les célèbres Christine de Suède et Émilie du Châtelet qui, suscitant souvent la jalousie, ont su imposer leur indiscutable génie aux yeux de leurs condisciples masculins.

La journée d’étude est prévue en vidéo-conférence le mercredi 9 juin 2021. Les propositions de communication, rédigées en français ou en anglais et d’une longueur maximale de 500 mots, sont à faire parvenir avant le 19 avril 2021 à l’adresse figee@ens-lyon.fr.

Notes :

1 Voir à ce propos J.-A. Perras, L’Exception exemplaire. Inventions et usages du génie (XVIe-XVIIIe siècle), Paris, Classiques Garnier, coll. « Lire le XVIIe siècle. Série Discours historique, discours philosophique », 2015.

2 Voir à ce propos D. Brancher, Équivoques de la pudeur. Fabrique d’une passion à la Renaissance, Genève, Droz, coll. « Travaux d’Humanisme et Renaissance », 2015.

3 Voir à ce propos Aristote, De la génération des animaux, [1961], Les Belles Lettres, coll. « Budé », n° 152, 2013, II, 3, 737a.

4 J. Du Bosc, L’Honnête femme, Chez Pierre Billaine, rue S. Jacques, à l’enseigne de la Bonne Foy, devant S. Yves, 1632.

5 J. Du Bosc, La Femme héroïque ou les héroïnes comparées avec les héros en toute sorte de vertus, Paris, A. de Sommaville et A. Courbé, 1645, 2 vol.

6 R. Descartes, Lettre au Père Vatier du 22 février 1638.

7 « Le tempérament ne peut être précisément matérialisé par telle ou telle complexion corporelle […]. Ainsi, de même qu’il peut y avoir des mélancoliques frivoles et joyeux ou des sanguins chétifs et paresseux, il y a des femmes de génie », E. Dorlin, La Matrice de la race. Généalogie sexuelle et coloniale de la Nation française, La Découverte, coll. « Poche/Sciences humaines et sociales », 2009, p. 28.

8 Voir à ce propos M.-F. Pellegrin, Pensées du corps et différences des sexes à l’époque moderne, Lyon, ENS Éditions, coll. « La croisée des chemins », 2020.

//

During the first workshop of the FIGÉE Junior Laboratory, devoted to the definition of the different meanings of the term “genius” in the scholarly and theoretical discourses of the seventeenth and eighteenth centuries, the approach of “genius” through the prism of gender appeared to be a necessity.

Indeed, if nothing allows us a priori to affirm that genius is exclusively masculine, it is worth noting that in the texts of the period there is an overwhelming majority of occurrences describing men glorified either for their perception of the poetic “genius” of the language or of considerations on the genius of different exclusively masculine professions.
From the genius first perceived collectively to the increasingly individualized genius – philosophical, poetic or even scientific – the texts seem to resist an inclusion of the women of the Ancien Régime. They would find themselves relegated to the sidelines of all genius. However, if we stick to the identification of the particular genius with a “demon” as it was so common during the Renaissance1, is it not still possible to find in the 17th century even traces of a female “evil genius” in the numerous accounts of possessions and exorcisms? At a time when witch-hunts were still raging, when midwives were progressively subservient to doctors, when women letter-writers had to comply with the rules of good taste and modestyr2 as defined by the authors of treatises on civility, was it possible to detect somewhere in the texts of the Ancien Régime a description of the genie that was not, in fact, exclusively masculine? In the 18th century, did not Diderot himself consider, following Aristotle and Galen, that women could transmit genius to their children without being endowed with it themselves? By making women “mutilated and imperfect “3 compared to men, did the scholastic tradition also deprive women of any possibility of being genial? All these questions are invitations to explore, from the angle of the notion of genius, texts written not only about women, but often for women, and even by women.

It is possible to define five tracks around which to organize this workshop. Given the fact that socio-cultural and literary history overvalues the writings of men to the detriment of those of women, it is probably not so paradoxical to start again from considerations written by men, about women, but for other men – which would constitute a kind of masculine entre-soi – in order to try to identify, in the blanks of these speeches or even in the hollows of the often misogynistic prejudices, a properly feminine genius.
A second approach would be to explore men’s literature aimed directly at women in order to try to detect the outlines of a genius imposed on them from outside. For example, in 1632, Jacques Du Bosc published a treatise of exceptional posterity, L’Honnête femme4 , followed by a multitude of variations and reissues such as La Femme héroïque or les héroïnes comparées avec les héros en toutes sortes de vertus5. To what extent is it possible to see in this a normative effort to build a female genius?
This dichotomy of “genius” clashes, however, with a third conception, which assumes, on the contrary, the universality of the notion. In contrast to the court and Du Bosc, Descartes asserted that thought was not linked to the idiosyncrasies of the body and summarized his project in the Discourse on Method, “a book in which [he] wanted even women to be able to hear something “6 . Is it then possible to affirm that genius is not the prerogative of the male gender alone and that the cogito can suffice to think the very possibility of a shared genius, freed from the barrier of bodies, sexes, and genders? Relying in particular on Poullain de la Barre, Elsa Dorlin does not hesitate to answer in the affirmative7. However, this question tears the Cartesians apart: Malebranche, Poullain de la Barre or even Spinoza bring radically opposed answers to it8.
Fourthly, since literature for women was not limited to the writings of men, it is appropriate to consider the works of women philosophers, authors or artists of the period in their own right, in order to see to what extent they themselves were able to propose reflections on the notion of genius and examples from which they were not excluded. It will then be a question of disinvisibilizing these conceptions stemming from women of letters in order to enrich as much as possible the different acceptions of genius evoked during the previous workshop of the junior laboratory.

Finally, a fifth approach would consist in retrospectively analyzing the question of genius from the moment when, in the 18th century, it became individualized. Indeed, which women of the seventeenth and eighteenth centuries would now be considered genius? Naturally gifted for such or such art, such or such science? Capable of producing sublime achievements? Are they exceptional individuals, according to later conceptions of genius? These women of genius, unjustly ignored, undoubtedly deserve today to be considered as such and to come out of the shadows. It becomes possible to rethink the possible figures of female “geniuses”, from the midwife Louise Bourgeois to the most commonly accepted women of science such as the famous Christine of Sweden and Émilie du Châtelet, who, often arousing jealousy, were able to impose their indisputable genius in the eyes of their male fellow students.

The workshop is scheduled as a video conference on Wednesday, June 9, 2021. Proposals for papers, written in French or English and not exceeding 500 words in length, should be sent before April 19, 2021 to figee@ens-lyon.fr.

Notes :

1 See J.-A. Perras, L’Exception exemplaire. Inventions et usages du génie (XVIe-XVIIIe siècle), Paris, Classiques Garnier, coll. « Lire le XVIIe siècle. Série Discours historique, discours philosophique », 2015.

2 Voir à ce propos D. Brancher, Équivoques de la pudeur. Fabrique d’une passion à la Renaissance, Genève, Droz, coll. « Travaux d’Humanisme et Renaissance », 2015.

3 See Aristote, De la génération des animaux, [1961], Les Belles Lettres, coll. « Budé », n° 152, 2013, II, 3, 737a.

4 J. Du Bosc, L’Honnête femme, Chez Pierre Billaine, rue S. Jacques, à l’enseigne de la Bonne Foy, devant S. Yves, 1632.

5 J. Du Bosc, La Femme héroïque ou les héroïnes comparées avec les héros en toute sorte de vertus, Paris, A. de Sommaville et A. Courbé, 1645, 2 vol.

6 R. Descartes, Lettre au Père Vatier du 22 février 1638 (traduction personnelle).

7 « The temperament cannot be precisely materialized by such or such body complexion […]. Thus, just as there can be frivolous and joyful melancholics or lazy and stunted sanguines, there are women of genius », E. Dorlin, La Matrice de la race. Généalogie sexuelle et coloniale de la Nation française, La Découverte, coll. « Poche/Sciences humaines et sociales », 2009, p. 28 (traduction personnelle).

8 See M.-F. Pellegrin, Pensées du corps et différences des sexes à l’époque moderne, Lyon, ENS Éditions, coll. « La croisée des chemins », 2020.

 

Archives de la journée d’étude « Définitions du génie dans les discours savants et théoriques »

Les vidéos des communications de la journée d’étude « Définitions du génie dans les discours savants et théoriques » sont maintenant en ligne :  vous pouvez y accéder ci-dessous, ou via la page Youtube de notre laboratoire-junior.

Les archives sont organisées par panel, chacun regroupant deux communications et une séance de questions.

//

The videos of the conferences delivered during the workshop “Definitions of genius in scholarly and theoretical discourses” are now online: you can access them below, or via the Youtube page of our junior lab.

The archive is organized by panel, each panel consisting of two conferences and a question and answer session.

Conférence inaugurale « Le génie entre innovations et usages » – Jean-Alexandre Perras (European University Institute et Voltaire Foundation)

Conférence inaugurale de la journée d’étude « Définition du “génie” dans les discours savants et théoriques » organisée par FIGÉE (17-18) le 10 février 2021

Panel 1 Réseaux lexicaux // Lexical Nets
« Sens et fonction du terme “génie” dans la caractérologie de Jean de la Bruyère » – Romain Billet (École normale supérieure Ulm – France)
« The Embellishment of the Genius in the Western Culture » Amira Halim Chehili (Université de Constantine – Algérie)

Panel 1 de la journée d’étude « Définition du “génie” dans les discours savants et théoriques » organisée par FIGÉE, le 10 février 2021

Panel 2 – Quel génie individuel // Which individual genius ?
« Considération sur la constitution du génie d’après Diderot » – Cyprien Lannoy (Université Jean Monnet à Saint-Étienne – France)
« La notion de génie chez Novalis » – Foteini Thoma (Université de Montpellier – France)

Panel 2 de la journée d’étude « Définition du “génie” dans les discours savants et théoriques », organisée par FIGÉE, le 10 février 2021

Panel 3 – Perspectives méthodologiques // Methodologics perspectives
« La notion d’enthousiasme dans les discours sur le génie artistique au XVIIIe : recension et analyse » – Thierry Côté (Université de Montréal – Canada)
« Le “génie observateur” dans la méthodologie des Lumières : problèmes
définitionnels » – Lucien Derainne (Institut d’Histoire des Représentations et des Idées dans les Modernités – France)

Panel 3 de la journée d’étude « Définition du “génie” dans les discours savants et théoriques », organisée par FIGÉE, le 10 février 2021

Programme de la journée d’étude “Définition des génies dans les discours savants et théoriques”

Voici le programme de la journée d’étude “Définition des génies dans les discours savants et théoriques” : Programme JE Définition des génies dans les discours savants et théoriques

Cette journée d’étude, organisée par le laboratoire-junior, est soutenue par l’École Normale Supérieure de Lyon, l’Université Lumière Lyon 2, l’Université Jean Monnet Saint-Étienne, ainsi que par l’Institut de l’Histoire des Représentations et des Idées dans les Modernités (IHRIM), l’École doctorale 3LA et le Labex Comod. Nous les remercions pour leur confiance tant scientifique qu’institutionnelle.

Informations pratiques :
La journée se tiendra le mercredi 10 février 2021 de 10h45 à 17h (GMT+1).
Le lien à suivre pour vous connecter à la réunion Zoom sera le suivant : https://us02web.zoom.us/j/87365916928
ID de réunion : 873 6591 6928 (pas de code secret nécessaire)

Au plaisir de vous retrouver nombreuses et nombreux à cette occasion !

//

Here is the program of the workshop “Definition of Geniuses in Scholarly and Theoretical Discourses”: Programme JE Définition des génies dans les discours savants et théoriques

This workshop, organized by the lab-junior, is supported by the École Normale Supérieure de Lyon, the Université Lumière Lyon 2, the Université Jean Monnet Saint-Étienne, as well as by the Institut de l’Histoire des Représentations et des Idées dans les Modernités (IHRIM), the École doctorale 3LA and the Labex Comod. We thank them for their scientific and institutional confidence.

Practical information :
The workshop will be held on Wednesday, February 10, 2021 from 10h45 am to 5 pm (GMT+1).
The link to follow to connect to the Zoom meeting will be the following: https://us02web.zoom.us/j/87365916928
Meeting ID: 873 6591 6928 (no secret code required)

Looking forward to seeing many of you on this occasion!