Archives de l’auteur : msavart

Programme de la journée d’étude « Le « génie » à l’épreuve du genre »

Voici le programme de la journée d’étude « Le « génie » à l’épreuve du genre » : Programme « le génie à l’épreuve du genre »

Cette journée d’étude, organisée par le laboratoire-junior FIGÉE, est soutenue par l’École Normale Supérieure de Lyon, l’Université Lumière Lyon 2, l’Université Jean Monnet Saint-Étienne, ainsi que par l’Institut de l’Histoire des Représentations et des Idées dans les Modernités (IHRIM), l’École doctorale 3LA et le Labex Comod. Nous les remercions pour leur confiance tant scientifique qu’institutionnelle.

Informations pratiques :
La journée se tiendra le mercredi 9 juin 2021 de 13h45 à 18h30 (GMT+2).
Le lien à suivre pour vous connecter à la réunion Zoom sera le suivant : https://us02web.zoom.us/j/85087265932?pwd=WDdCTGNwTno5OUFLWjVtUVF0NUZ1dz09
ID de réunion : 850 8726 5932
Code secret : 684984

Au plaisir de vous retrouver nombreuses et nombreux à cette occasion !

//

Here is the program of the workshop « Genius through the prism of gender »:

This workshop, organized by the lab-junior FIGÉE, is supported by the École Normale Supérieure de Lyon, the Université Lumière Lyon 2, the Université Jean Monnet Saint-Étienne, as well as by the Institut de l’Histoire des Représentations et des Idées dans les Modernités (IHRIM), the École doctorale 3LA and the Labex Comod. We thank them for their scientific and institutional confidence.

Practical information :
The workshop will be held on Wednesday, June 9, 2021 from 1:45 pm to 6:20 pm (GMT+2).
The link to follow to connect to the Zoom meeting will be the following:
https://us02web.zoom.us/j/85087265932?pwd=WDdCTGNwTno5OUFLWjVtUVF0NUZ1dz09
Meeting ID: 850 8726 5932
Secret code : 684984

Looking forward to seeing many of you on this occasion!

Journée d’étude – Le « génie » à l’épreuve du genre

Affiche Je Génie à l’épreuve du genre

Les membres de FIGÉE sont ravi.e.s de vous inviter à la deuxième journée d’étude du laboratoire, qui entend réfléchir la notion du génie au prisme du genre.

Si rien ne permet a priori d’affirmer que le génie soit exclusivement masculin, il convient de remarquer dans les textes de l’époque une écrasante majorité d’occurrences décrivant des hommes glorifiés pour leur perception du « génie » poétique de la langue ou de considérations sur le génie de telle ou telle profession exclusivement masculine.
Pourtant, si l’on s’en tient à l’identification du génie particulier avec un « démon » telle qu’elle était si courante à la Renaissance, n’est-il pas encore possible de trouver au XVIIe siècle ne seraient-ce que les traces d’un « mauvais génie » féminin dans les nombreux récits de possessions et d’exorcismes ? À une période où les chasses aux sorcières font encore rage, où les sages-femmes sont progressivement inféodées aux médecins, où les épistolières doivent se ranger aux règles du bon goût et de la pudeur telles que définies par des auteurs de traités de civilité, est-il possible de déceler quelque part dans les textes d’Ancien Régime une description du génie qui ne soit pas en fait exclusivement masculine ? Au XVIIIe siècle, Diderot lui-même ne considérait-il pas, suivant en cela Aristote et Galien, que les femmes pussent transmettre du génie à leurs enfants sans en être elles-mêmes pourvues ? Toutes ces questions sont autant d’invitations à explorer, sous l’angle de la notion de génie, des textes écrits non seulement sur les femmes, souvent pour des femmes, et – pourquoi pas même ? – par des femmes.

Cette journée aura lieu en ligne, le 9 juin 2021.

//

The members of FIGÉE are delighted to invite you to the second workshop of the laboratory, which focuses on the notion of genius through the prism of gender.

If nothing allows us to affirm a priori that genius is exclusively masculine, it is worth noting in the texts of the time an overwhelming majority of occurrences describing men glorified for their perception of the poetic « genius » of language or of considerations on the genius of such and such an exclusively male profession.
Yet, if we stick to the identification of the particular genius with a « demon » as it was so common in the Renaissance, is it not still possible to find in the 17th century even traces of a female « evil genius » in the numerous accounts of possessions and exorcisms? At a time when witch hunts were still raging, when midwives were progressively subordinated to doctors, when women writers had to comply with the rules of good taste and modesty as defined by the authors of treatises on civility, was it possible to detect somewhere in the texts of the Ancien Régime a description of the genie that was not in fact exclusively masculine? In the 18th century, did not Diderot himself consider, following Aristotle and Galen, that women could transmit genius to their children without being endowed with it themselves? All these questions are invitations to explore, under the angle of the notion of genius, texts written not only about women, but often for women, and – why not even? – by women.

This workshop will take place online on June 9, 2021.

Pistes de recherche de l’axe 2 – Le génie à l’épreuve du genre

Au cours de la première journée du Laboratoire Junior FIGÉE, consacrée à la définition des différentes acceptions du terme « génie » dans les discours savants et théoriques des XVIIe et XVIIIe siècles, est apparue comme une nécessité l’approche du « génie » au prisme du genre.

En effet, si rien ne permet a priori d’affirmer que le génie soit exclusivement masculin, il convient de remarquer dans les textes de l’époque une écrasante majorité d’occurrences décrivant des hommes glorifiés pour leur perception du « génie » poétique de la langue ou de considérations sur le génie de telle ou telle profession exclusivement masculine.

Du génie d’abord perçu collectivement au génie de plus en plus individualisé – philosophique, poétique ou même scientifique – les textes paraissent ainsi résister à une inclusion des femmes d’Ancien Régime qui se retrouveraient reléguées hors de toute génialité. Pourtant, si l’on s’en tient à l’identification du génie particulier avec un « démon » telle qu’elle était si courante à la Renaissance1, n’est-il pas encore possible de trouver au XVIIe siècle ne seraient-ce que les traces d’un « mauvais génie » féminin dans les nombreux récits de possessions et d’exorcismes ? À une période où les chasses aux sorcières font encore rage, où les sages-femmes sont progressivement inféodées aux médecins, où les épistolières doivent se ranger aux règles du bon goût et de la pudeur2 telles que définies par des auteurs de traités de civilité, est-il possible de déceler quelque part dans les textes d’Ancien Régime une description du génie qui ne soit pas en fait exclusivement masculine ? Au XVIIIe siècle, Diderot lui-même ne considérait-il pas, suivant en cela Aristote et Galien, que les femmes pussent transmettre du génie à leurs enfants sans en être elles-mêmes pourvues ? En faisant des femmes des êtres « mutilés et imparfaits3 » par rapport aux hommes, la tradition scolastique a-t-elle également amputé les femmes de toute possibilité d’être géniales ? Toutes ces questions sont autant d’invitations à explorer, sous l’angle de la notion de génie, des textes écrits non seulement sur les femmes, souvent pour des femmes, et – pourquoi pas même ? – par des femmes.

Il est possible de définir cinq pistes autour desquelles organiser cette journée d’étude. Devant le constat que l’histoire socio-culturelle et littéraire survalorise les écrits des hommes au détriment de ceux des femmes, sans doute n’est-il pas si paradoxal de repartir de considérations écrites par des hommes, sur des femmes, mais à destination d’autres hommes – ce qui constituerait une sorte d’entre-soi masculin – afin d’essayer d’identifier, dans les blancs de ces discours ou même en creux sous les préjugés souvent misogynes, un génie proprement féminin.

Une deuxième approche consisterait à explorer la littérature masculine directement à destination des femmes afin de tenter d’y déceler les contours d’un génie qui leur serait imposé de l’extérieur. Jacques Du Bosc publie par exemple en 1632 un traité à la postérité exceptionnelle, L’Honnête femme4, suivi d’une multitude de déclinaisons et rééditions comme La Femme héroïque ou les héroïnes comparées avec les héros en toutes sortes de vertus5. Jusqu’où est-il possible d’y voir un effort normatif d’édification d’un génie féminin ?

Cette dichotomie du « génie » se heurte toutefois à une troisième conception, qui suppose au contraire l’universalité de la notion. À l’opposé de la cour et de Du Bosc, Descartes affirme que la pensée n’est pas liée aux idiosyncrasies du corps et résume son projet dans le Discours de la méthode, « un livre, où [il a] voulu que les femmes même pussent entendre quelque chose6 ». Est-il dès lors possible d’affirmer que le génie n’est pas l’apanage du seul genre masculin et que le cogito puisse suffire pour penser la possibilité même d’un génie partagé, affranchi de la barrière des corps, des sexes, des genres ? S’appuyant en particulier sur Poullain de la Barre, Elsa Dorlin n’hésite pas à répondre à l’affirmative7. Pourtant, cette question déchire les cartésiens : Malebranche, Poullain de la Barre ou encore Spinoza y apportent des réponses radicalement opposées8.

Quatrièmement, la littérature à destination des femmes ne se limitant pas aux écrits d’homme, il convient d’envisager à part entière les œuvres de femmes philosophes, autrices ou artistes de la période, pour voir dans quelle mesure elles ont elles-mêmes pu proposer des réflexions sur la notion de génie et des exemples dont elles ne soient pas exclues. Il s’agira alors de désinvisibiliser ces conceptions issues de femmes de lettres afin d’enrichir tant et plus les différentes acceptions du génie évoquées lors de la précédente journée du laboratoire.

Enfin, une cinquième approche consisterait à analyser rétrospectivement la question du génie à partir du moment où, au XVIIIe, il s’individualise. En effet, quelles femmes des XVIIe et XVIIIe siècles seraient à présent considérées comme géniales ? Naturellement douées pour tel ou tel art, telle ou telle science ? Capables de produire des réalisations sublimes ? Sont-elles des individus d’exception, selon des conceptions plus tardives du génie ? Ces femmes de génie, injustement méconnues, méritent sans doute aujourd’hui d’être considérées comme telles et de sortir de l’ombre. Il devient dès lors possible de repenser les possibles figures de « génies » au féminin, depuis la sage-femme Louise Bourgeois jusqu’aux plus communément admises femmes de sciences comme les célèbres Christine de Suède et Émilie du Châtelet qui, suscitant souvent la jalousie, ont su imposer leur indiscutable génie aux yeux de leurs condisciples masculins.

La journée d’étude est prévue en vidéo-conférence le mercredi 9 juin 2021. Les propositions de communication, rédigées en français ou en anglais et d’une longueur maximale de 500 mots, sont à faire parvenir avant le 19 avril 2021 à l’adresse figee@ens-lyon.fr.

Notes :

1 Voir à ce propos J.-A. Perras, L’Exception exemplaire. Inventions et usages du génie (XVIe-XVIIIe siècle), Paris, Classiques Garnier, coll. « Lire le XVIIe siècle. Série Discours historique, discours philosophique », 2015.

2 Voir à ce propos D. Brancher, Équivoques de la pudeur. Fabrique d’une passion à la Renaissance, Genève, Droz, coll. « Travaux d’Humanisme et Renaissance », 2015.

3 Voir à ce propos Aristote, De la génération des animaux, [1961], Les Belles Lettres, coll. « Budé », n° 152, 2013, II, 3, 737a.

4 J. Du Bosc, L’Honnête femme, Chez Pierre Billaine, rue S. Jacques, à l’enseigne de la Bonne Foy, devant S. Yves, 1632.

5 J. Du Bosc, La Femme héroïque ou les héroïnes comparées avec les héros en toute sorte de vertus, Paris, A. de Sommaville et A. Courbé, 1645, 2 vol.

6 R. Descartes, Lettre au Père Vatier du 22 février 1638.

7 « Le tempérament ne peut être précisément matérialisé par telle ou telle complexion corporelle […]. Ainsi, de même qu’il peut y avoir des mélancoliques frivoles et joyeux ou des sanguins chétifs et paresseux, il y a des femmes de génie », E. Dorlin, La Matrice de la race. Généalogie sexuelle et coloniale de la Nation française, La Découverte, coll. « Poche/Sciences humaines et sociales », 2009, p. 28.

8 Voir à ce propos M.-F. Pellegrin, Pensées du corps et différences des sexes à l’époque moderne, Lyon, ENS Éditions, coll. « La croisée des chemins », 2020.

//

During the first workshop of the FIGÉE Junior Laboratory, devoted to the definition of the different meanings of the term « genius » in the scholarly and theoretical discourses of the seventeenth and eighteenth centuries, the approach of « genius » through the prism of gender appeared to be a necessity.

Indeed, if nothing allows us a priori to affirm that genius is exclusively masculine, it is worth noting that in the texts of the period there is an overwhelming majority of occurrences describing men glorified either for their perception of the poetic « genius » of the language or of considerations on the genius of different exclusively masculine professions.
From the genius first perceived collectively to the increasingly individualized genius – philosophical, poetic or even scientific – the texts seem to resist an inclusion of the women of the Ancien Régime. They would find themselves relegated to the sidelines of all genius. However, if we stick to the identification of the particular genius with a « demon » as it was so common during the Renaissance1, is it not still possible to find in the 17th century even traces of a female « evil genius » in the numerous accounts of possessions and exorcisms? At a time when witch-hunts were still raging, when midwives were progressively subservient to doctors, when women letter-writers had to comply with the rules of good taste and modestyr2 as defined by the authors of treatises on civility, was it possible to detect somewhere in the texts of the Ancien Régime a description of the genie that was not, in fact, exclusively masculine? In the 18th century, did not Diderot himself consider, following Aristotle and Galen, that women could transmit genius to their children without being endowed with it themselves? By making women « mutilated and imperfect « 3 compared to men, did the scholastic tradition also deprive women of any possibility of being genial? All these questions are invitations to explore, from the angle of the notion of genius, texts written not only about women, but often for women, and even by women.

It is possible to define five tracks around which to organize this workshop. Given the fact that socio-cultural and literary history overvalues the writings of men to the detriment of those of women, it is probably not so paradoxical to start again from considerations written by men, about women, but for other men – which would constitute a kind of masculine entre-soi – in order to try to identify, in the blanks of these speeches or even in the hollows of the often misogynistic prejudices, a properly feminine genius.
A second approach would be to explore men’s literature aimed directly at women in order to try to detect the outlines of a genius imposed on them from outside. For example, in 1632, Jacques Du Bosc published a treatise of exceptional posterity, L’Honnête femme4 , followed by a multitude of variations and reissues such as La Femme héroïque or les héroïnes comparées avec les héros en toutes sortes de vertus5. To what extent is it possible to see in this a normative effort to build a female genius?
This dichotomy of « genius » clashes, however, with a third conception, which assumes, on the contrary, the universality of the notion. In contrast to the court and Du Bosc, Descartes asserted that thought was not linked to the idiosyncrasies of the body and summarized his project in the Discourse on Method, « a book in which [he] wanted even women to be able to hear something « 6 . Is it then possible to affirm that genius is not the prerogative of the male gender alone and that the cogito can suffice to think the very possibility of a shared genius, freed from the barrier of bodies, sexes, and genders? Relying in particular on Poullain de la Barre, Elsa Dorlin does not hesitate to answer in the affirmative7. However, this question tears the Cartesians apart: Malebranche, Poullain de la Barre or even Spinoza bring radically opposed answers to it8.
Fourthly, since literature for women was not limited to the writings of men, it is appropriate to consider the works of women philosophers, authors or artists of the period in their own right, in order to see to what extent they themselves were able to propose reflections on the notion of genius and examples from which they were not excluded. It will then be a question of disinvisibilizing these conceptions stemming from women of letters in order to enrich as much as possible the different acceptions of genius evoked during the previous workshop of the junior laboratory.

Finally, a fifth approach would consist in retrospectively analyzing the question of genius from the moment when, in the 18th century, it became individualized. Indeed, which women of the seventeenth and eighteenth centuries would now be considered genius? Naturally gifted for such or such art, such or such science? Capable of producing sublime achievements? Are they exceptional individuals, according to later conceptions of genius? These women of genius, unjustly ignored, undoubtedly deserve today to be considered as such and to come out of the shadows. It becomes possible to rethink the possible figures of female « geniuses », from the midwife Louise Bourgeois to the most commonly accepted women of science such as the famous Christine of Sweden and Émilie du Châtelet, who, often arousing jealousy, were able to impose their indisputable genius in the eyes of their male fellow students.

The study day is scheduled as a video conference on Wednesday, June 9, 2021. Proposals for papers, written in French or English and not exceeding 500 words in length, should be sent before April 19, 2021 to figee@ens-lyon.fr.

Notes :

1 See J.-A. Perras, L’Exception exemplaire. Inventions et usages du génie (XVIe-XVIIIe siècle), Paris, Classiques Garnier, coll. « Lire le XVIIe siècle. Série Discours historique, discours philosophique », 2015.

2 Voir à ce propos D. Brancher, Équivoques de la pudeur. Fabrique d’une passion à la Renaissance, Genève, Droz, coll. « Travaux d’Humanisme et Renaissance », 2015.

3 See Aristote, De la génération des animaux, [1961], Les Belles Lettres, coll. « Budé », n° 152, 2013, II, 3, 737a.

4 J. Du Bosc, L’Honnête femme, Chez Pierre Billaine, rue S. Jacques, à l’enseigne de la Bonne Foy, devant S. Yves, 1632.

5 J. Du Bosc, La Femme héroïque ou les héroïnes comparées avec les héros en toute sorte de vertus, Paris, A. de Sommaville et A. Courbé, 1645, 2 vol.

6 R. Descartes, Lettre au Père Vatier du 22 février 1638 (traduction personnelle).

7 « The temperament cannot be precisely materialized by such or such body complexion […]. Thus, just as there can be frivolous and joyful melancholics or lazy and stunted sanguines, there are women of genius », E. Dorlin, La Matrice de la race. Généalogie sexuelle et coloniale de la Nation française, La Découverte, coll. « Poche/Sciences humaines et sociales », 2009, p. 28 (traduction personnelle).

8 See M.-F. Pellegrin, Pensées du corps et différences des sexes à l’époque moderne, Lyon, ENS Éditions, coll. « La croisée des chemins », 2020.

 

Archives de la journée d’étude « Définitions du génie dans les discours savants et théoriques »

Les vidéos des communications de la journée d’étude « Définitions du génie dans les discours savants et théoriques » sont maintenant en ligne :  vous pouvez y accéder ci-dessous, ou via la page Youtube de notre laboratoire-junior.

Les archives sont organisées par panel, chacun regroupant deux communications et une séance de questions.

//

The videos of the conferences delivered during the workshop « Definitions of genius in scholarly and theoretical discourses » are now online: you can access them below, or via the Youtube page of our junior lab.

The archive is organized by panel, each panel consisting of two conferences and a question and answer session.

Panel 1 Réseaux lexicaux // Lexical Nets
« Sens et fonction du terme « génie » dans la caractérologie de Jean de la Bruyère » – Romain Billet (École normale supérieure Ulm – France)
« The Embellishment of the Genius in the Western Culture » Amira Halim Chehili (Université de Constantine – Algérie)

Panel 1 de la journée d’étude « Définition du « génie » dans les discours savants et théoriques » organisée par FIGÉE, le 10 février 2021

Panel 2 – Quel génie individuel // Which individual genius ?
« Considération sur la constitution du génie d’après Diderot » – Cyprien Lannoy (Université Jean Monnet à Saint-Étienne – France)
« La notion de génie chez Novalis » – Foteini Thoma (Université de Montpellier – France)

Panel 2 de la journée d’étude « Définition du « génie » dans les discours savants et théoriques », organisée par FIGÉE, le 10 février 2021

Panel 3 – Perspectives méthodologiques // Methodologics perspectives
« La notion d’enthousiasme dans les discours sur le génie artistique au XVIIIe : recension et analyse » – Thierry Côté (Université de Montréal – Canada)
« Le « génie observateur » dans la méthodologie des Lumières : problèmes
définitionnels » – Lucien Derainne (Institut d’Histoire des Représentations et des Idées dans les Modernités – France)

Panel 3 de la journée d’étude « Définition du « génie » dans les discours savants et théoriques », organisée par FIGÉE, le 10 février 2021

Programme de la journée d’étude « Définition des génies dans les discours savants et théoriques »

Voici le programme de la journée d’étude « Définition des génies dans les discours savants et théoriques » : Programme JE Définition des génies dans les discours savants et théoriques

Cette journée d’étude, organisée par le laboratoire-junior, est soutenue par l’École Normale Supérieure de Lyon, l’Université Lumière Lyon 2, l’Université Jean Monnet Saint-Étienne, ainsi que par l’Institut de l’Histoire des Représentations et des Idées dans les Modernités (IHRIM), l’École doctorale 3LA et le Labex Comod. Nous les remercions pour leur confiance tant scientifique qu’institutionnelle.

Informations pratiques :
La journée se tiendra le mercredi 10 février 2021 de 10h45 à 17h (GMT+1).
Le lien à suivre pour vous connecter à la réunion Zoom sera le suivant : https://us02web.zoom.us/j/87365916928
ID de réunion : 873 6591 6928 (pas de code secret nécessaire)

Au plaisir de vous retrouver nombreuses et nombreux à cette occasion !

//

Here is the program of the workshop « Definition of Geniuses in Scholarly and Theoretical Discourses »: Programme JE Définition des génies dans les discours savants et théoriques

This workshop, organized by the lab-junior, is supported by the École Normale Supérieure de Lyon, the Université Lumière Lyon 2, the Université Jean Monnet Saint-Étienne, as well as by the Institut de l’Histoire des Représentations et des Idées dans les Modernités (IHRIM), the École doctorale 3LA and the Labex Comod. We thank them for their scientific and institutional confidence.

Practical information :
The workshop will be held on Wednesday, February 10, 2021 from 10h45 am to 5 pm (GMT+1).
The link to follow to connect to the Zoom meeting will be the following: https://us02web.zoom.us/j/87365916928
Meeting ID: 873 6591 6928 (no secret code required)

Looking forward to seeing many of you on this occasion!

Journée d’étude « Définition des génies dans les discours savants et théoriques »

Affiche JE Définition des génies dans les discours savants et théoriques

Les membres de FIGÉE sont ravi.e.s de vous inviter à la première journée d’étude du laboratoire, qui porte sur la définition des génies dans les discours savants et théoriques.

Pour ouvrir l’enquête de notre laboratoire, il convient de nous accorder sur le cadre définitionnel de cette notion polymorphe aux XVIIe et XVIIIe siècles et de le distinguer le plus clairement possible de notions voisines, car si le substantif « génie » est peu théorisé pour lui-même, il revient dans des textes divers et variés, renvoyant à des réalités qui ne se recoupent pas nécessairement. En nous attachant à un vaste corpus, il s’agit d’analyser la façon dont ce terme est utilisé d’un texte à l’autre, d’un savoir à l’autre, quels sont les lexiques associés à cette notion, quelles figures elle permet de penser. Cette invitation à une étude transversale sur les discours savants et théoriques qui mobilisent le « génie », vise à mener à bien un travail précis de distinction de sens, pour prendre la mesure de ses significations aux XVIIe et XVIIIe siècles. Cela nous permettra de voir comment chacun de ces textes s’approprie le « génie », l’infléchit selon les besoins de sa propre visée argumentative, et peut le fait devenir un support idéologique de hiérarchies individuelles, sociales, voire nationales.

Cette journée aura lieu en ligne, le 10 février 2021.

//

The members of FIGÉE are delighted to invite you to the first workshop of the laboratory, which focuses on the definition of genius in scholarly and theoretical discourse.

To open our investigation, we need to agree on the definitional framework of this polymorphic notion in the 17th and 18th centuries and to distinguish it as clearly as possible from related notions. If the noun « genius » is little theorized for itself, it comes back in diverse and varied texts, referring to realities that do not necessarily overlap. Through a vast corpus, the aim is to analyze the way in which the term is used from one text to another, from one knowledge to another, what lexicons are associated with this notion, what figures it allows us to think. This transversal study of the scholarly and theoretical discourses that mobilize « genius » aims to carry out a precise work of distinction of meaning, in order to take the measure of its meanings in the 17th and 18th centuries. This will allow us to see how each of these texts appropriates « genius », inflects it according to the needs of its own argumentative aim, and can turn it into an ideological support for individual, social, or even national hierarchies.

This day will take place online on February 10, 2021.

Les différents génies de l’Encyclopédie Française

On trouve quatre entrées « Génie » dans l’Encyclopédie :
1. Mythologie et littérature antique
2. Philosophie et littérature
3. Art militaire
4. Architecture

Elles sont intégralement reproduites ci-dessous :

1. GÉNIE, s. m. genius, (Mythologie.​​ Littérat.​​ Antiq.​​) esprit d’une nature très-subtile & très-déliée, que l’on croyoit dans le paganisme, présider à la naissance des hommes, les accompagner dans le cours de leur vie, veiller sur leur conduite, & être commis à leur garde jusqu’à leur mort.
La tradition la plus ancienne, la plus générale, & la plus constamment répandue, puisqu’elle subsiste encore, est que le monde soit rempli de génies. Cette opinion chimérique, après avoir si souvent changé de forme, successivement adoptée sous le nom de démons, de manes, de lares, de lémures, de pénates, a finalement donné lieu à l’introduction des fées, des gnomes, & des sylphes ; tant est singuliere la propagation permanente des erreurs superstitieuses sous différentes métamorphoses ! mais nous nous arrêtons aux siecles de l’antiquité, & nous tirons le rideau sur les nôtres.
Les génies habitoient dans la vaste étendue de l’air, & dans tout cet espace qui occupe le milieu entre le ciel & la terre ; leur corps étoit de matiere aérienne. On regardoit ces esprits subtils comme les ministres des dieux, qui ne daignant pas se mêler directement de la conduite du monde, & ne voulant pas aussi la négliger tout-à-fait, en commettoient le soin à ces êtres inférieurs. Ils étoient envoyés sur la terre par un maître commun, qui leur assignoit leur poste auprès des hommes pendant cette vie, & la conduite de l’ame après leur mort.​
Ces sortes de divinités subalternes avoient l’immortalité des dieux & les passions des hommes, se réjoüissoient & s’affligeoient selon l’état de ceux à qui elles étoient liées.
Les génies accordés à chaque particulier ne joüissoient pas d’un pouvoir égal, & les uns étoient plus puissans que les autres ; c’est pour cela qu’un devin répondit à Marc-Antoine, qu’il feroit sagement de s’éloigner d’Auguste, parce que son génie craignoit celui d’Auguste.

De plus on pensoit qu’il y avoit un bon & un mauvais génie attaché à chaque personne. Le bon génie étoit censé procurer toutes sortes de félicités, & le mauvais tous les grands malheurs. De cette maniere, le sort de chaque particulier dépendoit de la supériorité de l’un de ces génies sur l’autre. On conçoit bien de-là que le bon génie devoit être très-honoré. Dès que nous naissons, dit Servius commentateur de Virgile, deux génies sont députés pour nous accompagner ; l’un nous exhorte au bien, l’autre nous pousse au mal ; ils sont appellés génies fort à-propos, parce qu’au moment de l’origine de chaque mortel, cum unusquisque genitus fuerit, ils sont commis pour observer les hommes & les veiller jusqu’après le trépas ; & alors nous sommes ou destinés à une meilleure vie, ou condamnés à une plus fâcheuse.
Les Romains donnoient dans leur langue le nom de génies à ceux-là seulement qui gardoient les hommes, & le nom de junons aux génies gardiens des femmes.
Ce n’est pas-là toute la nomenclature des génies : il y avoit encore les génies propres de chaque lieu ; les génies des peuples, les génies des provinces, les génies des villes, qu’on appelloit les grands génies. Ainsi Pline a raison de remarquer qu’il devoit y avoir un bien plus grand nombre de divinités dans la région du ciel, que d’hommes sur la terre.
On adoroit à Rome le génie public, c’est-à-dire la divinité tutélaire de l’empire ; rien n’est plus commun que cette inscription sur les médailles, genius pop. rom. le génie du peuple romain, ou genio pop. rom. au génie du peuple romain.
Après l’extinction de la république, la flaterie fit qu’on vint à jurer par le génie de l’empereur, comme les esclaves juroient par celui de leur maître ; & l’on faisoit des libations au génie des césars, comme à la divinité de laquelle ils tenoient leur puissance.
Mais personne ne manquoit d’offrir des sacrifices à son génie particulier le jour de sa naissance. Ces sacrifices étoient des fleurs, des gâteaux & du vin ; on n’y employoit jamais le sang, parce qu’il paroissoit injuste d’immoler des victimes au dieu qui présidoit à la vie, & qui étoit le plus grand ennemi de la mort : quand le luxe eut établi des recherches sensuelles, on crut devoir ajoûter les parfums & les essences aux fleurs & au vin ; prodiguer toutes ces choses un jour de naissance, c’est, dans le style d’Horace, appaiser son génie. « Il faut, dit-il, travailler à l’appaiser de cette maniere, parce que ce dieu nous avertissant chaque année que la vie est courte, il nous presse d’en profiter, & de l’honorer par des fêtes & des festins. Que le génie vienne donc lui-même assister aux honneurs que nous lui rendons, s’écrie Tibulle ; que ses cheveux soient ornés de bouquets de fleurs ; que le nard le plus pur coule de ses joues ; qu’il soit rassasié de gâteaux ; & qu’on lui verse du vin à pleines coupes ».
Ipse suos adsit genius visurus honores,
Cui decorent sanctas mollia serta comas,
Illius puro distillent tempora nardo ;
Atque satur libo sit madeatque mero.
Le platane étoit spécialement consacré au génie ; on lui faisoit des couronnes de ses feuilles & de ses fleurs ; on en ornoit ses autels.​​

Pour ce qui regarde les représentations des génies, on sait que l’antiquité les représentoit diversement, tantôt sous la figure de vieillards, tantôt en hommes barbus, souvent en jeunes enfans aîlés, & quelquefois sous la forme de serpens ; sur plusieurs médailles, c’est un homme nud tenant d’une main une patere qu’il avance sur un autel, & de l’autre un foüet.
Le génie du peuple romain étoit un jeune homme à demi-vêtu de son manteau, appuyé d’une main sur une pique, & tenant de l’autre la corne d’abondance. Les génies des villes, des colonies, & des provinces, portoient une tour sur la tête. Voyez Vaillant, numism. imper. Spon, recherches d’antiquit. dissert. ij. & le P. Kircher, en plusieurs endroits de ses ouvrages.
On trouve aussi souvent dans les inscriptions sépulcrales, que les génies y sont mis pour les manes, parce qu’avec le tems on vint à les identifier ; & le passage suivant d’Apulée le prouve : « Le génie, dit-il, est l’ame de l’homme délivrée & dégagée des liens du corps. De ces génies, les uns qui prennent soin de ceux qui demeurent après eux dans la maison, & qui sont doux & pacifiques, s’appellent génies familiers ; ceux au contraire qui errans de côté & d’autre causent sur leur route des terreurs paniques aux gens de bien, & font véritablement du mal aux méchans, ces génies-là ont le nom de dieux manes, & plus ordinairement celui de lares : ainsi l’on voit que le nom de génie vint à passer aux manes & aux lares ; enfin il devint commun aux pénates, aux lémures, & aux démons : mais dans le principe des choses, ce fut une plaisante imagination des philosophes, d’avoir fait de leur génie un dieu qu’il falloit honorer ». (D. J.)

2. Génie, (Philosophie​​ & Littér.​​) L’étendue de l’esprit, la force de l’imagination, & l’activité de l’ame, voilà le génie. De la maniere dont on reçoit ses idées dépend celle dont on se les rappelle. L’homme jetté dans l’univers reçoit avec des sensations plus ou moins vives, les idées de tous les êtres. La plûpart des hommes n’éprouvent de sensations vives que par l’impression des objets qui ont un rapport immédiat à leurs besoins, à leur goût, &c. Tout ce qui est étranger à leurs passions, tout ce qui est sans analogie à leur maniere d’exister, ou n’est point apperçû par eux, ou n’en est vû qu’un instant sans être senti, & pour être à jamais oublié.
L’homme de génie est celui dont l’ame plus étendue frappée par les sensations de tous les êtres, intéressée à tout ce qui est dans la nature, ne reçoit pas une idée qu’elle n’éveille un sentiment, tout l’anime & tout s’y conserve.
Lorsque l’ame a été affectée par l’objet même, elle l’est encore par le souvenir ; mais dans l’homme de génie, l’imagination va plus loin ; il se rappelle des idées avec un sentiment plus vif qu’il ne les a reçûes, parce qu’à ces idées mille autres se lient, plus propres à faire naître le sentiment.
Le génie entouré des objets dont il s’occupe ne se souvient pas, il voit ; il ne se borne pas à voir, il est ému : dans le silence & l’obscurité du cabinet, il joüit de cette campagne riante & féconde ; il est glacé par le sifflement des vents ; il est brûlé par le soleil ; il est effrayé des tempêtes. L’ame se plaît souvent dans ces affections momentanées ; elles lui donnent un plaisir qui lui est précieux ; elle se livre à tout ce qui peut l’augmenter ; elle voudroit par des couleurs vraies, par des traits ineffaçables, donner un corps aux phantômes qui sont son ouvrage, qui la transportent ou qui l’amusent.

Veut-elle peindre quelques-uns de ces objets qui viennent l’agiter ? tantôt les êtres se dépouillent de leurs imperfections ; il ne se place dans ses tableaux​ que le sublime, l’agréable ; alors le génie peint en beau : tantôt elle ne voit dans les évenemens les plus tragiques que les circonstances les plus terribles ; & le génie répand dans ce moment les couleurs les plus sombres, les expressions énergiques de la plainte & de la douleur ; il anime la matiere, il colore la pensée : dans la chaleur de l’enthousiasme, il ne dispose ni de la nature ni de la suite de ses idées ; il est transporté dans la situation des personnages qu’il fait agir ; il a pris leur caractere : s’il éprouve dans le plus haut degré les passions héroïques, telles que la confiance d’une grande ame que le sentiment de ses forces éleve au-dessus de tout danger, telles que l’amour de la patrie porté jusqu’à l’oubli de soi-même, il produit le sublime, le moi de Médée, le qu’il mourût du vieil Horace, le je suis consul de Rome de Brutus : transporté par d’autres passions, il fait dire à Hermione, qui te l’a dit ? à Orosmane, j’étois aimé ; à Thieste, je reconnois mon frere.
Cette force de l’enthousiasme inspire le mot propre quand il a de l’énergie ; souvent elle le fait sacrifier à des figures hardies ; elle inspire l’harmonie imitative, les images de toute espece, les signes les plus sensibles, & les sons imitateurs, comme les mots qui caractérisent.
L’imagination prend des formes différentes ; elle les emprunte des différentes qualités qui forment le caractere de l’ame. Quelques passions, la diversité des circonstances, certaines qualités de l’esprit, donnent un tour particulier à l’imagination ; elle ne se rappelle pas avec sentiment toutes ses idées, parce qu’il n’y a pas toûjours des rapports entre elle & les êtres.
Le génie n’est pas toûjours génie ; quelquefois il est plus aimable que sublime ; il sent & peint moins dans les objets le beau que le gracieux ; il éprouve & fait moins éprouver des transports qu’une douce émotion.
Quelquefois dans l’homme de génie l’imagination est gaie ; elle s’occupe des legeres imperfections les hommes, des fautes & des folies ordinaires ; le contraire de l’ordre n’est pour elle que ridicule, mais d’une maniere si nouvelle, qu’il semble que ce soit le coup-d’œil de l’homme de génie qui ait mis dans l’objet le ridicule qu’il ne fait qu’y découvrir : l’imagination gaie d’un génie étendu, aggrandit le champ du ridicule ; & tandis que le vulgaire le voit & le sent dans ce qui choque les usages établis, le génie le découvre & le sent dans ce qui blesse l’ordre universel.
Le goût est souvent séparé du génie. Le génie est un pur don de la nature ; ce qu’il produit est l’ouvrage d’un moment ; le goût est l’ouvrage de l’étude & du tems ; il tient à la connoissance d’une multitude de regles ou établies ou supposées ; il fait produire des beautés qui ne sont que de convention. Pour qu’une chose soit belle selon les regles du goût, il faut qu’elle soit élégante, finie, travaillée sans le paroître : pour être de génie il faut quelquefois qu’elle soit négligée ; qu’elle ait l’air irrégulier, escarpé, sauvage. Le sublime & le génie brillent dans Shakespear comme des éclairs dans une longue nuit, & Racine est toûjours beau : Homere est plein de génie, & Virgile d’élégance.

Les regles & les lois du goût donneroient des entraves au génie ; il les brise pour voler au sublime, au pathétique, au grand. L’amour de ce beau éternel qui caractérise la nature ; la passion de conformer ses tableaux à je ne sais quel modele qu’il a créé, & d’après lequel il a les idées & les sentimens du beau, sont le goût de l’homme de génie. Le besoin d’exprimer les passions qui l’agitent, est continuellement gêné par la Grammaire & par l’usage : souvent l’idiome dans lequel il écrit se refuse à l’expression d’une​​image qui seroit sublime dans un autre idiome. Homere ne pouvoit trouver dans un seul dialecte les expressions nécessaires à son génie ; Milton viole à chaque instant les regles de sa langue, & va chercher des expressions énergiques dans trois ou quatre idiomes différens. Enfin la force & l’abondance, je ne sais quelle rudesse, l’irrégularité, le sublime, le pathétique, voilà dans les arts le caractere du génie ; il ne touche pas foiblement, il ne plaît pas sans étonner, il étonne encore par ses fautes.
Dans la Philosophie, où il faut peut-être toûjours une attention scrupuleuse, une timidité, une habitude de réflexion qui ne s’accordent guere avec la chaleur de l’imagination, & moins encore avec la confiance que donne le génie, sa marche est distinguée comme dans les arts ; il y répand fréquemment de brillantes erreurs ; il y a quelquefois de grands succès. Il faut dans la Philosophie chercher le vrai avec ardeur & l’espérer avec patience. Il faut des hommes qui puissent disposer de l’ordre & de la suite de leurs idées ; en suivre la chaîne pour conclure, ou l’interrompre pour douter : il faut de la recherche, de la discussion, de la lenteur ; & on n’a ces qualités ni dans le tumulte des passions, ni avec les fougues de l’imagination. Elles sont le partage de l’esprit étendu, maître de lui-même ; qui ne reçoit point une perception sans la comparer avec une perception ; qui cherche ce que divers objets ont de commun & ce qui les distingue entre eux ; qui pour rapprocher des idées éloignées, fait parcourir pas à-pas un long intervalle ; qui pour saisir les liaisons singulieres, délicates, fugitives de quelques idées voisines, ou leur opposition & leur contraste, sait tirer un objet particulier de la foule des objets de même espece ou d’espece différente, poser le microscope sur un point imperceptible ; & ne croit avoir bien vû qu’après avoir regardé long-tems. Ce sont ces hommes qui vont d’observations en observations à de justes conséquences, & ne trouvent que des analogies naturelles : la curiosité est leur mobile ; l’amour du vrai est leur passion ; le desir de le découvrir est en eux une volonté permanente qui les anime sans les échauffer, & qui conduit leur marche que l’expérience doit assûrer.
Le génie est frappé de tout ; & dès qu’il n’est point livré à ses pensées & subjugué par l’enthousiasme, il étudie, pour ainsi dire, sans s’en appercevoir ; il est forcé par les impressions que les objets sont sur lui, à s’enrichir sans cesse de connoissances qui ne lui ont rien coûté ; il jette sur la nature des coups-d’œil généraux & perce ses abîmes. Il recueille dans son sein des germes qui y entrent imperceptiblement, & qui produisent dans le tems des effets si surprenans, qu’il est lui-même tenté de se croire inspiré : il a pourtant le goût de l’observation ; mais il observe rapidement un grand espace, une multitude d’êtres.
Le mouvement, qui est son état naturel, est quelquefois si doux qu’à peine il l’apperçoit : mais le plus souvent ce mouvement excite des tempêtes, & le génie est plûtôt emporté par un torrent d’idées, qu’il ne suit librement de tranquilles réflexions. Dans l’homme que l’imagination domine, les idées se lient par les circonstances & par le sentiment : il ne voit souvent des idées abstraites que dans leur rapport avec les idées sensibles. Il donne aux abstractions une existence indépendante de l’esprit qui les a faites ; il réalise ses fantômes, son enthousiasme augmente au spectacle de ses créations, c’est-à-dire de ses nouvelles combinaisons, seules créations de l’homme : emporté par la foule de ses pensées, livré à la facilité de les combiner, forcé de produire, il trouve mille preuves spécieuses, & ne peut s’assûrer d’une seule ; il construit des édifices hardis que la raison n’oseroit habiter, & qui lui plaisent par leurs proportions &​ non par leur solidité ; il admire ses systèmes comme il admireroit le plan d’un poëme ; & il les adopte comme beaux, en croyant les aimer comme vrais.
Le vrai ou le faux dans les productions philosophiques, ne sont point les caracteres distinctifs du génie.
Il y bien peu d’erreurs dans Locke & trop peu de vérités dans milord Shafsterbury : le premier cependant n’est qu’un esprit étendu, pénétrant, & juste ; & le second est un génie du premier ordre. Locke a vû ; Shafsterbury a créé, construit, édifié : nous devons à Locke de grandes vérités froidement apperçûes, méthodiquement suivies, séchement annoncées ; & à Shafsterbury des systèmes brillans souvent peu fondés, pleins pourtant de vérités sublimes ; & dans ses momens d’erreur, il plaît & persuade encore par les charmes de son éloquence.
Le génie hâte cependant les progrès de la Philosophie par les découvertes les plus heureuses & les moins attendues : il s’éleve d’un vol d’aigle vers une vérité lumineuse, source de mille vérités auxquelles parviendra dans la suite en rampant la foule timide des sages observateurs. Mais à côté de cette vérité lumineuse, il placera les ouvrages de son imagination : incapable de marcher dans la carriere, & de parcourir successivement les intervalles, il part d’un point & s’élance vers le but ; il tire un principe fécond des ténebres ; il est rare qu’il suive la chaîne des conséquences ; il est prime-sautier, pour me servir de l’expression de Montagne. Il imagine plus qu’il n’a vû ; il produit plus qu’il ne découvre ; il entraîne plus qu’il ne conduit : il anima les Platon, les Descartes, les Malebranche, les Bacon, les Leibnitz ; & selon le plus ou le moins que l’imagination domina dans ces grands hommes, il fit éclorre des systèmes brillans, ou découvrir de grandes vérités.
Dans les sciences immenses & non encore approfondies du gouvernement, le génie a son caractere & ses effets aussi faciles à reconnoître que dans les Arts & dans la Philosophie : mais je doute que le génie, qui a si souvent pénétré de quelle maniere les hommes dans certains tems devoient être conduits, soit lui même propre à les conduire. Certaines qualités de l’esprit, comme certaines qualités du cœur, tiennent à d’autres, en excluent d’autres. Tout dans les plus grands hommes annonce des inconvéniens ou des bornes.
Le sang froid, cette qualité si nécessaire à ceux qui gouvernent, sans lequel on feroit rarement une application juste des moyens aux circonstances, sans lequel on seroit sujet aux inconséquences, sans lequel on manqueroit de la présence d’esprit ; le sang froid qui soumet l’activité de l’ame à la raison, & qui préserve dans tous les évenemens, de la crainte, de l’yvresse, de la précipitation, n’est-il pas une qualité qui ne peut exister dans les hommes que l’imagination maîtrise ? cette qualité n’est-elle pas absolument opposée au génie ? Il a sa source dans une extrème sensibilité qui le rend susceptible d’une foule d’impressions nouvelles par lesquelles il peut être détourné du dessein principal, contraint de manquer au secret, de sortir des lois de la raison, & de perdre par l’inégalité de la conduite, l’ascendant qu’il auroit pris par la supériorité des lumieres. Les hommes de génie forcés de sentir, décidés par leurs goûts, par leurs répugnances, distraits par mille objets, devinant trop, prévoyant peu, portant à l’excès leurs desirs, leurs espérances, ajoûtant ou retranchant sans cesse à la réalité des êtres, me paroissent plus faits pour renverser ou pour fonder les états que pour les maintenir, & pour rétablir l’ordre que pour le suivre.

Le génie dans les affaires n’est pas plus captivé par les circonstances, par les lois & par les usages, qu’il ne l’est dans les Beaux-Arts par les regles du goût,​​& dans la Philosophie par la méthode. Il y a des momens où il sauve sa patrie, qu’il perdroit dans la suite s’il y conservoit du pouvoir. Les systèmes sont plus dangereux en Politique qu’en Philosophie : l’imagination qui égare le philosophe ne lui fait faire que des erreurs ; l’imagination qui égare l’homme d’état lui fait faire des fautes & le malheur des hommes.
Qu’à la guerre donc & dans le conseil le génie semblable à la divinité parcoure d’un coup d’œil la multitude des possibles, voye le mieux & l’exécute ; mais qu’il ne manie pas long-tems les affaires où il faut attention, combinaisons, persévérance : qu’Alexandre & Condé soient maîtres des évenemens, & paroissent inspirés le jour d’une bataille, dans ces instans où manque le tems de délibérer, & où il faut que la premiere des pensées soit la meilleure ; qu’ils décident dans ces momens où il faut voir d’un coup-d’œil les rapports d’une position & d’un mouvement avec ses forces, celles de son ennemi, & le but qu’on se propose : mais que Turenne & Marlborough leur soient préférés quand il faudra diriger les opérations d’une campagne entiere.
Dans les Arts, dans les Sciences, dans les affaires, le génie semble changer la nature des choses ; son caractere se répand sur tout ce qu’il touche ; & ses lumieres s’élançant au-delà du passé & du présent, éclairent l’avenir : il dévance son siecle qui ne peut le suivre ; il laisse loin de lui l’esprit qui le critique avec raison, mais qui dans sa marche égale ne sort jamais de l’uniformité de la nature. Il est mieux senti que connu par l’homme qui veut le définir : ce seroit à lui-même à parler de lui ; & cet article que je n’aurois pas dû faire, devroit être l’ouvrage d’un de ces hommes extraordinaires (a) qui honore ce siecle, & qui pour connoître le génie n’auroit eu qu’à regarder en lui-même.

3. Genie, (le) s. m. (Art. milit.)​​ ce mot signifie proprement dans notre langue la science des Ingénieurs ; ce qui renferme la fortification, l’attaque & la défense des places. Voyez Fortification, Attaque, Défense. Il signifie aussi le corps des Ingénieurs, c’est-à-dire des officiers chargés de la fortification, de l’attaque & de la défense des places. Voyez Ingenieur.
C’est à M. le maréchal de Vauban que l’on doit l’établissement du génie ou du corps des Ingénieurs. « Avant cet établissement rien n’étoit plus rare en France, dit cet illustre maréchal, que les gens de cette profession. Le peu qu’il y en avoit subsistoit si peu de tems, qu’il étoit plus rare encore d’en voir qui se fussent trouvés à cinq ou six siéges. Ce petit nombre d’ingénieurs obligé d’être toûjours sur les travaux étoit si exposé, que presque tous se trouvoient ordinairement hors d’état de servir dès le commencement ou au milieu du siége ; ce qui les empêchoit d’en voir la fin, & de s’y rendre savans. Cet inconvénient joint à plusieurs autres défauts dans lesquels on tomboit, ne contribuoit pas peu à la longueur des siéges, & autres pertes considérables qu’on y faisoit ». Attaque des places par M. le maréchal de Vauban.
Un général qui faisoit un siége avant l’établissement des corps des Ingénieurs, choisissoit parmi les officiers d’infanterie ceux qui avoient acquis quelqu’expérience dans l’attaque des places, pour en conduire les travaux ; mais il arrivoit rarement, comme le remarque M. de Vauban, qu’on en trouvât d’assez habiles pour répondre entierement aux vûes du général, & le décharger du soin & de la direction de ces travaux. Henri IV. avoit eu cependant pour ingénieur Errard de Barleduc, dont le traité de fortification montre beaucoup d’intelligence & de capacité dans l’auteur. Sous Louis XIII. le ​ chevalier de Ville servit en qualité d’ingénieur avec la plus grande distinction. Son ouvrage sur la fortification des places, & celui où il a traité de la charge des gouverneurs, font voir que ce savant auteur étoit également versé dans l’artillerie & le génie ; mais ces grands hommes qui ne pouvoient agir par-tout trouvoient peu de gens en état de les seconder.
Dans le commencement du regne de Louis XIV. le comte de Pagan se distingua beaucoup dans l’art de fortifier. Il fut le précurseur de M. le maréchal de Vauban, qui dans la fortification n’a guere fait que rectifier les idées générales de ce célebre ingénieur ; mais qui a par-tout donné des marques d’un génie supérieur & inventif, particulierement dans l’attaque des places, qu’il a portée à un degré de perfection auquel il est difficile de rien ajoûter.
Le chevalier de Clerville paroît aussi, par les différens mémoires sur les troubles de la minorité du roi Louis XIV, avoir eu beaucoup de réputation dans l’attaque des places. M. de Vauban commença à servir sous lui dans plusieurs siéges ; mais il s’éleva ensuite rapidement au-dessus de tous ceux qui l’avoient précédé dans la même carriere.
Par l’établissement du génie, le roi a toûjours un corps nombreux d’ingénieurs, suffisant pour servir dans ses armées en campagne & dans ses places. On ne fait point de siége depuis long-tems qu’il ne s’y en trouve trente-six ou quarante, partagés ordinairement en brigades de six ou sept hommes, afin que dans chaque attaque on puisse avoir trois brigades, qui se relevant alternativement tous les vingt quatre heures, partagent entr’eux les soins & les fatigues du travail, & le font avancer continuellement sans qu’il y ait aucune perte de tems.
C’est à l’établissement du génie que la France doit la supériorité qu’elle a, de l’aveu de toute l’Europe, dans l’attaque & la défense des places sur les nations voisines.
Le génie a toûjours eu un ministre ou un directeur général, chargé des fortifications & de tout ce qui concerne les Ingénieurs. Voyez Directeur ou Inspecteur général des Fortifications.
L’Artillerie qui avoit toûjours formé un corps particulier sous la direction du grand-maître de l’Artillerie, vient, depuis la suppression de cette importante charge, d’être unie à celui du génie. Par l’ordonnance du 8 Décembre 1755, ces deux corps n’en doivent plus faire qu’un seul sous la dénomination de corps royal de l’Artillerie & du Génie. (Q)

4. GENIES en Architecture​​, figures d’enfans avec des aîles & des attributs, qui servent dans les ornemens à représenter les vertus & les passions, comme ceux qui sont peints par Raphaël dans la galerie du vieux palais Chigi à Rome. Il s’en fait de bas-reliefs, comme ceux de marbre blanc dans les trente-deux tympans de la colonnade de Versailles, qui sont par grouppes, & tiennent des attributs de l’amour, des jeux, des plaisirs, &c. On appelle génies fleuronés, ceux dont la partie inférieure se termine en naissance de rinceau de feuillages, comme dans la frise du frontispice de Néron à Rome. Voyez nos Planch. d’Archit. On se sert aussi du mot de génie, pour désigner le feu & l’invention qu’un architecte, un dessinateur, décorateur, ou tous autres Artistes mettent dans la décoration de leurs ouvrages ; c’est une partie très-nécessaire dans l’Architecture. Un homme sans génie, quoique muni des préceptes de son art, va rarement loin : la diversité des occasions & le détail immense d’un bâtiment, exigent absolument des dispositions naturelles, qui soient aidées d’un exercice laborieux & sans relâche ; qualités essentielles à un architecte pour mériter la confiance de ceux qui lui abandonnent leurs intérêts. Voyez Architecte.

Parcours dans les dictionnaires du XVI au XVIIIe siècles

Au xvie siècle :

– Le terme est absent du dictionnaire françois-latin, autrement dict Les mots François, avec les manières duser diceulx, tournez en Latin, Robert Estienne, Paris, 1549.

Dictionnaire françoys-latin augmenté, Nicot, Paris, (1573) : « La Genie d’un chascun, Genius »

Au xviie siècle :

Thresor de la langue françoise, tant ancienne que moderne, Pierre Nicot, Paris, chez David Douceur, 1606 :
Genie, m. penac. Genius. Est le naturel et inclination d’vn chacun.
Genial, m. acut. Genialis.

A Dictionarie of the french and english tongues, Randle Cotsgrave, London, 1611 :
Genie la g. Ones good, or bad angell; also, his nature, instinct, inclination, originall disposition.
Genial: m. ale: f.
Geniall; belonging to lucke, or chance; or to a mans nature, disposition, inclination.

Invantaire des deus langues, françoise et latine : assorti des plus utiles curiositez de l’un et de l’autre idiome, de Philippe Monet, chez Claude Obert, en rue Merciëre, Lyon, (3e éd. 1635) :
Genie, Demon, Heros, l’ame d’un Heros, ou d’un de nos ancetres, ou d’autre personne, ou bien quelque espece de Dieu familier, aiant charge de remarquer, & çansurer les actions des personnes, antre austres siens offices, dont deux an méme tams, l’un bon & ami, l’autre mauuais, & ennemi, accompagnent chaque personne, dés sa naissance, iusques à sa mort, selon les anciens Paiens : hic Genius, ij., hic Dæmon, onis., hic Heros, is.
Bon Genie, bon Demon : Bonus genius, Dexter genius, Secundus genius, Felix genius, Faustus genius, Fautor genius, Amicus genius, Bonus Dæmon, Dexter Dæmon, Secundus dæmon, Tutelaris dæmon, &c.
Mauuais Genie, mauuais Demon : Maius genius. Maius dæmon. Læuus genius. Læuus dæmon. Infaustus genius. Infaustus dæmon. Infestus genius. Infestus dæmon.
On sacrifie au Génie, mais offrande non sanglante, chaque année, le jour de sa naissance : Quotannis, die suo natali, quilibet Genio incruenta victima operabatur.
Plusieurs des anciens ont ecrit, que les Genies, les Dieux Lares, les Dieux Manes, etaient les mémes : Veterum plerique scripserunt, Deos Genios, Deos Lares, Deos Manes, cosdem esse Deos.

– Absent Des origines de la langue françoise, de Gilles Ménage, Paris, 1650.

Dictionnaire François, Pierre Richelet, Genève, 1680 :
GENIE, s.m. Les Anciens faisoient un Dieu du genie, mais parmi nous c’est un certain esprit naturel qui nous donne une pente à une chose. Naturel. Inclination naturelle d’une personne. [Avoir un beau genie. Travailler de genie. Dépreaux, Satire 7. N’avoir point de genie pour les lettres. Abl.]
Genie. Ce mot avec une bonne ou une méchante epitéte veut dire bon esprit, ou petit esprit. [Ce n’est pas un grand genie que Mr. un tel. C’est un petit genie. Pauvre genie.]

– Absent de l’Essai d’un dictionnaire universel, d’Antoine Furetière, Amsterdam, 1687

Dictionnaire universel, d’Antoine Furetière, La Haye et Rotteredam, 1690 :
GENIE. subst. masc.Bon ou mauvais Demon que les Anciens croyoient accompagner les hommes illustres. Apulée a fait un Traitté du Genie de Socrate. Les Poëtes ont attribué à chaque chose et à chaque lieu un Genie ou Divinité qui y presidoit, et ont fait parler souvent le Genie du lieu, le Genie du temple, etc.
GENIE, se dit dans le Christianisme des bons Anges qui accompagnent les hommes, ou qui sont donnez aux Estats et aux Eglises pour les proteger. Le bon Genie de la France a preservé son Roy dans la bataille.
GENIE, se dit aussi du talent naturel, et de la disposition qu’on a à une chose plutost qu’à une autre. Pour faire une societé qui dure, il faut qu’elle soit faite entre personnes de même genie. un homme ne sçauroit reüssir, quand il force son genie. il faut du genie pour la Poësie. cet homme est un vaste genie, qui est capable de tout, il faut que chacun suive son genie, son inclination. On dit aussi pour accuser un homme de foiblesse, ou de peu d’esprit, que ce n’est pas un grand genie.

– Absent du Dictionnaire étymologique ou Origines de la langue françoise, de Gilles Ménage, Paris, 1694.

Dictionnaire de l’Académie françoise dedié au Roy, Paris, 1694 :
GENIE. s.m. L’esprit ou le demon, soit bon, soit mauvais, qui selon la doctrine des Anciens accompagnoit les hommes depuis leur naissance jusques à leur mort. Bon genie. mauvais genie. le genie de Socrate. le mauvais genie de Brutus. le genie d’Auguste estoit plus fort que celuy d’Antoine.
Il se dit aussi, De ces esprits ou demons qui, selon la doctrine des Anciens, president à de certains lieux, à des villes, etc. Le genie du lieu, le genie de Rome, du Peuple Romain.
On dit, Le genie de la France, pour dire, L’Ange tutelaire de la France.
Il signifie aussi, L’inclination ou disposition naturelle, ou le talent particulier d’un chacun. Beau genie. grand genie. puissant genie. vaste genie. genie universel. il a un merveilleux genie pour telle chose. suivre son genie. forcer son genie. faire quelque chose contre son genie. avoir du genie pour les affaires. il a le genie à la poësie. ce n’est pas son genie que d’escrire en vers. il est d’un genie superieur aux autres. superiorité de genie. il a une grande superiorité de genie.
On dit, Travailler de genie, pour dire, Faire quelque chose de sa propre invention et d’une maniere aisée et naturelle.

Dictionnaire des Arts et des Sciences, Thomas Corneille, Paris, 1694 :
GENIE. s.m. Sorte de Divinité chez les Anciens, laquelle ils faisoient presider à toutes choses. Non seulement ils donnoient un Genie à chaque homme en particulier, mais encore à chaque Fontaine, aux arbres, et aux contrées. Caligula et quelques autres Empereurs punissoient de mort ceux qui refusoient de jurer par leur Genie. Ce mot n’estant plus employé parmy les Chrestiens, que pour signifier un certain esprit naturel qui nous donne de la pente à une chose, on represente les Genies dans les ornemens d’Architecture, sous la figure d’enfans ailez, à qui on donne des attributs qui marquent les vertus et les passions. Il s’en fait de basrelief qui sont par groupes. Il y en a qu’on appelle Genies fleuronnez. Ce sont ceux dont la partie inferieure termine en naissance de feüillage.

Au xviiie siècle :

La justesse de la langue françoise ou Les différentes significations des mots qui passent pour synonimes, Abbé Girard, (1718) :

ESPRIT. RAISON. BON-SENS. INTELLIGENCE. JUGEMENT. ENTENDEMENT CONCEPTION. GÉNIE. l’Esprit est fin & délicat ; il fait briller ; qui n’en a point est épais & grosser : la Raison est mûre ; elle rend sage ; qui l’abandonne devient extravagant : Le Bon-sens est sûr ; il conduit, qui s’en écarte donne dans le ridicule : L’Intelligence est éclairée ; elle rend habile ; qui n’en a aucune n’est propre à rien : Le Jugement est solide ; il fait prévoir ; qui en est dépourvû est étourdi : L’Entendement est subtil ; il rend pénétrant ; qui en manque est stupide ; La Conception est vive ; elle fait sentir et comprendre ; qui n’en a point est bête : Le Génie est heureux ; il dispose ; qui en manque a de la peine à réüssir.
L’Esprit donne du tour à ce qu’on dit, & de la grace à ce qu’on fait : La Raison met de la justesse dans les discours, & de la droiture dans les actions : Le Bon-sens parle naturellement, & agit d’une maniere conforme à l’usage ordinaire : L’Intelligence se sert de termes propres, & rend l’exécution réguliere : Le Jugement inspire un langage discret, & une conduite reservée : L’Entendement fait qu’on s’explique d’une façon savante, & qu’on travaille d’une manière profonde : La Conception met de la clarté dans les expressions, & de la propreté dans les ouvrages : Le Génie caractérise le stile, & donne du goût aux productions.
Il faut de l’Esprit, avec les dames ; de la Raison, avec les honnêtes gens ; du Bon-Sens, avec tout le monde ; de l’Intelligence, avec les ouvriers ; du Jugement, avec les grands ; de l’Entendement, avec les savants ; de la Conception, avec les gens d’esprit ; & du Génie avec les courtisans. (p.85-87).
GÉNIE ET TALENT Le Génie et le Talent naissent touts les deux avec nous ; & ils sont une heureuse disposition de la nature : Mais le Génie paroît regarder plus proprement les arts dont on fait profession, & tenir un peu de l’esprit inventif : Le Talent semble regarder plus particulièrement les emplois qu’on doit remplir, & tenir davantage d’une exécution brïllante. On a le Génie de la poésie & de la peinture : On a le Talent de parler & d’écrire. Un ouvrier a du Génie pour fabriquer de belles étoffes : Un marchand a du Talent pour les bien vendre. (p.106-7)

Dictionnaire Universel augmenté, Antoine Furetière, La Haye, 1727 :
Genial, ou plutôt GENIALIS. Terme d’Antiquaire ; c’est l’épithete qu’on donnoit chez les Romains aux Dieux qui presidoient à la generation. On mettoient parmi les Dieux Géniales les 12. signes, la Lune & le Soleil.
Du Latin, gignere, produire.
GENIE. s. m. Sorte de Dinivité. Bon, ou mauvais Esprit, Demon que les Anciens croyoient qui accompagnoit les hommes, presidoit à leur naissance, veilloit sur leur conduite et étoit commis à leur garde. Apulée a fait un Traitté du Genie familier de Socrate, qui l’accompagnoit, & qui sans l’avertir de ce qu’il devoit faire, le detournoit seulement de ce qui pouvoit lui être préjudiciable. On pretendoit que les Genies habitoient dans la vaste étendue de l’air, & dans tout cet espace qui occupe le milieu entre le ciel & la terre. C’étoient des Puissances moyennes, quifaisoient la fonction de Mediateurs entre les Dieux, & les hommes. […] Du Latin Genius, formé de generare, engendrer.
GENIE, se dit dans le Christianisme des bons Anges qui accompagnent les hommes, ou qui sont donnez aux Etats & aux Eglises pour les proteger. Le bon Genie de la France a preservé son Roi dans la bataille, Cette phrase est imitée du Paganisme. […]
GENIE, signifie plus ordinairement, l’esprit, ou la facuté de l’ame en tant qu’elle pense, ou qu’elle juge. Un genie heureux, un genie superieur, un genie élevé ; & capable de grandes choses. Il faut un genie vif & brillant pour la Poësie. Marot avait un genie facile, aisé, plein de delicatesset & de naïveté. […]
GENIE, se dit aussi du talent naturel, & de la disposition qu’on a à une chose plutôt qu’à une autre. Cet homme a du genie pour les vers, ou pour les sciences, ou pour le jeu, &c. […]
GENIE, signifie encore l’humeur, le goût, les manieres des gens. Il faut connoitre le genie des personnes à qui l’on a affaire. BELL. On doit se conformer au genie de la nation où l’on vit. […]
GENIE, se dit aussi du caractere d’une Langue. Le genie de la langue Françoise, Latine &c. […]
GENIE, se dit en fait de Jardinage et d’Agriculture, pour nature, propriété naturelle. […]
GENIE, en Architecture. Ce sont des figures d’enfans aîlez, avec des attributs, qui servent dans les ornemens à representer les vertus et les passions. (tome II, feuille Ffff.)

Dictionnaire universel françois latin, vulgairement appelé Dictionnaire de Trévoux, Paris, 1771 : p.467-68 :
GÉNIE, s. m. Bon ou mauvais Esprit ; Démon que les Anciens croyoient accompagner les hommes, présider à leur naissance, & être commis à leur garde jusqu’à la mort. […]
GÉNIE, se dit, en Poésie sutout, d’une intelligence qu’on suppose attachée à une personne pour régler sa conduite, l’aider dans ses entreprises, se tirer des périls, &c. […]
GÉNIE se dit dans le Christianisme, des Anges tutélaires qui accompagnent les hommes, ou qui sont donnés aux Etats & aux Eglises pour les protéger. […]
GÉNIE, signifie plus ordinairement, l’esprit, ou la facuté de l’ame en tant qu’elle pense, ou qu’elle juge. Ingenium, mens. > Ce terme désigne proprement l’étendue de l’esprit, la force de l’imagination & l’activité de l’ame. Il est distingué de l’esprit, de la raison, du bon-sens, du jugement, de l’entendement, de la conception & de l’intelligence. […]
GENIE, se dit aussi du talent naturel, & de la disposition qu’on a à une chose plutôt qu’à une autre. Cet homme a du genie pour les vers, ou pour les sciences, ou pour le jeu, &c. Admirez la diversité des génies. Il ne faut point forcer son génie. On dit, travailler de génie, pour dire, faire quelque chose de sa propre invention. > le génie et le talent naissent tous les deux avec nous, & sont une heureuse disposition de la nature pour les arts et les emplois : mais le génie paroît être plus intérieur & tenir de l’esprit inventif. Le talent semble être plus extérieur, & tenir davantage d’une exécution brillante. On a le génie de la Poésie & de la Peinture. On a le talent de parler & d’écrire. Tel qui a du génie pour composer, n’a point de talent pour débiter.
GÉNIE se prend quelquefois pour la personne même. > On dit qu’un homme est un beau, un grand génie. […]
GENIE, signifie encore l’humeur, le goût, les manieres des gens. Mores, inflitutum. Il faut connoitre le génie des personnes à qui l’on a affaire. BELL. On doit se conformer au génie de la nation où l’on vit. Voilà le génie des Barbares. > On appelle génie d’une langue, le caractère propre & distinctif de cette langue.
GÉNIE, se dit en terme d’Agriculture, pour nature, propriété naturelle. […]
GÉNIE dans l’art Militaire est l’art de fortifier, d’attaquer, de défendre par des ouvrages les places, les postes, les cmaps, & l’exercice de cet art, les fonctions, les emplois de ceux qui l’exercent, qu’on appelle Ingénieurs. […]
GÉNIES en Sculpture, ce snt des figures d’enfans aîlés, avec des attributs qui servent dan les ornemens à représenter les vertus & les passions. […]
GÉNIES, ou GÉNIEZ. s. m. Nom d’homme. Genesius. Saint Génies, que l’on nomme plus communément Génies, étoit Greffier ou Notaire à Arles, & y souffrit le martyre dans le IIIe siècle.

Dictionnaire critique de la langue française, Jean-François Féraud, Marseille, 1788 :
GENIE, s. m. [1re é fer. 2e lon. 3e e muet.]
1° C’était chez les anciens ce qu’ange est parmi nous. On disait : bon ou mauvais génie. Le génie de Socrate. Poussé par son mauvais génie, etc. On dit encore par un reste de langage païen : le génie de la France,, l’ange tutélaire de la France ; le génie de la Peinture, de la Poésie, de la Musique, le génie qu’on supôse présider à chacun de ses Arts.
2°, Talent de l’esprit. « Avoir du génie pour les afaire, pour la poésie, etc. suivre ou forcer son génie etc. » […]
3° Génie, se prend quelquefois pour la personne qui a du génie : mais on ne peut l’employer dans toutes les ocasions où l’on emploierait le nom de la persone. […]
4°. Le génie d’une Langue est le caractère propre et distinctif de cette langue
Génie est aussi l’art de fortifier, d’attaquer, de défendre par des ouvrages les places, les postes, les camps, & l’exercice de cet art, les fonctions, les emplois de ceux qui l’exercent, qu’on appelle Ingénieurs. […]

Pistes de recherche de l’axe 1 – Définitions du génie dans les discours savants et théoriques

Le premier axe de recherche du laboratoire-junior FIGÉE entend définir les acceptions du terme « génie » dans les discours savants et théoriques des XVIIe et XVIIIe siècles.

Dans l’Antiquité et les cultes païens du bassin méditerranéen, le « génie » renvoie au « dieu particulier à chaque homme, qui veill[e] sur lui dès sa naissance, qui partag[e] toute sa destinée et dispara[ît] avec lui […] ». Dans l’imaginaire mythique antique, ces génies domestiques, manifestement liés à la psyché individuelle, cohabitent toutefois avec d’autres génies plus ou moins anthropomorphes, peuplant la terre ou les cours d’eaux. Ainsi, « […] de même chaque lieu, chaque état, chaque chose [a] son génie propre1 ». Originellement, les génies seraient donc omniprésents et relèveraient d’une implication de puissances divines dans le monde humain.

Avec l’avènement de l’ère chrétienne et le rejet progressif des croyances païennes, le sens du terme évolue. Si bien qu’au tournant du XVIIe siècle, le Thresor de la langue françoyse, tant ancienne que moderne de Jean Nicot n’enregistre plus que le sens suivant, particulièrement laconique : « naturel et inclination d’un chacun2 » ; le génie s’est sécularisé, intériorisé, assimilé aux caractéristiques proprement humaines. Une observation plus fine témoigne de la persistance de l’ancien sens ; peut-être en partie allégorisé, il coexiste désormais avec ce nouveau sens, comme cela apparaît dans le Dictionarie of the French and English tongues de Randle Cotgrave (1611) : « Ones good, or bad angell; also, his nature, instinct, inclination, originall disposition3 ». La définition de Nicot laisse miroiter une tension dynamique restaurée par Cotgrave, qui utilise davantage de synonymes que le philologue français. Le génie relève d’une nature en puissance propre à chaque être humain (« naturel », « originall disposition ») et se réalise dans un mouvement d’attirance spontanée (« inclination », « instinct »). Cette qualité semble se manifester d’autant de façons qu’il y a d’individus, ouvrant le champ pour une myriade de nouvelles formes de génies, idiosyncrasiques et potentiellement concurrents. Dès lors, il est possible, avec Jean-Alexandre Perras de souligner que le « génie » s’apparente davantage à une notion, impliquant « un processus de définition, d’adaptation », qu’à un concept ou une idée : « Entendu comme une notion, le génie peut ainsi se comprendre comme un phénomène plurivoque, toujours travaillé par les discours dans lesquels il est impliqué4 ».

Pour ouvrir l’enquête de notre laboratoire, il convient donc d’essayer de nous accorder sur le cadre définitionnel de cette notion polymorphe aux XVIIe et XVIIIe siècles et de le distinguer le plus clairement possible de notions voisines. L’ouvrage La justesse de la langue françoise ou Les différentes significations des mots qui passent pour synonimes, de l’abbé Girard (1718), distingue la notion de « génie » d’une part de celle de « talent », d’autre part de celles d’ « esprit », de « raison », de « bon sens », d’ « intelligence », de « jugement », d’ « entendement » ou encore de « conception »5. Nous nous proposons de poursuivre de cette entreprise de précision sémantique sur l’ensemble de notre période en nous appliquant à distinguer les différents discours qui se sont emparés de la notion de « génie ». En effet, si le substantif « génie » est peu théorisé pour lui-même, il revient dans des textes divers et variés, renvoyant à des réalités qui ne se recoupent pas nécessairement.

Tandis que l’importante étude de Jean-Alexandre Perras explorait une approche philosophique et sémantique de la notion, nous nous proposons ici d’investir des corpus qu’il n’a pu explorer dans le cadre de ses travaux. Nous nous intéresserons tout d’abord à l’usage fait de cette notion dans les discours sur les arts et la langue. Faire dialoguer son étude des traités poétiques français avec une analyse des ouvrages linguistiques statuant sur le « bon usage » de la langue française permettra de creuser l’écart entre acceptation individuelle et collective de la notion. Nous nous proposons également d’ouvrir cette perspective poétique à d’autres aires linguistiques (anglaise, italienne, espagnole…), afin de de cartographier les diverses conceptions nationales du génie et l’institutionnalisation progressive des différents imaginaires – parfois affiliés, parfois exclusifs – qu’ils charrient. Cela nous conduira à réfléchir la dimension normative, voire exclusive, de cette notion tant à l’échelle individuelle qu’à l’échelle collective. Puis, nous invitons dans un second temps à explorer des corpus marginaux dans l’enquête de Perras, comme les traités de politesse et de bienséance ainsi que les ouvrages moraux et médicaux. Cela nous permettra de prendre la mesure de l’utilisation faite en société du « génie », de la place qui lui est faite dans l’étude scientifique tant des mœurs que du corps humain, et, peut-être, de son instrumentalisation au service de divers discours. Enfin, le « génie » est de plus en plus compris de façon collective au XVIIIe siècle, ce qui nous incite à vouloir explorer d’une part les traités politiques et juridiques, où le « génie » est nationalisé, et, d’autre part, des ouvrages techniques où le « génie » semble devenir l’apanage des ingénieurs.

Dans une perspective nourrie des travaux postcoloniaux actuels, nous proposons également d’envisager les rapports de cette notion avec les discours politiques qui lui sont contemporains, afin de déterminer à partir de quand cette notion est rapprochée de celles de « caractère national », puis déplacée vers celle de « race » à une époque où commencent se créer les identités nationales6.

En nous attachant à un vaste corpus, il s’agit d’analyser la façon dont ce terme est utilisé d’un texte à l’autre, d’un savoir à l’autre, quels sont les lexiques associés à cette notion, quelles figures elle permet de penser. Cette invitation à une étude transversale sur les discours savants et théoriques qui mobilisent le « génie », vise à mener à bien un travail précis de distinction de sens qui nous permettra de prendre la mesure de ses significations aux XVIIe et XVIIIe siècles. Cela nous permettra de voir comment chacun de ces textes s’approprie le « génie », l’infléchit selon les besoins de sa propre visée argumentative, et peut le fait devenir un support idéologique de hiérarchies individuelles, sociales, voire nationales.

Suggestion de corpus :

– les traités artistiques variés : non seulement les arts poétiques, mais également les traités sur la musique, la peinture, le théâtre, l’opéra etc.

– les traités de bienséance et de civilité, les ouvrages de remarques sur la langue

– les ouvrages moraux et médicaux

– les textes politiques et juridiques

– les traités techniques relatifs à une discipline précise (art militaire, architecture, mécanique, physique etc.)

 

Notes :

4 Jean-Alexandre Perras, L’exception exemplaire : une histoire de la notion de génie du XVIe au XVIIIe siècle, Thèse de doctorat, 2013, p. 5.

6 Anne-Marie Thiesse, La création des identités nationales : Europe XVIIIe-XX siècle, Paris, Le Seuil, 1999, 302 p.

Si ces pistes de recherches vous inspirent, envoyez-nous une proposition de communication avant le 10 janvier 2021 à l’adresse figee@ens-lyon.fr

//

 

The first area of research of FIGÉE junior laboratory intends to define the meanings of the term « genius » in the scholar and theoretical discourses of the 17th and 18th centuries.

In ancient time among the pagan cults of the Mediterranean basin, « genius » refers to the « god peculiar to each man, who watches over him from birth, who shares his entire destiny and disappears with him […] » In the ancient mythical imagination, these domestic geniuses, obviously linked to the individual psyche, cohabit however with other more or less anthropomorphic geniuses, populating the earth or the waterways. Thus, « […] in the same way, each place, each state, each thing [has] its own genius7 « . Originally, genies were omnipresent and were the result of the involvement of divine powers in the human world.

With the advent of the Christian era and the progressive rejection of pagan beliefs, the meaning of the term changes. So much so that at the turn of the seventeenth century, the Thresor of the French language, both ancient and modern, by Jean Nicot records only the following, particularly laconic meaning: « naturalness and inclination of each one8« ; genius has become secularized, internalized, assimilated to properly human characteristics. A closer observation testifies to the persistence of the old meaning; perhaps partly allegorized, it now coexists with this new meaning, as it appears in Randle Cotgrave’s Dictionary of the French and English tongues (1611): « Ones good, or bad angell; also, his nature, instinct, inclination, originall disposition9« . Nicot’s definition gives the impression of a dynamic tension restored by Cotgrave, who uses more synonyms than the French philologist. Genius comes from a potential nature specific to each human being (« natural », « originall disposition ») and is realized in a movement of spontaneous attraction (« inclination », « instinct »). This quality seems to manifest itself in as many ways as there are individuals, opening the field for a myriad of new forms of genius, idiosyncratic and potentially competing. From then on, it is possible, with Jean-Alexandre Perras, to stress that « genius » is more like a notion, implying « a process of definition, of adaptation », than a concept or an idea: « Understood as a notion, genius can thus be understood as a plurivocal phenomenon, always worked on by the discourses in which it is involved10« .

To open our laboratory’s investigation, we aim to try to agree on the definitional framework of this polymorphic notion in the 17th and 18th centuries and to distinguish it as clearly as possible from related notions. The work La justesse de la langue françoise ou Les différentes significations des mots qui passent pour synonimes, by Abbé Girard (1718), distinguishes the notion of « genius » on the one hand from that of « talent », on the other hand from those of « mind », « reason », « common sense », « intelligence », « judgment », « understanding » and « conception »11. We propose to continue this enterprise of semantic precision throughout our period by distinguishing between the different discourses that have taken hold of the notion of « genius ». Indeed, if the noun « genius » is little theorized for itself, it returns in diverse and varied texts, referring to realities that do not necessarily overlap.

While Jean-Alexandre Perras’ important study explored a philosophical and semantic approach to the notion, we propose here to invest corpuses that he was unable to explore in the framework of his work. We will first of all focus our attention on the use made of this notion in discourses on the arts and language. By combining Perras’ study of French poetic treatises with an analysis of linguistic works on the « proper use » of the French language, we will be able to widen the gap between individual and collective acceptance of the notion. We also propose to open this poetic perspective to other linguistic areas (English, Italian, Spanish…), in order to map the various national conceptions of genius and the progressive institutionalization of the different imaginaries – sometimes affiliated, sometimes exclusive – that they carry. This will lead us to reflect on the normative, even exclusive, dimension of this notion on both an individual and a collective scale. Then, we invite in a second step to explore marginal corpuses in Perras’ investigation, such as treatises on politeness and decency as well as moral and medical works. This will allow us to take the measure of the use made of « genius » in society, of the place given to it in the scientific study of both morals and the human body, and, perhaps, of its instrumentalization in the service of various discourses. Finally, « genius » was increasingly understood collectively in the eighteenth century, prompting us to explore, on the one hand, political and legal treatises, where « genius » was nationalized, and, on the other hand, technical works where « genius » seemed to become the prerogative of engineers.

In a perspective nourished by current postcolonial works, we also propose to consider the relationship of this notion with contemporary political discourses, in order to determine when this notion is brought closer to those of « national character », then moved to that of « race » at a time when national identities are beginning to be created12.

By focusing on a vast corpus, the aim is to analyze the way in which this term is used from one text to another, from one knowledge to another, what lexicons are associated with this notion, what figures it allows us to think. This invitation to a transversal study of the scholarly and theoretical discourses that mobilize « genius », aims to carry out a precise work of distinction of meaning that will allow us to take the measure of its meanings in the 17th and 18th centuries. This will allow us to see how each of these texts appropriates « genius », inflects it according to the needs of its own argumentative aim, and can turn it into a support and ideological support for individual, social, or even national hierarchies.

Suggested corpus :

– Various artistic treatises: not only poetic arts, but also treatises on music, painting, theater, opera, etc.

– Treatises on decency and civility, works of remarks on language, etc.

– moral and medical works

– political and legal texts

– technical treatises relating to a specific discipline (military art, architecture, mechanics, physics, etc.)

Notes :

7 Traduction personnelle. Citation originale : « dieu particulier à chaque homme, qui veill[e] sur lui dès sa naissance, qui partag[e] toute sa destinée et dispara[ît] avec lui […] »; « […] de même chaque lieu, chaque état, chaque chose [a] son génie propre ».   https://gaffiot.org/53059

8 Traduction personnelle. Citation originale : « naturel et inclination d’un chacun »  https://portail.atilf.fr/cgi-bin/dico1look.pl?strippedhw=G%C3%A9nie&submit=&dicoid=NICOT1606

9 https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k50509g/f483.item

10 Jean-Alexandre Perras, L’exception exemplaire : une histoire de la notion de génie du XVIe au XVIIIe siècle, Thèse de doctorat, 2013, p. 5.

11 This list of partial synonyms is not exhaustive and is based on the work of Father Girard, The Correctness of the French Language or the ifferent Meanings of Words that pass for Synonyms [La justesse de la langue françoise ou Les différentes significations des mots qui passent pour synonimes], (1718).

12 Anne-Marie Thiesse, The creation of national identities: 18th-20th century Europe [La création des identités nationales : Europe XVIIIe-XX siècle], Paris, Le Seuil, 1999, 302 p.

 

If you are inspired by these lines of research, please send us a paper proposal before January 10, 2021 to figee@ens-lyon.fr.

Fonctionnement du site

// How the website works

 

En lien avec nos activités de recherche, le laboratoire-junior FIGÉE lance son carnet hypothèse !

Dans la section Introduction, vous trouverez une présentation de la question, de notre approche et de notre méthodologie, une présentation des axes de recherche ainsi qu’un répertoire des membres.

Dans la section Axes de recherche, vous trouverez les quatre axes que nous avons distingués, et tous les éléments (appels, manifestations scientifiques, compte-rendus…) rattachés à chacun d’entre eux.

Dans la section Actualités, vous trouverez toutes les dernières actualités de nos activités, et de celles d’autrui qui résonnent avec les nôtres.

Dans la section Ressources, vous trouverez différents outils de recherche, comme des parcours définitionnels, des compte-rendus d’ouvrages ou encore une bibliographie critique collective.

N’hésitez pas à prendre contact avec nous, via les commentaires du carnet de recherche. ou par mail, à l’adresse figée@ens-lyon.fr

Bonne navigation dans notre carnet de recherche !

//

Linked with our research activities, the FIGÉE junior laboratory launches its hypothesis notebook!

In the Introduction section, you will find a presentation of the question, our approach and methodology, a presentation of the four areas of our research and a repertory of our members.

In the Research areas section, you will find the four axes we have distinguished, and all the elements (calls, scientific events, reports…) related to each of them.

In the News section, you will find all the latest news about our activities, and those of others that resonate with ours.

In the Resources section, you will find various research tools, such as definitional pathways, book reviews or a collective critical bibliography.

Do not hesitate to contact us, via the comments in the research notebook or by mail, at the mail address figee@ens-lyon.fr

Enjoy browsing through our research notebook!