Archives mensuelles : novembre 2020

« Défiger les génies? Genèse et perspectives d’un laboratoire junior » : le laboratoire aux Rencontres du GRAC

Poster (cf. ci-dessus) : Présentation Rencontres du Grac – 04 décembre

Madeleine Savart (université Jean Monnet Saint-Etienne / Université de Montréal) et Maxime Jebar (université Lumière Lyon 2) présenteront le laboratoire junior à l’occasion des Rencontres du GRAC, séminaire organisé par Edwige Keller-Rahbé (université Lumière Lyon 2) et Élise Rajchenbach (université Jean Monnet Saint-Etienne), ce vendredi 4 décembre à 16h30.

Le GRAC (Groupe Renaissance et Âge Classique) est une équipe de recherche interne à l’IHRIM (UMR 5317) qui se consacre à l’étude des arts, de la langue et des lettres des XVIe et XVIIe siècles.

Le séminaire aura lieu en ligne sur la plateforme Webex. Si vous souhaitez y participer, merci d’écrire aux organisatrices afin d’obtenir le lien de connexion : edwige.keller@univ-lyon2.fr et elise.rajchenbach@univ-saint-etienne.fr.

 

 

Pistes de recherche de l’axe 1 – Définitions du génie dans les discours savants et théoriques

Le premier axe de recherche du laboratoire-junior FIGÉE entend définir les acceptions du terme « génie » dans les discours savants et théoriques des XVIIe et XVIIIe siècles.

Dans l’Antiquité et les cultes païens du bassin méditerranéen, le « génie » renvoie au « dieu particulier à chaque homme, qui veill[e] sur lui dès sa naissance, qui partag[e] toute sa destinée et dispara[ît] avec lui […] ». Dans l’imaginaire mythique antique, ces génies domestiques, manifestement liés à la psyché individuelle, cohabitent toutefois avec d’autres génies plus ou moins anthropomorphes, peuplant la terre ou les cours d’eaux. Ainsi, « […] de même chaque lieu, chaque état, chaque chose [a] son génie propre1 ». Originellement, les génies seraient donc omniprésents et relèveraient d’une implication de puissances divines dans le monde humain.

Avec l’avènement de l’ère chrétienne et le rejet progressif des croyances païennes, le sens du terme évolue. Si bien qu’au tournant du XVIIe siècle, le Thresor de la langue françoyse, tant ancienne que moderne de Jean Nicot n’enregistre plus que le sens suivant, particulièrement laconique : « naturel et inclination d’un chacun2 » ; le génie s’est sécularisé, intériorisé, assimilé aux caractéristiques proprement humaines. Une observation plus fine témoigne de la persistance de l’ancien sens ; peut-être en partie allégorisé, il coexiste désormais avec ce nouveau sens, comme cela apparaît dans le Dictionarie of the French and English tongues de Randle Cotgrave (1611) : « Ones good, or bad angell; also, his nature, instinct, inclination, originall disposition3 ». La définition de Nicot laisse miroiter une tension dynamique restaurée par Cotgrave, qui utilise davantage de synonymes que le philologue français. Le génie relève d’une nature en puissance propre à chaque être humain (« naturel », « originall disposition ») et se réalise dans un mouvement d’attirance spontanée (« inclination », « instinct »). Cette qualité semble se manifester d’autant de façons qu’il y a d’individus, ouvrant le champ pour une myriade de nouvelles formes de génies, idiosyncrasiques et potentiellement concurrents. Dès lors, il est possible, avec Jean-Alexandre Perras de souligner que le « génie » s’apparente davantage à une notion, impliquant « un processus de définition, d’adaptation », qu’à un concept ou une idée : « Entendu comme une notion, le génie peut ainsi se comprendre comme un phénomène plurivoque, toujours travaillé par les discours dans lesquels il est impliqué4 ».

Pour ouvrir l’enquête de notre laboratoire, il convient donc d’essayer de nous accorder sur le cadre définitionnel de cette notion polymorphe aux XVIIe et XVIIIe siècles et de le distinguer le plus clairement possible de notions voisines. L’ouvrage La justesse de la langue françoise ou Les différentes significations des mots qui passent pour synonimes, de l’abbé Girard (1718), distingue la notion de « génie » d’une part de celle de « talent », d’autre part de celles d’ « esprit », de « raison », de « bon sens », d’ « intelligence », de « jugement », d’ « entendement » ou encore de « conception »5. Nous nous proposons de poursuivre de cette entreprise de précision sémantique sur l’ensemble de notre période en nous appliquant à distinguer les différents discours qui se sont emparés de la notion de « génie ». En effet, si le substantif « génie » est peu théorisé pour lui-même, il revient dans des textes divers et variés, renvoyant à des réalités qui ne se recoupent pas nécessairement.

Tandis que l’importante étude de Jean-Alexandre Perras explorait une approche philosophique et sémantique de la notion, nous nous proposons ici d’investir des corpus qu’il n’a pu explorer dans le cadre de ses travaux. Nous nous intéresserons tout d’abord à l’usage fait de cette notion dans les discours sur les arts et la langue. Faire dialoguer son étude des traités poétiques français avec une analyse des ouvrages linguistiques statuant sur le « bon usage » de la langue française permettra de creuser l’écart entre acceptation individuelle et collective de la notion. Nous nous proposons également d’ouvrir cette perspective poétique à d’autres aires linguistiques (anglaise, italienne, espagnole…), afin de de cartographier les diverses conceptions nationales du génie et l’institutionnalisation progressive des différents imaginaires – parfois affiliés, parfois exclusifs – qu’ils charrient. Cela nous conduira à réfléchir la dimension normative, voire exclusive, de cette notion tant à l’échelle individuelle qu’à l’échelle collective. Puis, nous invitons dans un second temps à explorer des corpus marginaux dans l’enquête de Perras, comme les traités de politesse et de bienséance ainsi que les ouvrages moraux et médicaux. Cela nous permettra de prendre la mesure de l’utilisation faite en société du « génie », de la place qui lui est faite dans l’étude scientifique tant des mœurs que du corps humain, et, peut-être, de son instrumentalisation au service de divers discours. Enfin, le « génie » est de plus en plus compris de façon collective au XVIIIe siècle, ce qui nous incite à vouloir explorer d’une part les traités politiques et juridiques, où le « génie » est nationalisé, et, d’autre part, des ouvrages techniques où le « génie » semble devenir l’apanage des ingénieurs.

Dans une perspective nourrie des travaux postcoloniaux actuels, nous proposons également d’envisager les rapports de cette notion avec les discours politiques qui lui sont contemporains, afin de déterminer à partir de quand cette notion est rapprochée de celles de « caractère national », puis déplacée vers celle de « race » à une époque où commencent se créer les identités nationales6.

En nous attachant à un vaste corpus, il s’agit d’analyser la façon dont ce terme est utilisé d’un texte à l’autre, d’un savoir à l’autre, quels sont les lexiques associés à cette notion, quelles figures elle permet de penser. Cette invitation à une étude transversale sur les discours savants et théoriques qui mobilisent le « génie », vise à mener à bien un travail précis de distinction de sens qui nous permettra de prendre la mesure de ses significations aux XVIIe et XVIIIe siècles. Cela nous permettra de voir comment chacun de ces textes s’approprie le « génie », l’infléchit selon les besoins de sa propre visée argumentative, et peut le fait devenir un support idéologique de hiérarchies individuelles, sociales, voire nationales.

Suggestion de corpus :

– les traités artistiques variés : non seulement les arts poétiques, mais également les traités sur la musique, la peinture, le théâtre, l’opéra etc.

– les traités de bienséance et de civilité, les ouvrages de remarques sur la langue

– les ouvrages moraux et médicaux

– les textes politiques et juridiques

– les traités techniques relatifs à une discipline précise (art militaire, architecture, mécanique, physique etc.)

 

Notes :

4 Jean-Alexandre Perras, L’exception exemplaire : une histoire de la notion de génie du XVIe au XVIIIe siècle, Thèse de doctorat, 2013, p. 5.

6 Anne-Marie Thiesse, La création des identités nationales : Europe XVIIIe-XX siècle, Paris, Le Seuil, 1999, 302 p.

Si ces pistes de recherches vous inspirent, envoyez-nous une proposition de communication avant le 10 janvier 2021 à l’adresse figee@ens-lyon.fr

//

 

The first area of research of FIGÉE junior laboratory intends to define the meanings of the term « genius » in the scholar and theoretical discourses of the 17th and 18th centuries.

In ancient time among the pagan cults of the Mediterranean basin, « genius » refers to the « god peculiar to each man, who watches over him from birth, who shares his entire destiny and disappears with him […] » In the ancient mythical imagination, these domestic geniuses, obviously linked to the individual psyche, cohabit however with other more or less anthropomorphic geniuses, populating the earth or the waterways. Thus, « […] in the same way, each place, each state, each thing [has] its own genius7 « . Originally, genies were omnipresent and were the result of the involvement of divine powers in the human world.

With the advent of the Christian era and the progressive rejection of pagan beliefs, the meaning of the term changes. So much so that at the turn of the seventeenth century, the Thresor of the French language, both ancient and modern, by Jean Nicot records only the following, particularly laconic meaning: « naturalness and inclination of each one8« ; genius has become secularized, internalized, assimilated to properly human characteristics. A closer observation testifies to the persistence of the old meaning; perhaps partly allegorized, it now coexists with this new meaning, as it appears in Randle Cotgrave’s Dictionary of the French and English tongues (1611): « Ones good, or bad angell; also, his nature, instinct, inclination, originall disposition9« . Nicot’s definition gives the impression of a dynamic tension restored by Cotgrave, who uses more synonyms than the French philologist. Genius comes from a potential nature specific to each human being (« natural », « originall disposition ») and is realized in a movement of spontaneous attraction (« inclination », « instinct »). This quality seems to manifest itself in as many ways as there are individuals, opening the field for a myriad of new forms of genius, idiosyncratic and potentially competing. From then on, it is possible, with Jean-Alexandre Perras, to stress that « genius » is more like a notion, implying « a process of definition, of adaptation », than a concept or an idea: « Understood as a notion, genius can thus be understood as a plurivocal phenomenon, always worked on by the discourses in which it is involved10« .

To open our laboratory’s investigation, we aim to try to agree on the definitional framework of this polymorphic notion in the 17th and 18th centuries and to distinguish it as clearly as possible from related notions. The work La justesse de la langue françoise ou Les différentes significations des mots qui passent pour synonimes, by Abbé Girard (1718), distinguishes the notion of « genius » on the one hand from that of « talent », on the other hand from those of « mind », « reason », « common sense », « intelligence », « judgment », « understanding » and « conception »11. We propose to continue this enterprise of semantic precision throughout our period by distinguishing between the different discourses that have taken hold of the notion of « genius ». Indeed, if the noun « genius » is little theorized for itself, it returns in diverse and varied texts, referring to realities that do not necessarily overlap.

While Jean-Alexandre Perras’ important study explored a philosophical and semantic approach to the notion, we propose here to invest corpuses that he was unable to explore in the framework of his work. We will first of all focus our attention on the use made of this notion in discourses on the arts and language. By combining Perras’ study of French poetic treatises with an analysis of linguistic works on the « proper use » of the French language, we will be able to widen the gap between individual and collective acceptance of the notion. We also propose to open this poetic perspective to other linguistic areas (English, Italian, Spanish…), in order to map the various national conceptions of genius and the progressive institutionalization of the different imaginaries – sometimes affiliated, sometimes exclusive – that they carry. This will lead us to reflect on the normative, even exclusive, dimension of this notion on both an individual and a collective scale. Then, we invite in a second step to explore marginal corpuses in Perras’ investigation, such as treatises on politeness and decency as well as moral and medical works. This will allow us to take the measure of the use made of « genius » in society, of the place given to it in the scientific study of both morals and the human body, and, perhaps, of its instrumentalization in the service of various discourses. Finally, « genius » was increasingly understood collectively in the eighteenth century, prompting us to explore, on the one hand, political and legal treatises, where « genius » was nationalized, and, on the other hand, technical works where « genius » seemed to become the prerogative of engineers.

In a perspective nourished by current postcolonial works, we also propose to consider the relationship of this notion with contemporary political discourses, in order to determine when this notion is brought closer to those of « national character », then moved to that of « race » at a time when national identities are beginning to be created12.

By focusing on a vast corpus, the aim is to analyze the way in which this term is used from one text to another, from one knowledge to another, what lexicons are associated with this notion, what figures it allows us to think. This invitation to a transversal study of the scholarly and theoretical discourses that mobilize « genius », aims to carry out a precise work of distinction of meaning that will allow us to take the measure of its meanings in the 17th and 18th centuries. This will allow us to see how each of these texts appropriates « genius », inflects it according to the needs of its own argumentative aim, and can turn it into a support and ideological support for individual, social, or even national hierarchies.

Suggested corpus :

– Various artistic treatises: not only poetic arts, but also treatises on music, painting, theater, opera, etc.

– Treatises on decency and civility, works of remarks on language, etc.

– moral and medical works

– political and legal texts

– technical treatises relating to a specific discipline (military art, architecture, mechanics, physics, etc.)

Notes :

7 Traduction personnelle. Citation originale : « dieu particulier à chaque homme, qui veill[e] sur lui dès sa naissance, qui partag[e] toute sa destinée et dispara[ît] avec lui […] »; « […] de même chaque lieu, chaque état, chaque chose [a] son génie propre ».   https://gaffiot.org/53059

8 Traduction personnelle. Citation originale : « naturel et inclination d’un chacun »  https://portail.atilf.fr/cgi-bin/dico1look.pl?strippedhw=G%C3%A9nie&submit=&dicoid=NICOT1606

9 https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k50509g/f483.item

10 Jean-Alexandre Perras, L’exception exemplaire : une histoire de la notion de génie du XVIe au XVIIIe siècle, Thèse de doctorat, 2013, p. 5.

11 This list of partial synonyms is not exhaustive and is based on the work of Father Girard, The Correctness of the French Language or the ifferent Meanings of Words that pass for Synonyms [La justesse de la langue françoise ou Les différentes significations des mots qui passent pour synonimes], (1718).

12 Anne-Marie Thiesse, The creation of national identities: 18th-20th century Europe [La création des identités nationales : Europe XVIIIe-XX siècle], Paris, Le Seuil, 1999, 302 p.

 

If you are inspired by these lines of research, please send us a paper proposal before January 10, 2021 to figee@ens-lyon.fr.

Fonctionnement du site

// How the website works

 

En lien avec nos activités de recherche, le laboratoire-junior FIGÉE lance son carnet hypothèse !

Dans la section Introduction, vous trouverez une présentation de la question, de notre approche et de notre méthodologie, une présentation des axes de recherche ainsi qu’un répertoire des membres.

Dans la section Axes de recherche, vous trouverez les quatre axes que nous avons distingués, et tous les éléments (appels, manifestations scientifiques, compte-rendus…) rattachés à chacun d’entre eux.

Dans la section Actualités, vous trouverez toutes les dernières actualités de nos activités, et de celles d’autrui qui résonnent avec les nôtres.

Dans la section Ressources, vous trouverez différents outils de recherche, comme des parcours définitionnels, des compte-rendus d’ouvrages ou encore une bibliographie critique collective.

N’hésitez pas à prendre contact avec nous, via les commentaires du carnet de recherche. ou par mail, à l’adresse figée@ens-lyon.fr

Bonne navigation dans notre carnet de recherche !

//

Linked with our research activities, the FIGÉE junior laboratory launches its hypothesis notebook!

In the Introduction section, you will find a presentation of the question, our approach and methodology, a presentation of the four areas of our research and a repertory of our members.

In the Research areas section, you will find the four axes we have distinguished, and all the elements (calls, scientific events, reports…) related to each of them.

In the News section, you will find all the latest news about our activities, and those of others that resonate with ours.

In the Resources section, you will find various research tools, such as definitional pathways, book reviews or a collective critical bibliography.

Do not hesitate to contact us, via the comments in the research notebook or by mail, at the mail address figee@ens-lyon.fr

Enjoy browsing through our research notebook!