Archives mensuelles : mars 2022

Nouvelles pistes de recherche axes 3 & 4 « Transferts culturels des « génies » et circulations artistiques à travers l’Europe »

Appel à communication « Transferts culturels des « génies » et circulations artistiques à travers l’Europe »
3
e journée d’étude du laboratoire-junior FIGÉE 17-18

Pour sa dernière manifestation scientifique, le laboratoire-junior FIGÉE 17-18 organise une journée d’étude en présentiel, le 8 juin 2022, à l’ENS de Lyon. Cette rencontre, qui sera l’occasion d’explorer les axes 3 et 4 du projet de recherche initial, est aussi vouée au bilan des travaux du laboratoire-junior. Elle offrira également l’occasion de partager un moment convivial longtemps différé en raison de la crise sanitaire.

Les deux premières journées d’étude du laboratoire-junior ont permis d’évaluer l’étendue de la notion de « génie » en faisant émerger différents sens (selon les types de corpus où elle apparaissait) et différents usages (selon le genre de la personne ainsi désignée). Il s’agit désormais d’envisager comment cette notion a pu circuler, se transformer ou se spécialiser au sein de l’espace géographique européen et mondial et dans différentes pratiques artistiques – musique, théâtre, opéra ou architecture – tout au long des XVIIe et XVIIIe siècles.

Les conflits religieux dévastateurs qui divisent l’Europe au XVIe siècle ainsi que l’extension de l’œkoumène consécutif des grandes découvertes s’accompagnent d’une intense réflexion philosophique, à la fois politique et théologique, sur la nature humaine et sur l’universalité de la notion de « génie ». En circulant à travers l’Europe et, avec la colonisation, à travers le monde, celle-ci est ponctuellement associée à un espace géographique ou à un peuple. Ces usages spécifiques invitent à étudier les variations sémantiques et/ou figuratives de cette notion selon l’orientation nationaliste des discours ou des représentations cherchant à figurer tel ou tel génie national. Il s’agit d’interroger la résistance d’une « universalité » du génie face à la démultiplication des stratégies distinctives. L’utilisation de la notion ne se limitant pas aux discours savants et théoriques, il convient également d’envisager comment art et fiction littéraire actualisent, représentent ou problématisent les stéréotypes liés aux différentes acceptions du « génie ».

1. la notion de « génie » est mobilisée dans les discours des empires, monarchies et principautés européennes, chacune de ces entités cherchant à se singulariser au sein de l’ensemble géopolitique. Les parentés entre peuples ne correspondent pas toujours aux filiations de la génialité, comme le souligne en 1684 un rédacteur du Mercure Galant : « les Gaulois n’ont rien laissé par écrit, & leur langage & leur génie estoit bien diférent de celuy des Francs, qui ont depuis habité les Gaules1 ».

– Au-delà de la disparité des caractères géniaux attribués à tel ou tel peuple, il est aussi manifeste que la notion connaît des acceptions différentes d’une langue à l’autre. Ainsi, le « génie » de la langue française, que le grammairien Louis du Truc considère « si naturel qu[‘on] en juge[…] à la premiere veue2 », et étudié par Gilles Siouffi3, diffère de celui mobilisé au cœur de la questionne della lingua italienne, renvoyant moins aux qualités de clarté et de justesse qu’à celles de la langue de la triade formée par Boccace, Dante et Pétrarque défendue par l’Académie della Crusca4.

– De la même manière, le « génie » militaire admiré diffère d’un pays à l’autre, d’une acception individuelle comme en Espagne ou en Suède à un ensemble théorique de techniques d’attaques et de défense en France, incarné par la fondation de l’école du Génie de Mézières en 1748.

L’on peut dès lors s’interroger sur la similarité du « génie » convoqué par ces différents discours à orientation nationaliste.

2. La notion de « génie » apparaît également dans des discours sur autrui : alors qu’à partir du xvie siècle se multiplient les voyages de différentes natures – diplomatiques, commerciaux, coloniaux, missionnaires, d’agrément – les acteurs de ces expéditions utilisent ce substantif dans des relations viatiques en lui donnant une portée collective. Dépassant l’acception individuelle enregistrée dans le dictionnaire de Nicot5, la notion s’étend, renvoyant alors au caractère propre d’une nation. Ce sens est enregistré pour la première fois dans le Dictionnaire Universel Augmenté de Furetière en 17276. Ainsi, Charles Patin s’intéresse, dans les Relations historiques et curieuses de voyages, en Allemagne, Angleterre, Hollande, Bohême, Suisse, etc., au « génie de ces peuples7 », François Bernier s’attache à rendre compte du « génie des Mogols et des Indiens8 », et Robert Challe détaille le « génie des nations orientales9 ». Ces commentaires de voyageurs se font écho et sont nourris par les réflexions philosophiques sur les spécificités de chaque nation : Montesquieu, dans l‘Esprit des Lois10, s’interroge sur les effets du climat et de la localisation géographique sur les mœurs et les lois d’un peuple donné ; ces réflexions sont poursuivies par Johann Gottfried von Herder, autour de la notion de Volksgeist (génie national), dans Une autre philosophie de l’histoire11. Cet élargissement de l’extensité de la notion est en lien avec l’institutionnalisation, tout au long des XVIIe et XVIIIe siècles, d’une idéologie raciste stipulant une hiérarchie entre les peuples.

– En outre, bien que l’acception de la notion au sens de divinité semble n’être utilisée en Europe qu’à propos de l’Antiquité, elle reste vivace sous la plume des religieux œuvrant en Amérique qui tentent de comprendre les spiritualités autochtones qu’ils veulent évangéliser : si le récollet Gabriel Sagard dénonce « la communication qu’ils ont avec des démons12 », le jésuite Paul Lejeune rapporte la croyance en « certains Génies du jour ou Genies de l’air, [qu’ils] nomment Khichikouai13 ». Tout en refusant un caractère divin à ces entités immatérielles, les missionnaires s’accordent sur l’aptitude des peuples indigènes à la vie spirituelle – condition nécessaire pour ensuite les évangéliser. La présence de la notion introduit des rapprochements avec des réalités historiques éloignées, qui fonctionnent comme un relais entre la France et le « Nouveau-Monde ».

3. Enfin se pose la question de la figuration artistique du « génie » ou plus largement des traits considérés comme géniaux. L’on appelle couramment « génie » des « figures d’enfans avec des aîles & des attributs, qui servent dans les ornemens à représenter les vertus & les passions14 » mais d’un bas-relief ou d’une toile à l’autre, leurs attributs diffèrent, suggérant des symboliques plurielles. Plus généralement, les représentations tant figuratives que musicales ou scéniques d’individus géniaux permettent de voir les rapports que la musique, le théâtre, le récit ou encore la peinture entretiennent avec cette notion. L’on pourra aussi s’intéresser à la représentation picturale de la figure singulière de l’artiste et notamment aux autoportraits réalisés durant cette période car cette pratique, comme celle de la signature, n’est pas sans lien avec « l’émergence de l’idée de “génie” et l’apparition d’une nouvelle configuration intellectuelle, celle des Beaux-arts15 ». Quant aux « génies » artistiques des peintres italiens ou hollandais, ils semblent même s’opposer selon qu’ils reposent sur un jeu d’emprunts de références et de symboles variés dans des compositions parfois exubérantes, ou sur des scènes plus prosaïques, plus simples, représentées dans une palette de couleurs souvent sombres16. L’on pourra également se pencher sur le rôle que les réécritures et les traductions – d’une langue à l’autre ou d’un médium artistique à l’autre – jouent dans la consolidation des stéréotypes sur la génialité de tel ou tel individu ou de telle ou telle pratique.

La journée d’étude se déroulera à l’École Normale Supérieure de Lyon, le mercredi 8 juin 2022. Une restauration est prévue pour les participant.e.s, et une prise en charge des frais de transport ou d’hébergement leur sera proposée. Une participation à distance sera prévue pour les personnes ne pouvant se déplacer. Le comité scientifique de la journée d’étude vous invite à soumettre votre proposition de communication de 300 à 350 mots avant le 30 avril 2022 à l’adresse suivante : figee@ens-lyon.fr. Les réponses seront rapidement communiquées après la fin de l’appel.

1 Extraordinaire du Mercure galant, quartier d’octobre 1684 (tome XXVIII), édition numérique, dir. Anne Piéjus, coéd. Nathalie Berton-Blivet, Paris, OBVIL, 2014-2019, https://obvil.sorbonne-universite.fr/corpus/mercure-galant/MG-1684-12e

2 Du Truc, Louis, Le Génie de la langue françoyse, Préface datée du 30 août 1668 à Strasbourg, p. 4 r.-v.

3 Siouffi, Gilles, Le génie de la langue française : études sur les structures imaginaires de la description linguistique à l’âge classique, Paris, Honoré Champion éditeur, coll. « Bibliothèque de grammaire et de linguistique », no 33, 2010, 513 p.

4 Marr, Alexander, Raphaële Garrod, José Ramon Marcaida et Richard J. Oosterhoff, Logodaedalus, Word Histories of Ingenuity in Early Modern Europe, Pittsburgh, University of Pittsburgh Press, 2018, p.73.

5 « Genie, m. penac. Genius. Est le naturel et inclination d’vn chacun. », Nicot, Jean, Thresor de la langue française tant ancienne que moderne, A PARIS, Chez DAVID DOUCEUR, Libraire juré, ruë sainct Jaques, à l’enseigne du Mercure arresté, 1606, p.313. 

6 Furetière, Antoine, Basnage de Beauval et Brutel de la Rivière, Dictionnaire universel, Contenant généralement tous les mots françois, tant vieux que modernes, & les Termes des sciences & des Arts, tome 2, 1727.

7 Patin, Charles, Relations historiques et curieuses de voyages en Allemagne, Angleterre, Hollande, Bohême, Suisse etc., Chez Pierre Mortier, Amsterdam, 1695, p.267.

8 Bernier, François, Un Libertin dans l’Inde moghole, [1670-71]éd. Frédéric Tinguely, Paris, Chandeigne, « Magellane », 2008, p. 235.

9 Challe, Robert, Journal d’un voyage fait aux Indes orientales, [1721], éd. Frédéric Deloffere, Melâhat Menemencioglu, Paris, Mercure de France, coll. « Le Temps retrouvé », 2002, tome 2, p. 41.

10 Montesquieu, Charles de Secondat, De l’Esprit des Lois, 1748, Livre XIV à XVIII.

11 Herder, Johann Gottfried et Rouché, Max, Une autre philosophie de l’histoire, pour contribuer à l’éducation de l’humanité: contribution à beaucoup de contributions du siècle, Paris, Aubier, Éditions Montaigne, coll. « Collection bilingue des classiques étrangers », 1964, 369 p.

12 Gabriel Sagard, Le Grand Voyage aux pays des Hurons, [1632], éd. J. Warwick, Les Presses de l’Université de Montréal, Montréal, 1998, p.157.

13 Lejeune, Paul, Relations de ce qui s’est passé en la Nouvelle-France en l’année 1634, [1635], Thwaites, Reuben Gold, The Jesuit relations and allied documents : travels and explorations of the Jesuit missionaries in New France, 1610-1791, vol. 6, Cleveland, Burrows, 1896, p.162.

14 « Génie », Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, [1757], vol. 7, p. 584, Édition Numérique Collaborative et Critique de l’Encyclopédie, en ligne, http://enccre.academie-sciences.fr/encyclopedie/article/v7-913-0/

15 Guichard, Charlotte. « La signature dans le tableau aux xviie et xviiie siècles : identité, réputation et marché de l’art », Sociétés & Représentations, vol. 25, no. 1, 2008, pp. 47-77.

16 Mignot, Claude, Rabreau, Daniel et Bajard, Sophie, Temps modernes, xvexviiie siècles, [Nouv. éd.], Paris, Flammarion, coll. « Histoire de l’art Flammarion », 2011, 603 p.

//

Call for papers ” Cultural transfers of “geniuses” and artistic circulations across Europe ” – 3rd study day of the FIGÉE 17-18 junior laboratory

For its last scientific event, the junior-lab FIGÉE 17-18 organizes a workshop on June 8, 2022, at the ENS of Lyon. It will be an opportunity to explore axes 3 and 4 of the initial research project. It is also dedicated to the assessment of the work of the junior-lab. It will be an opportunity to share a convivial moment that has been postponed for a long time due to the health crisis.

The first two workshops of the junior-lab aim to evaluate the scope of the “genius” notion, by bringing out different meanings (according to the types of corpus in which it appears) and different uses (according to the gender of the person so designated). This workshop is an invitation to consider how this notion circulates, was transformed or specialized within the European and global geographical space and in different artistic practices – music, theater, opera or architecture – throughout the 17th and 18th centuries.

The devastating religious conflicts that divided Europe in the 16th century and the expansion of the oecumene following the great discoveries were accompanied by intense philosophical reflection, both political and theological, on human nature and the universality of the notion of “genius”. As it circulated throughout Europe and, with colonization, throughout the world, this notion was occasionally associated with a geographic space or a people. These specific uses invite us to study the semantic and/or figurative variations of this notion according to the nationalist orientation of the discourses or representations seeking to represent such or such national genius. It aims to questioning the resistance of a genius “universality” in the face of the multiplication of distinctive strategies. The use of the notion is not limited to scholarly and theoretical discourses: it is also necessary to consider how art and literary fiction actualize, represent or problematize the stereotypes linked to the different meanings of “genius”.

1. the notion of “genius” is mobilized in the discourses of European empires, monarchies and principalities, each of these entities seeking to distinguish itself within the geopolitical whole. The kinship between peoples does not always correspond to the filiations of genius, as underlined in 1684 by an editor of the Mercure Galant: “the Gauls have left nothing in writing, & their language & their genius was quite different from that of the Franks, who have since inhabited the Gauls”1.

– Beyond the disparity of the genial characters attributed to this or that people, it is also obvious that the notion has different meanings from one language to another. Thus, the “genius” of the French language, which the grammarian Louis du Truc considers “so natural that […] one judges it […] at first sight2 “, and studied by Gilles Siouffi3, differs from that mobilized at the heart of the questionne della lingua italiana, referring less to the qualities of clarity and accuracy than to those of the language of the triad formed by Boccaccio, Dante and Petrarch, defended by the Accademia della Crusca4.

– In the same way, the admired military “genius” differed from one country to another, from an individual meaning as in Spain or Sweden to a theoretical set of attack and defense techniques in France, embodied by the foundation of the Mézières School of Engineering in 1748.

One can therefore wonder about the similarity of the “genius” summoned by these different discourses with a nationalist orientation.

2. The notion of “genius” also appears in discourses on others: while from the sixteenth century onwards voyages of various kinds – diplomatic, commercial, colonial, missionary, pleasure – multiplied, the actors of these expeditions used this noun in viatical relations by giving it a collective scope. Going beyond the individual meaning recorded in Nicot’s dictionary5 , the notion was extended, referring to the character of a nation. This meaning is recorded for the first time in Furetière’s Dictionnaire Universel Augmenté in 17276. Thus, Charles Patin, in his Relations historiques et curieuses de voyages, en Allemagne, Angleterre, Hollande, Bohême, Suisse, etc., is interested in the “genius of these peoples7” , François Bernier is interested in the “genius of the Moguls and Indians8” , and Robert Challe details the “genius of the Oriental nations9” . These travelers’ comments are echoed and nourished by philosophical reflections on the specificities of each nation: Montesquieu, in the Spirit of the Laws10, wonders about the effects of climate and geographical location on the morals and laws of a given people; these reflections are continued by Johann Gottfried von Herder, around the notion of Volksgeist (national genius), in Another Philosophy of History11 . This broadening of the notion’s scope is linked to the institutionalization, throughout the 17th and 18th centuries, of a racist ideology stipulating a hierarchy between peoples.

– In addition, although the notion of divinity seems to be used in Europe only in connection with Antiquity, it remains alive in the writings of the religious working in America who try to understand the native spiritualities that they want to evangelize: If the recollect Gabriel Sagard denounces “the communication they have with demons12 “, the Jesuit Paul Lejeune reports the belief in “certain Genies of the day or Genies of the air, [which they] name Khichikouai13 “. While denying a divine character to these immaterial entities, the missionaries agree on the aptitude of the indigenous peoples for the spiritual life – a necessary condition for then evangelizing them. The presence of the notion introduces connections with distant historical realities, which function as a relay between France and the “New World”.

3. Finally, there is the question of the artistic representation of “genius” or, more broadly, of traits considered to be genial. The term “genius” is commonly used to refer to “figures of children with elders and attributes, which are used in ornaments to represent virtues and passions 14” but from one bas-relief or canvas to another, their attributes differ, suggesting plural symbolism. More generally, figurative, musical or scenic representations of genial individuals allow us to see the relationships that music, theater, narrative or even painting have with this notion. We may also be interested in the pictorial representation of the artist’s singular figure, and in particular in the self-portraits made during this period, because this practice, like that of the signature, is not without a link to “the emergence of the idea of ‘genius’ and the appearance of a new intellectual configuration, that of the Beaux-arts15“. As for the artistic “geniuses” of the Italian or Dutch painters, they even seem to be opposed according to whether they are based on a game of borrowing references and varied symbols in sometimes exuberant compositions, or on more prosaic, simpler scenes, represented in a palette of often dark colors16. The role that rewritings and translations – from one language to another or from one artistic medium to another – play in the consolidation of stereotypes about the genius of this or that individual or practice will also be examined.

The workshop will take place at the École Normale Supérieure de Lyon, on Wednesday June 8, 2022. Catering will be provided for participants, and transportation and accommodation costs will be covered. A remote participation will be provided for those who cannot travel. The scientific committee of the study day invites you to submit your proposal of 300 to 350 words before April 30, 2022 at the following address: figee@ens-lyon.fr. Responses will be communicated promptly after the end of the call.

 

1 Extraordinaire du Mercure galant, quartier d’octobre 1684 (tome XXVIII), édition numérique, dir. Anne Piéjus, coéd. Nathalie Berton-Blivet, Paris, OBVIL, 2014-2019, https://obvil.sorbonne-universite.fr/corpus/mercure-galant/MG-1684-12e Personal translation.

2 Du Truc, Louis, Le Génie de la langue françoyse, Préface datée du 30 août 1668 à Strasbourg, p. 4 r.-v. Personal translation.

3 Siouffi, Gilles, Le génie de la langue française : études sur les structures imaginaires de la description linguistique à l’âge classique, Paris, Honoré Champion éditeur, coll. « Bibliothèque de grammaire et de linguistique », no 33, 2010, 513 p.

4 Marr, Alexander, Raphaële Garrod, José Ramon Marcaida et Richard J. Oosterhoff, Logodaedalus, Word Histories of Ingenuity in Early Modern Europe, Pittsburgh, University of Pittsburgh Press, 2018, p.73.

5 « Genie, m. penac. Genius. Est le naturel et inclination d’vn chacun. », Nicot, Jean, Thresor de la langue française tant ancienne que moderne, A PARIS, Chez DAVID DOUCEUR, Libraire juré, ruë sainct Jaques, à l’enseigne du Mercure arresté, 1606, p.313.

6 Furetière, Antoine, Basnage de Beauval et Brutel de la Rivière, Dictionnaire universel, Contenant généralement tous les mots françois, tant vieux que modernes, & les Termes des sciences & des Arts, tome 2, 1727.

7 Patin, Charles, Relations historiques et curieuses de voyages en Allemagne, Angleterre, Hollande, Bohême, Suisse etc., Chez Pierre Mortier, Amsterdam, 1695, p.267. Personal translation.

8 Bernier, François, Un Libertin dans l’Inde moghole, [1670-71]éd. Frédéric Tinguely, Paris, Chandeigne, « Magellane », 2008, p. 235. Personal translation.

9 Challe, Robert, Journal d’un voyage fait aux Indes orientales, [1721], éd. Frédéric Deloffere, Melâhat Menemencioglu, Paris, Mercure de France, coll. « Le Temps retrouvé », 2002, tome 2, p. 41. Personal translation.

10 Montesquieu, Charles de Secondat, De l’Esprit des Lois, 1748, Livre XIV à XVIII.

11 Herder, Johann Gottfried et Rouché, Max, Une autre philosophie de l’histoire, pour contribuer à l’éducation de l’humanité: contribution à beaucoup de contributions du siècle, Paris, Aubier, Éditions Montaigne, coll. « Collection bilingue des classiques étrangers », 1964, 369 p.

12 Gabriel Sagard, Le Grand Voyage aux pays des Hurons, [1632], éd. J. Warwick, Les Presses de l’Université de Montréal, Montréal, 1998, p.157. Personal translation.

13 Lejeune, Paul, Relations de ce qui s’est passé en la Nouvelle-France en l’année 1634, [1635], Thwaites, Reuben Gold, The Jesuit relations and allied documents : travels and explorations of the Jesuit missionaries in New France, 1610-1791, vol. 6, Cleveland, Burrows, 1896, p.162. Personal translation.

14 « Génie », Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, [1757], vol. 7, p. 584, Édition Numérique Collaborative et Critique de l’Encyclopédie, en ligne, http://enccre.academie-sciences.fr/encyclopedie/article/v7-913-0/ Personal translation.

15 Guichard, Charlotte. « La signature dans le tableau aux xviie et xviiie siècles : identité, réputation et marché de l’art », Sociétés & Représentations, vol. 25, no. 1, 2008, pp. 47-77. Personal translation.

16 Mignot, Claude, Rabreau, Daniel et Bajard, Sophie, Temps modernes, xvexviiie siècles, [Nouv. éd.], Paris, Flammarion, coll. « Histoire de l’art Flammarion », 2011, 603 p.