Introduction

// Introduction (English below)

Depuis le XIXe siècle, la notion de « génie » est de plus en plus mobilisée pour qualifier l’individu d’exception, sens qui n’est enregistré dans le Dictionnaire de l’Académie française qu’en 1835. Auparavant, au sein des belles-lettres des XVIIe et des XVIIIe siècles, l’idée de « génie » est encore tributaire du genius et de l’ingenium latins. Elle peut en effet être entendue selon trois acceptions : conformément au genius, le génie peut renvoyer à un dieu, un esprit ou un démon qui veille sur une personne ou qui « préside à certains lieux » ; dans la lignée de l’ingenium, il peut signifier soit la disposition, le caractère d’un individu ou d’une langue, soit le talent d’une personne. C’est sur ces deux derniers sens que notre projet se focalise principalement, mais la question du surnaturel viendra ponctuellement éclairer nos discussions.

Ainsi, au sein des écrits normatifs sur le bien dire, des traités sur la langue française, des recueils de remarques, des ouvrages de bienséance ou encore des textes de médecine, apparaît plus ou moins explicitement un ensemble organisé de qualités et de normes, parmi lesquelles nombre d’entre elles relèveraient du génie. De ce réseau émergent des constructions identitaires, tributaires de concepts ou de normes préexistants, qui sont implicitement reconduites, présentes de façon latente ou mises à distance et questionnées. Durant la première modernité, la notion de génie est en effet mobilisée pour figurer des identités individuelles, celle de l’écrivain ou du peintre par exemple, ou collectives, celles des peuples et nations, mais aussi des langues et des femmes. Cette double dimension, individuelle et collective, pose d’ailleurs de plus en plus problème à partir du XVIIe siècle, où, comme l’a montré Jean-Alexandre Perras, le génie est progressivement conçu comme une « exception exemplaire » et non plus d’abord comme une disposition ou un caractère.

D’un texte à l’autre se mettent en place des représentations, des discussions, des débats, voire des querelles qui travaillent les différentes définitions du génie. Nous souhaiterions étudier l’imbrication entre ces définitions et leurs multiples actualisations dans les textes. Notre ambition est de reconstruire le rôle de la notion de génie comme porteuse de représentations et outil de construction et de déconstruction des identités. Au-delà de l’étude des dictionnaires qui listent et expliquent chacune des définitions, au-delà d’une étude des textes qui permettrait de les affiner et de les remettre en questions, il nous faudra donc voir comment la notion de génie joue un rôle dans l’imaginaire et dans les pratiques sociales de la période étudiée. Il s’agirait donc moins d’interroger les sens de ce concept que ses usages effectifs et ses effets recherchés dans les sociétés des XVIIe et XVIIIe siècles.

En effet, cette étude nous permettra de souligner comment ce propos se constitue au sein de lieux institutionnels, comme les cours, les salons puis les académies, mais aussi d’espaces plus marginaux, comme le cabinet des frères Dupuy par exemple, où circulent des pensées plus hétérodoxes. Nous nous attarderons ainsi sur la construction des frontières du concept de génie, frontières qui se jouent simultanément aux échelles individuelles ou collectives.

Dès lors, le rapport à l’altérité présent dans la littérature de l’époque ouvre une réflexion sur l’exclusivité potentielle du concept de génie. Ce sont tour à tour les femmes, les locuteurs d’autres langues ou les classes sociales exclues du système d’éducation aristocratique qui peuvent être mises à l’écart par la notion de génie. Il nous faudra voir comment la majeure partie de la société d’Ancien Régime peut soit être considérée comme incapable de répondre aux exigences d’un génie particulier, soit être cantonnée à un génie réducteur et enfermant. En diachronie, l’élargissement de la notion de génie au XVIIIe siècle, notamment autour des Encyclopédistes, touche progressivement une frange de la population traditionnellement exclue de ses représentations élitaires. De l’émergence des ingénieurs au génie particulier des simples artisans glorifiés par l’œuvre de Diderot et d’Alembert en passant par la création du génie civil, l’aristocratie en perd peu à peu le monopole. Au-delà d’un tableau figé du Génie au XVIIe et XVIIIe siècle, nous voudrions mettre en évidence comment autour d’une notion relativement polymorphe se dessinent tour à tour des tendances idéologiques multiples, pouvant relever tant de l’institutionnalisation d’une norme que de son questionnement ou de sa contestation.

//

Since the 19th century, the notion of « genius » has been increasingly used to qualify the individual as an exception, a meaning only recorded in the Dictionary of the French Academy in 1835. Previously, in the 17th and 18th centuries, the idea of « genius » still depended on the Latin genius and ingenium. Indeed, it can be understood in three ways: according to the genius, genius can refer to a god, a spirit or a demon who watches over a person or who « presides over certain places »; in the lineage of the ingenium, it can signify either the disposition, the character of an individual or of a language, or the talent of a person. It is on these last two meanings that our project focuses mainly, but the question of the supernatural will punctually enlighten our discussions.

Thus, within the normative writings on the well-spoken, treatises on the French language, collections of remarks, writings on decency, or even medical texts, a more or less explicitly organized set of qualities and norms appears, many of which would be considered genius. From all these texts emerge identity constructions, which rely on pre-existing concepts or norms implicitly renewed, latently present or put at a distance and questioned. During the first modernity, the notion of genius was in fact mobilized to represent individual identities, that of the writer or painter for example, or collective identities, those of peoples and nations, but also of languages and women. This double dimension, individual and collective, became increasingly problematic from the 17th century onwards, when, as Jean-Alexandre Perras has shown, genius was gradually conceived as an « exemplary exception » and no longer primarily as a disposition or character.

From one text to the next, representations, discussions, debates, even quarrels were set up, which delve into the different genius’ definitions. We would like to study the interweaving of these definitions and their multiple realizations in the texts. Our ambition is to reconstruct the role of the notion of genius as a carrier of representations and a tool for the construction and deconstruction of identities. Beyond the study of the dictionaries that list and explain each of the definitions, beyond a study of the texts that would allow us to refine and question them, we will thus have to see how the notion of genius plays a role in the imagination and in the social practices of the period studied. It would thus be less a question of questioning the meanings of this concept than of its actual uses and its effects sought in the 17th and 18th centuries’s societies.

Indeed, it will allow us to underline how this subject is constituted within institutional places, such as courts, salons and then academies, but also in more marginal spaces, such as the Dupuy brothers’ cabinet for example, where more heterodox thoughts circulate. We will thus linger on the construction of the boundaries of the concept of genius, boundaries that are simultaneously played out at the individual or collective levels.

From then on, the relationship to otherness present in the literature of the time opens a reflection on the potential exclusivity of the concept of genius. It is in turn women, speakers of other languages or social classes excluded from the aristocratic education system who may be sidelined by the concept of genius. We will have to see how the greater part of Ancient Regime society can either be considered incapable of meeting the requirements of a particular genius or be confined to a reducing and confining genius. In diachrony, the broadening of the notion of genius in the 18th century, notably around the Encyclopedists, gradually affected a fringe of the population traditionally excluded from its elitist representations. From the emergence of engineers to the particular genius of simple craftsmen glorified by the work of Diderot and d’Alembert, and including the creation of civil engineering, the aristocracy gradually lost its monopoly. Beyond a fixed picture of engineering in the 17th and 18th centuries, we would like to highlight how, around a relatively polymorphous notion, multiple ideological tendencies emerge in turn, which can be as much about the institutionalization of a norm as about its questioning or contestation.