Regard pluridisciplinaire et méthodologie

// Multidisciplarity and Methodology

Pour mener à terme cette étude, notre équipe de jeunes chercheurs et chercheuses propose une méthode reposant sur des outils conceptuels contemporains, mais aussi sur le décloisonnement des frontières disciplinaires et nationales. En effet, du point de vue du corpus, le statut des « Belles-Lettres » sous l’Ancien Régime et la séparation encore balbutiante entre lettres et sciences rendent en effet peu pertinente la mobilisation d’un regard monodisciplinaire. Cette pluridisciplinarité est déjà une réalité dans les thèses préparées par nos membres et, au-delà des frontières de nos formations, nous sommes rassemblés autour d’une volonté d’articuler les humanités, les arts et l’anthropologie, entendue comme ce que notre étude des différentes poétiques du génie au XVII e siècle cherche à mettre au jour, à savoir un « discours sur l’être humain et la diversité des cultures ». En envisageant « le risque de l’anachronisme [comme] une nécessité » (Michèle Clément, « Anachronisme et Clitoris », Le Français préclassique, n° 13, 2011, p.1), nous voudrions proposer de nouvelles observations sur un corpus à la fois théorique, poétique, religieux, philosophique, moraliste, médical et viatique. Ne pouvant faire l’économie, dans le contexte de la recherche actuelle, d’un regard transnational et d’une analyse des problèmes de traduction, nous nous consacrerons dans le cadre de notre laboratoire aux pays frontaliers de la France d’Ancien Régime.

Pour ce faire, la méthodologie de l’Analyse du Discours nous apparaît éminemment pertinente, en ce qu’elle définit et fait jouer, pour l’étude de chaque discours, des échelles variées, tant individuelles – comme l’éthos narratif –, que collectives – comme les considérations contextuelles ou génériques. La grande variété des textes offrant une réflexion, un contre-point ou une mise en scène autour du génie nécessite une fine étude des différents contextes, scènes d’énonciation et scénographie de ces discours (Dominique Maingueneau, Discours et Analyse du discours, Paris, Armand Colin, 2014). Cela nous permettra de réfléchir à la constitution d’un propos anthropologique dans le cœur même du texte, dans la lignée de l’analyse lexicale de Jean Dubois, et le hors-texte institutionnel et politique, dans une perspective d’archéologie telle que l’a développée Michel Foucault. La perspective plus contemporaine de Ruth Amossy sur l’articulation entre les concepts de figure d’auteur et d’éthos nous sera aussi utile pour étudier comment la notion de génie est mobilisée explicitement ou non, puis comment elle est incorporée dans les textes eux-mêmes afin de forger l’identité narrative de l’auteur. Cela nous permettra de voir comment se positionnent les auteurs du corpus dans le champ des définitions du génie, puis comment ils l’actualisent par leurs prises de parole elles-mêmes. Les outils de l’analyse du discours, en ce qu’ils invitent à une étude précise de chaque strate du feuilleté textuel, nous semble à même de faire ressortir l’ambivalence, voire la multiplicité, des mobilisations de la notion de génie aux XVII e et XVIII e siècles.

L’enjeu épistémologique à l’arrière-plan de toute cette réflexion sur l’anthropologie du génie et les constructions identitaires doit être pensé de façon problématique par rapports aux institutions et aux politiques qui l’autorisent. Réfléchir aux normes et aux constructions identitaires qui en découlent aux XVII e et XVIII e siècles implique de tenir compte des rapports de force entre les différents acteurs qui mobilisent ce discours, ainsi qu’aux hiérarchies sociales qui les situent par rapport à leurs objets de réflexion. Cette perspective nous invite à mobiliser certains outils théoriques et critiques plus contemporains, qui visent à déconstruire ces rapports de force, comme ceux développés par Colette Guillaumin ou Judith Butler dans le cadre des études de genre ou par les travaux fondateurs d’Edward Saïd, de Enrique Dussel ou de Walter Mignolo.

//

To carry out this study, our team of young researchers proposes a method based both on contemporary conceptual tools and on the breaking down of disciplinary and national boundaries. Indeed, from the point of view of the corpus, the status of the « Belles-Lettres » under the Ancien Régime and the still incipient separation between literature and science make the mobilization of a monodisciplinary perspective irrelevant. This pluridisciplinarity is already a reality in the theses prepared by our members. Beyond the boundaries of our training courses, we are united around a desire to articulate humanities, arts and anthropology, understood as what our study of the different poetics of genius in the 17th century seeks to bring to light, namely a « discourse on the human being and the diversity of cultures ». By considering « the risk of anachronism [as] a necessity » (Michèle Clément, « Anachronisme et Clitoris », Le Français préclassique, n° 13, 2011, p.1), we would like to propose new observations on a corpus that is at once theoretical, poetic, religious, philosophical, moralist, medical and narrative. In the context of current research, we will devote our laboratory to the countries bordering the France of the Ancien Régime, as we cannot do without a transnational perspective and an analysis of the problems of translation.

To do so, the methodology of Discourse Analysis seems relevant, as it defines and brings into play, for the study of each discourse, various scales, both individual – such as the narrative ethos – and collective – such as contextual or generic considerations. The great variety of texts offering a reflection, a counterpoint or a staging around genius requires a fine study of the different contexts, enunciation scenes and scenography of these discourses (Dominique Maingueneau, Discours et Analyse du discours, Paris, Armand Colin, 2014). This will allow us to reflect on the constitution of an anthropological discourse in the very heart of the text, in line with Jean Dubois’ lexical analysis, and the institutional and political off-text, in an archaeological perspective as developed by Michel Foucault. Ruth Amossy’s more contemporary perspective on the articulation between the concepts of the figure of authorship and ethos will also be useful for us to study how the notion of genius is explicitly or implicitly mobilized, and then how it is incorporated into the texts themselves in order to forge the narrative identity of the author. This will allow us to see how the authors of the corpus position themselves in the field of definitions of genius, then how they actualize it through their own speeches. The tools of discourse analysis, as they invite a precise study of each stratum of the text, seem to us to be able to bring out the ambivalence, even the multiplicity, of the mobilizations of the notion of genius in the 17th and 18th centuries.

The epistemological stakes behind all this reflection on the anthropology of engineering and identity constructs must be thought of in a problematic way in relation to the institutions and policies that authorized it. Reflecting on the norms and identity constructs that resulted from them in the 17th and 18th centuries implies taking into account the power relations between the different actors who mobilize this discourse, as well as the social hierarchies that situate them in relation to their objects of reflection. This perspective invites us to mobilize certain more contemporary theoretical and critical tools, which aim at deconstructing these power relations, such as those developed by Colette Guillaumin or Judith Butler in the framework of gender studies or by the founding works of Edward Saïd, Enrique Dussel or Walter Mignolo.