Présentation de la question

// Question presentation

Nous nous proposons dans ce laboratoire de reprendre l’enquête initiée par Edgar Zilsel en lui donnant une perspective nouvelle. En 1926, il livrait au public germanophone une histoire de la notion de l’Antiquité à la Renaissance. Celui-ci promettait alors « d’autres volumes ultérieurs [qui] viendront compléter l’histoire de la notion de génie jusqu’à nos jours » (Le Génie. Histoire d’une notion de l’Antiquité à la Renaissance, 1993 [1926]) et qui, hélas, n’auront jamais été écrits par ce chercheur. Mais les travaux du laboratoire-junior ne poursuivront pas seulement cette étude fondatrice : ils s’inscriront aussi dans l’actualité historiographique. Depuis l’ouvrage fondateur d’E. Zilsel, Jean-Alexandre Perras (2012) a rédigé une thèse sur l’évolution de cette notion de la Renaissance aux Lumières, en France exclusivement et dans une perspective davantage philosophique et sémantique que la nôtre. Plus récemment encore, Darrin M. MacMahon (2013) a tenté d’en réécrire l’histoire longue, avec les limites inhérentes à un aussi large corpus. L’un des points commun entre ces deux ouvrages est l’ampleur de leur enquête historique, et leur postulat d’une discontinuité historique entre le XVII e et le XVIII e siècle. Nous nous proposons de faire un pas de côté par rapport à cette division historiographique traditionnelle pour penser de façon plus souple la transition constituée par la Querelle des Anciens et des Modernes. Surtout, la genèse de l’individu d’exception y est centrale dans les deux parcours, alors que nous souhaiterions, de notre côté, davantage réfléchir aux implications de l’échelle collective dans ce concept. Tout en nous appuyant sur les acquis de ces travaux importants, nous souhaiterions à la fois approfondir les questionnements déjà soulevés par Zilsel, MacMahon et Perras, mais aussi et surtout explorer d’autres aspects, unifiés par la réflexion sur la construction de ces identités collectives.

//

In this laboratory, we aim to take up the investigation initiated by Edgar Zilsel by giving it a new perspective. In 1926, he delivered to German-speakers a history of the notion from Antiquity to the Renaissance. He then promised « further volumes [that] will complete the history of the notion of genius up to the present day » (Le Génie. Histoire d’une notion de l’Antiquité à la Renaissance, 1993 [1926]) and which, alas, will never have been written by this researcher. But the work of the Laboratoire-Junior will not only continue this founding study: it will also be part of current historiographical vogue. Since E. Zilsel’s seminal work, Jean-Alexandre Perras (2012) has written a thesis on the evolution of this notion from the Renaissance to the Enlightenment, exclusively in France and from a more philosophical and semantic perspective than ours. Even more recently, Darrin M. MacMahon (2013) attempted to rewrite its long history, with the limitations inherent in such a large corpus. One of the common points between these two works is the breadth of their historical investigation, and their postulate of a historical discontinuity between the 17th and 18th centuries. We propose to take a step aside from this traditional historiographical division in order to think more flexibly about the transition constituted by the Querelle des Anciens et des Modernes. Above all, the genesis of the individual of exception is central to both paths, whereas we would like, for our part, to reflect more on the implications of the collective scale in this concept. While building on the achievements of this important work, we would like to deepen the questions already raised by Zilsel, MacMahon and Perras, but also and above all to explore other aspects, unified by reflection on the construction of these collective identities.